/world/opinion/columnists
Navigation

17 ans, 10 mois et 10 jours plus tard

TOPSHOTS-AFGHANISTAN-US-NATO-UNREST
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Nos yeux sont rivés sur le cirque permanent qui s’est installé à la Maison-Blanche. Nous ratons, par conséquent, une foule de pop-up de tension un peu partout à travers le monde, dont le plus grave ces jours-ci, le pourrissement d’une crise aux potentielles conséquences horrifiantes. L’affrontement se fait, pour l’instant, à coups de saisie de pétroliers dans le golfe Persique et en mer Méditerranée. Les Iraniens sont frustrés, les Américains intransigeants et le reste du monde pris à se demander, qui va casser qui ?

L’impasse avec l’Iran tient au rejet par l’administration Trump de l’entente encadrant le programme nucléaire iranien signée sous Barack Obama. Les Iraniens sont désillusionnés du fait que malgré leur respect de l’accord – confirmé par les inspecteurs internationaux – des sanctions économiques dures continuent de peser sur le pays. Une réalité qui favorise les plus rigides au sein du régime, eux qui voyaient déjà d’un mauvais œil l’étouffement de leurs ambitions nucléaires.

Les États-Unis – menés par un président qui s’est juré d’effacer les traces du passage de son prédécesseur et fortement influencés par un conseiller à la Sécurité nationale, John Bolton, qui a fait sa carrière à maudire le régime des Ayatollahs – prétendent chercher une meilleure entente, mais ne semblent offrir à l’Iran qu’une capitulation totale et irréversible.

C’est dans ce contexte déjà malsain que la température s’est mise à grimper dans le golfe Persique avec l’attaque de pétroliers (vraisemblablement par les Iraniens) et l’envoi d’un porte-avions, de bombardiers et de troupes par les Américains. Personne ne veut la guerre, dit-on, mais on fait bien peu pour l’éviter. Ce ne serait pas une mauvaise idée de consulter ceux et celles qui auraient à la livrer, si on en venait là.

ÇA NE VALAIT PAS LE COUP !

À se battre en Irak, les États-Unis ont perdu plus de 4500 soldats ; en Afghanistan, c’est plus de 2400 et là-bas, la guerre n’est toujours pas finie, la plus longue de toute l’histoire américaine. En fait, le Pentagone a reconnu en février 2018 que l’engagement militaire américain en Afghanistan coûtait aux contribuables cinq millions de dollars à chaque heure, de jour comme de nuit. Non-stop !

À quoi bon ? Pas grand-chose à écouter les soldats qui y ont été déployés ! Le centre de recherche Pew nous apprend que pour 58 % des anciens combattants américains, la guerre en Afghanistan n’en valait pas la peine ; c’est pire encore pour la guerre en Irak, alors qu’ils sont 64 % à affirmer qu’elle ne méritait pas un tel effort.

Je suis prêt à parier que les chiffres sont comparables pour les 40 000 membres des Forces canadiennes qui ont servi au fil des douze années de mission en Afghanistan. 165 de nos compatriotes y ont perdu la vie et 18 milliards de dollars ont été engloutis dans la guerre et les efforts de reconstruction du pays.

UN ÉCHEC EN FORME DE LEÇON

On peut rêver que tout cela, pendant un moment, a freiné les talibans et leur idéologie rétrograde. Ça n’a toutefois pas duré : Amnesty International estime que ces mêmes talibans contrôlaient plus de territoire afghan en 2017 qu’à tout autre moment depuis 2001.

Cette semaine encore, les mauvaises nouvelles ont continué à s’empiler : 25 membres d’un commando d’élite de l’armée afghane tués par les talibans ; douze personnes tuées et 90 blessées dans l’explosion de deux voitures piégées à Kandahar ; enfin, moins mortel, mais tout aussi nocif, le directeur d’une station de radio de l’est du pays a mis fin à ses activités après la multiplication de menaces – venant des talibans toujours – parce qu’il employait des femmes.

17 ans, 10 mois et 10 jours après les attentats du 11 septembre 2001, il semble évident que la solution ne consiste pas à tuer sa voie vers la paix et la réconciliation. Nous l’avons essayé en Afghanistan. Les Américains s’y sont hasardés en Irak. Souhaitons qu’on ne s’y risque pas en Iran. Sinon, on s’en reparlera encore dans 17 ans, 10 mois...


AFGHANISTAN

Pour les États-Unis...

  • 2430 soldats tués, plus 20 500 blessés
  • 975 milliards $ US en action militaire et investissements dans le pays
  • 1000 milliards $ US en coûts médicaux et d’invalidités pour les vétérans

Pour le Canada...

  • 165 tués (158 soldats, 7 civils), plus de 1800 blessés
  • 18 milliards $

IRAK

Pour les États-Unis...

  • 4572 soldats tués, plus de 32 500 blessés
  • 1 060 000 000 $ US en action militaire et investissements dans le pays
  • 1000 milliards $ US en coûts médicaux et d’invalidités pour les vétérans

ET L’IRAN ?

  • Selon l’American Federation of Scientists, une campagne militaire américaine contre l’Iran coûterait entre 60 et 2000 milliards $... uniquement pour les trois premiers mois.

En considérant les coûts pour les États-Unis et les bénéfices, la guerre en...

...Afghanistan

  • Ne valait pas la peine d’être livrée : 58 %
  • Valait la peine d’être livrée : 38 %

...Irak

  • Ne valait pas la peine d’être livrée : 64 %
  • Valait la peine d’être livrée : 33 %

(Source : Pew Research Center, Mai 2019)