/opinion/columnists
Navigation

Larguer les amarres

Coup d'oeil sur cet article

Ça y est, les vacances de la construction ont commencé.

Des milliers de Québécois vont enfin tirer la plogue.

Certains vont profiter de leurs vacances pour visiter le Colisée à Rome, d’autres vont aller voir le cirque au Colisée de Québec. Mais que vous alliez aux Îles-de-la-Madeleine ou au camping Sainte-Madeleine, faire de la gondole à Venise ou du pédalo à Venise-en-Québec, vous allez enfin redevenir maître de votre temps.

Et vous reconnecter avec la vraie vie.

Profitez-en ! Comme l’écrivait Mathieu Bock-Côté cette semaine, redécouvrons tous les vertus de la paresse.

Parce qu’après, la roue va recommencer à tourner. Probablement plus vite que la dernière fois.

CHANGER DE VIE

Chaque année, c’est la même chose.

Ça nous prend deux, trois jours pour nous déconnecter, et après, on se demande pourquoi on ne vit pas comme ça à longueur d’année.

Pourquoi on passe notre temps à courir après notre queue ? C’est ça, la vie ? Faire de l’argent la semaine, pour le dépenser le week-end ?

Courir comme des fous dans notre petite roue à hamster pour arriver aux vacances, la langue à terre et la charge à Low Bat ?

Il me semble qu’il devrait y avoir une autre façon de vivre...

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Régulièrement, Le Journal publie des textes sur des gens qui ont décidé de décrocher et de changer de vie.

J’adore ces textes. Je n’en manque pas un. Ça me fait rêver.

Des familles qui ont décidé de vendre leurs possessions pour vivre sur un voilier, faire le tour du monde en camping-car ou ouvrir un bar à jus sur une plage exotique.

On se dit que seuls des jeunes sans responsabilités ou des retraités peuvent se permettre ce genre de trip.

Faux. Il y a des professionnels dans la fleur de l’âge, des pères et des mères de famille, des travailleurs de la classe moyenne, qui préfèrent vivre avec moins de moyens, mais vivre vraiment. Troquer la quantité pour la qualité.

Que vaut le dernier gadget high-tech face à un coucher de soleil à Bali ?

Quand vous allez pousser votre dernier soupir, allez-vous dire : « Maudit ! j’aurais donc dû acheter le iPhone 15 » ?

ESCAPE GAME

Beaucoup de gens ont l’impression d’être prisonniers d’une vie qu’ils n’ont pas choisie. Mais qu’est-ce qui nous empêche de changer de train ?

La clé de notre cellule est dans notre poche. Il suffit de la prendre et de l’insérer dans le cadenas.

Nous n’avons qu’un seul geôlier : nous-mêmes.

Mais on a peur. On a la chienne.

Alors on reste. Et on chiale.

Vous savez quelle est la différence entre ces individus qui ont décidé de changer de vie et la plupart des gens ?

La majorité des gens pensent à ce qu’ils pourraient perdre s’ils sautaient dans le vide. Alors qu’eux ont pensé à tout ce qu’ils pourraient gagner.

L’humoriste Bruno Blanchet avait une sacrée belle carrière devant lui. Il a décidé de tout lâcher pour aller vendre de la poutine en Thaïlande.

Il a fait comme Jim Carey à la fin du film The Truman Show. Il a ouvert la porte de la prison qu’était sa vie et il est parti.

Comme ça.

Ça ne vous tente pas ?