/travel/destinations
Navigation

Visiter la Côte d’Azur à partir de la belle Nice

vieux Nice et la promenade des anglais
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Porte d’entrée et plus grande ville de la Côte d’Azur, Nice offre le parfait pied-à-terre pour goûter à la French Riviera. Située entre mer et montagnes, la capitale de la région a l’avantage d’être à proximité des grandes villes azuréennes, comme Monaco, Cannes ou Saint-Tropez, tout en demeurant la plus abordable d’entre elles. Sans compter que « Nissa la bella » permet d’explorer la Côte d’Azur en mode escapade d’un jour pour y revenir le soir venu. Où aller, quoi visiter ? Voici quelques suggestions.

Nice, la dolce vita française

vieux Nice et la promenade des anglais
Photo Agence QMI, Michelle Pinsonneault

Nice baigne dans un climat méditerranéen où le soleil brille 300 jours par année. Sa ­luminosité, typique de la Côte d’Azur, a ­d’ailleurs inspiré de grands artistes tels que Matisse et Chagall. Cet éclat naturel est si ­puissant qu’il teinte le ­quotidien niçois déjà trempé d’une belle ­désinvolture, en plus d’être rythmé par la vie en bord de mer. La promenade des Anglais en est un bel exemple.

Figurant au palmarès des plus célèbres ­promenades au monde, la « Prom » aligne ­petits et grands plaisirs le long de la Méditerranée, sur plus de sept kilomètres. Elle est bordée d’un côté par des plages de galets truffées de chaises bleues et de restaurants en terrasse, et de l’autre, par les plus grands hôtels, dont le ­célèbre Negresco.

Le Château de Nice, 
sur la Côte d’Azur, 
en France.
Photo Agence QMI, Michelle Pinsonneault
Le Château de Nice, sur la Côte d’Azur, en France.

Après un bon repas et un verre de rosé sur la plage, il faut déambuler le long de la ­promenade des Anglais, croiser la colline du Château, ­gravir ses marches jusqu’à atteindre son ­belvédère. C’est dans les hauteurs que se cache la plus belle vue sur la baie des Anges. Une peinture grandeur nature : à l’ouest se démarquent la promenade, la vieille ville et la mer, puis à l’est, le port et ses bateaux.

VIEUX-NICE

L’expérience se répète du côté du Vieux-Nice. Un dédale de petites rues colorées de bâtiments couleur pastel. Se perdre dans ce ­labyrinthe concentré de bonnes tables, ­musées, cafés et marchés est exaltant. Les heures sont vite passées à seulement errer dans ce quartier historique.

Partout, les saveurs locales sont mises en plat comme la socca (galette de pois chiche) ou la pissaladière (pizza à la crème de sardines et d’anchois avec oignons), sans oublier le ­gelato. Car par son histoire de même que par sa proximité géographique, l’Italie a une grande influence sur la ville. D’où ses parfums de dolce vita !


4 Bonnes adresses à Nice

♦ Goûtez aux spécialités ­locales en repérant les ­restaurants avec ­l’appellation « ­Cuisine ­Nissarde », elle ­garantit le respect des recettes ­traditionnelles, la qualité et la provenance des produits. ­

♦ Dans le Vieux-Nice, faites ­l’expérience du marché du Cours Saleya qui, au même ­endroit, propose fruits, ­légumes, épices et de ­magnifiques fleurs.

♦ Toujours dans la vieille ville, passez au palais Lascaris. Cette demeure aristocratique ­baroque détient la 2e plus ­importante collection française d’instruments de musique anciens, dont un piano-harpe, existant en seulement trois exemplaires dans le monde.

♦ Épicuriens, rendez-vous au restaurant Beau Rivage (plagenicebeaurivage.com) pour la dégustation d’un repas face à la mer, directement sur les galets. La vue est splendide ! Au ­restaurant La Maison de Marie (lamaisondemarie.com), c’est plutôt un festin typiquement niçois qui vous attend : petits farcis, dorade, daube et nougat glacé.

Cannes, sans le tapis rouge

Le Vieux-Port de Cannes,
sur la Côte d’Azur.
Photo courtoisie, Hervé Fabre
Le Vieux-Port de Cannes, sur la Côte d’Azur.

Moins de 30 km séparent Nice de Cannes, plus grande vitrine du 7e art. À force d’être dorée de glamour par ses boutiques de luxe, sa Croisette, ses palaces et ses hôtels Art déco, cette ville s’est forgée une image de luxe hors de prix.

Pourtant, Cannes cache un côté ­authentique, loin des stéréotypes. ­Notamment, au large de la baie se trouve l’île monastique Saint-Honorat. Accessible uniquement par bateau, elle est habitée depuis le 4e siècle par des moines. Ici, pas de paillettes. Que de la simplicité. Toujours en activité, la communauté cistercienne travaille en silence à la culture de vignes et d’oliveraies. Elle produit vin et huile d’olive en petite quantité. En journée, on se promène à la découverte de ce surprenant domaine viticole. Soit on visite l’abbaye de Lérins et son monastère fortifié, soit on se délecte d’un repas méditerranéen à La ­Tonnelle, seul restaurant de l’île.

L’île monastique 
Saint-Honorat, 
à Cannes.
Photo Agence QMI, Michelle Pinsonneault
L’île monastique Saint-Honorat, à Cannes.

Cannes arbore aussi un côté ­abordable. C’est une ­destination où tout peut se faire à pied.

Le ­quartier de la vieille ville, les marchés Forville et ­Gambetta, le vieux port, le musée de la Castre ou la rue ­piétonne Meynadier sont de bonnes adresses pour vivre Cannes ­différemment.

Et pour goûter quand même au chic ­jet-set, il faut oser prendre l’apéro sur une terrasse, devant le Palais des Festivals ou le long de la Croisette, car on visite aussi Cannes pour goûter à l’inaccessible.


3 adresses à Cannes

♦ Une dégustation de vins élaborés par les moines de l’abbaye de Lérins est offerte tous les premiers vendredis du mois à la boutique, juste à côté du restaurant La Tonnelle.

♦ Comptez une journée ­supplémentaire pour visiter la deuxième île de Lérins, l’île Sainte-Marguerite. Ce lieu ­héberge l’ancienne prison d’État dans laquelle était emprisonné le plus célèbre détenu du monde, l’Homme au masque de fer.

♦ Depuis 2018, l’Office de ­tourisme propose une nouvelle expérience : Cannes Greeters. Une visite en compagnie d’un Canois ayant pour objectif de faire découvrir la ville comme le feraient les gens du coin.

À essayer.

Antibes-Juan-les-Pins, plages de sable et randonnée sur le littoral

Le sentier de Tirepoil, sur le cap 
d’Antibes, est l’une des randonnées 
les plus prisées de la Côte d’Azur.
Photo Agence QMI, Michelle Pinsonneault
Le sentier de Tirepoil, sur le cap d’Antibes, est l’une des randonnées les plus prisées de la Côte d’Azur.

Antibes, célèbre pour son quartier ­historique entouré de remparts du 16e siècle et son fort Carré, est une ­charmante ville située à 30 minutes de Nice. Superbe, avec ses immenses villas fleuries, cette région du grand Nice délaisse les plages de galets pour un sable doux et doré, lieu idéal pour une journée à la plage.

Outre son bord de mer paradisiaque, le cap d’Antibes compte l’un des sentiers les plus prisés de la Côte d’Azur, le sentier de Tirepoil. Ouverte toute l’année, cette promenade, « là où le vent est tellement fort qu’il tire les cheveux », s’étend le long du littoral sur près de 3,7 km. On s’engage dans cette balade près de l’hôtel cinq étoiles Eden Roc (parmi les plus luxueux d’Europe) jusqu’à rejoindre la plage ­Keller, la préférée de l’auteur de Gatsby le Magnifique, Francis Scott Fitzgerald.

La plage de la Gravette, à Antibes.
Photo courtoisie, Mairie d'Antibes
La plage de la Gravette, à Antibes.

Entre les deux, le sentier de ­Tirepoil se fraye un passage au travers de plantes ­indigènes et exotiques, de rochers ­escarpés, falaises, eau azurée et enceintes de châteaux.

Le vent et la mer à certains endroits sont magiques.


3 Bonnes adresses à Antibes-Juan-les-Pins

♦ Terminez la randonnée de ­Tirepoil dans le décor ­romantique du restaurant Le César. Fruits de mer, cuisine régionale et ­méditerranéenne sont au menu. Sans compter que vous pourrez vous la couler douce sur sa plage privée, face à la mer et avec vue directe sur les Alpes.

♦ Autre petite randonnée : La Garoupe. En empruntant le chemin du Calvaire (40 minutes), vous rejoindrez le célèbre phare de la Garoupe et l’un des plus beaux points de vue sur Antibes. Par temps clair, on peut apercevoir les sommets enneigés des Alpes. Arrêtez à la terrasse du Bistrot du Curé pour siroter un café ou prendre une bouchée.

♦ Admirez les œuvres de Picasso au château Grimaldi, devenu officiellement musée Picasso en 1966, soit le premier musée consacré à l’artiste.

Infos pratiques pour visiter la Côte d’Azur

Comment s’y rendre

♦ Depuis Montréal, ­plusieurs compagnies aériennes ­proposent une liaison directe vers Nice, comme Air Transat qui, cette année, augmente sa fréquence à trois vols par ­semaine, soit les mardi, jeudi et dimanche, de début mai à fin octobre.

Quand partir

♦ Les mois de mai, juin et ­septembre sont les moments à privilégier.

Comment s’y déplacer

♦ Il est facile de se déplacer en transport en commun sur la Côte d’Azur. Généralement, les gares se trouvent dans les centres-villes, donc, très accessibles. Aussi, certains autobus offrent la possibilité de se rendre dans l’arrière-pays à peu de frais.

Où dormir

♦ À Nice, l’hôtel Mercure ­Promenade des Anglais est une belle option.

* Ce voyage a été rendu possible grâce à Air Transat et au CRT Côte d’Azur France.