/sports/golf
Navigation

Omnium britannique: tous derrière le nouveau héros

L’Irlandais Shane Lowry prend une avance de quatre coups à l’Omnium britannique

Shane Lowry s’est exécuté sous le regard de centaines d’admirateurs.
Photo USA TODAY Sports Shane Lowry s’est exécuté sous le regard de centaines d’admirateurs.

Coup d'oeil sur cet article

PORTRUSH, Irlande du Nord | Shane Lowry a rapidement fait oublier l’étoile locale Rory McIlroy sur le Dunluce Links de Royal Portrush, samedi, à l’Omnium britannique. L’Irlandais a offert une performance exceptionnelle devant une foule l’adulant.

Dans sa marche en direction du vert du 18e, les milliers de spectateurs avaient entonné avec force le fameux « olé, olé, olé » en changeant les paroles pour « Lowry, Lowry, Lowry ».

C’était tout juste avant que le solide gaillard de 32 ans ne cale son roulé final, bon pour une carte de 63 (-8), l’une de ses meilleures à vie par une journée splendide sur la côte nord. Il abaissait ainsi la marque à battre de 65 établie la veille par Rory sur le parcours redessiné dans les dernières années. Il n’en fallait pas plus pour que les chants reprennent de plus belle durant de longues minutes.

Shane Lowry s’est exécuté sous le regard de centaines d’admirateurs.
AFP

Moments uniques

« C’était honnêtement la journée la plus incroyable que j’ai vécue sur un parcours », a relaté celui qui amassé huit oiselets, dont trois de suite du 15e au 18e fanion, sans les blesser par un boguey. Une ronde sans erreur.

« Je ne peux tout simplement expliquer tout ce qui s’est produit aujourd’hui (samedi) a continué celui qui était encouragé à chacun de ses gestes et dans ses déplacements sur le links. Quand j’ai quitté le 17e vert, j’ai dit à mon cadet “Bo” qu’il ne vivrait peut-être plus jamais une expérience semblable. Il fallait profiter des 30 minutes suivantes. La foule était incroyable. Je n’en crois pas mes yeux. »

Avec son dossier cumulatif de -16, Lowry devance l’Anglais Tommy Fleetwood par quatre coups et son compagnon du jour, J.B. Holmes, par six.

J.B.Holmes a frappé la balle avec aplomb en route vers le premier trou.
Photo AFP
J.B.Holmes a frappé la balle avec aplomb en route vers le premier trou.

Douloureux souvenirs

Cette avance rime aussi avec un douloureux souvenir vieux de trois ans. Le genre de moment qu’on essaie de placer dans un tiroir de sa mémoire enseveli sous une tonne de poussière.

Quand il a levé les yeux sur le gigantesque tableau jaune distinctif de l’Open après avoir ramassé sa balle dans la coupe, il a aperçu cet écart de quatre coups, identique à celui qu’il détenait lors de l’Omnium des États-Unis 2016 à Oakmont après 54 trous. Il l’a mentionné à son acolyte portant son sac Brian « Bo » Martin.

« Regarde “Bo”, je crois que je n’aurais pas à répondre à des questions au sujet d’Oakmont alors que je m’avance en ronde finale d’un majeur avec cette même avance, a-t-il lancé à la blague lorsqu’on lui a rappelé l’épisode en conférence de presse. Je m’y attendais. »

Ce dimanche-là de juin, l’Irlandais s’était littéralement écroulé dans le dernier groupe. Non seulement avait-il perdu l’écart qu’il avait creusé, mais avec sa carte de 76 (+6), il avait glissé au second rang à égalité avec Jim Furyk et Scott Piercy. Il avait parfaitement pavé la voie à la première victoire en Grand Chelem de Dustin Johnson. Une gifle en plein visage qui l’a envoyé au tapis durant une longue période.

« J’ai énormément appris sur moi à Oakmont. Et je vais en apprendre à nouveau demain (dimanche après-midi), a précisé le natif de Mullinger, ville située à 230 km au sud de Portrush. Ce sera un moment important dans ma carrière. Ce moment n’aura pas la même signification qu’il aurait eue en 2016. C’était il y a longtemps. Je ne suis pas un golfeur différent, mais plutôt une personne différente. Je crois que ce sera plus facile à gérer.

« J’ai appris à jouer dans le dernier groupe d’un tournoi majeur en ronde finale. Il faut s’accrocher jusqu’à la toute dernière minute. On ne sait jamais ce qu’il surviendra. Ce sera la même chose avec la météo qui nous attend. »

En direct de Portrush

Parmi les plus difficiles

La liste des plus difficiles normales 3 dans l’histoire de l’Open est longue. Au sommet trône le 12e trou de Royal Lytham & St. Annes, long de 190 verges, et le 17e de Royal Troon, long de 220 verges, avec sa moyenne de 3,45 coups en 1988 et 1982, respectivement. Au terme de cette 148e édition de l’Omnium britannique, le dangereux et redoutable Calamity Corner du Royal Portrush s’inscrira certainement dans le top 10. Samedi, la moyenne s’est élevée à 3,24 coups au 16e en raison des 20 bogueys, 51 normales et 2 oiselets inscrits par les 73 golfeurs. Seuls Jon Rahm et Shane Lowry ont réussi des moineaux.


Décalage favorable

J.B. Holmes n’a pas connu la troisième ronde souhaitée. Il s’élancera dans l’avant-dernier groupe cet après-midi. Une bonne affaire puisqu’il ne pourra pas prendre son temps sur le parcours en pleine course vers la Claret Jug. Samedi, les Britanniques ont encore chahuté sa lenteur dans un match qui a tout de même duré quatre heures. En février, lorsqu’il avait gagné l’Omnium Genesis, Holmes s’était attiré les foudres par sa lenteur incroyable. Dans la dernière paire, il avait pris 5 h 29 min à compléter sa ronde. Par chance, le décalage horaire aidera s’il prend des airs d’une tortue géante des Galápagos. Les conditions extrêmes n’aideront vraiment pas à accélérer le rythme de jeu.


Pas de saucette

Les 20 degrés Celsius ont amené de nombreux Nord-Irlandais à la plage de Portrush dès la fin de la matinée, non loin de l’endroit où les journalistes sont invités à garer leur voiture. Petit détour à l’arrivée pour humer l’air du large et tremper un doigt dans l’Atlantique Nord. Ce n’est pas chaud !

Le collègue du réseau américain ESPN, Michael Collins, un ancien cadet, a repoussé les limites. Arborant de flamboyantes culottes bleutées moulantes, il a plongé dans l’eau à 12 degrés Celsius. Le voisin de bureau du représentant du Journal à Portrush a lâché de bonnes blagues sur son expérience. Par contre, le Floridien habitué de se tremper dans des eaux à plus de 24 degrés Celsius n’avait toujours pas retrouvé ses bijoux de famille, disait-il samedi soir.