/sports/baseball/capitales
Navigation

Les Capitales remportent la bataille face aux Champions

Coup d'oeil sur cet article

Les spectateurs présents au Stade Canac dimanche après-midi en ont eu pour leur argent. Ils ont eu droit à un duel de lanceurs digne du baseball majeur, à une bataille entre les deux équipes en 11e manche et à une remontée spectaculaire des Capitales de Québec. Ces derniers l’ont finalement emporté 5 à 4 face aux Champions d’Ottawa. 

Un retour des Caps semblait impossible en fin de 11e manche alors que les Champions étaient en avance 4 à 1. La troupe de Patrick Scalabrini n’avait toutefois pas dit son dernier mot. Alors que les deuxième et troisième coussins étaient occupés par les Capitales, le voltigeur David Salgueiro a frappé un triple. Les Capitales ont alors créé l’égalité 4 à 4. 

Après un plongeon pour atteindre le troisième but, Slagueiro s’est relevé en célébrant et a regardé immédiatement en direction du banc des Champions. Les joueurs de l’équipe averse n’ont pas apprécié, les deux bancs se sont vidés et une bataille s’en est suivie. Plusieurs joueurs se sont échangé des coups et Salgueiro a finalement été expulsé du match. 

Plusieurs minutes se sont écoulées avant que le match poursuive son cours. Le gérant des Champions se plaignait de l’attitude des joueurs des Capitales aux arbitres. Après un long moment d’attente, Brandon Fischer a frappé un simple dans la gauche qui a permis aux siens de l’emporter. 

«Ce fut un match très émotif. C’est le genre de chose (l'échauffourée) qui soude les gars et dont tu as besoin pour partir sur une séquence et comprendre le sens de jouer les uns pour les autres. C’est le genre de rencontre, et même de série, qui pourrait être un point tournant dans notre saison. On est revenu de l’arrière et on a battu probablement le meilleur artilleur de la ligue», a mentionné le gérant Patrick Scalabrini. 

Duel de lanceurs 

On s’attendait à un grand duel de lanceurs entre Philippe Aumont et Scott Richmond, et les deux vétérans n’ont pas déçu. Affichant le plus grand nombre de retraits sur des prises dans le circuit, Aumont a encore une fois été dominant au monticule. Le géant de 6 pi 7 po a terminé la rencontre avec seulement quatre coups sûrs alloués aux Caps, en plus de passer sept frappeurs dans la mitaine en sept manches complètes de travail. 

«Nous sommes deux gars avec beaucoup d’expérience, et ç’a paru, a souligné Aumont. La préparation mentale est rendue très importante pour moi. Quand je donne un coup sûr, je ne m’en fais pas et je pense au prochain lancer. Mon travail, c’est toujours de garder mon équipe dans le match et de limiter les points.» 

Le lanceur de Québec n’a pas été intimidé par la performance d’Aumont. Richmond a été excellent et n’a accordé que trois maigres coups sûrs en huit manches. 

«Richmond nous a offert une solide prestation. Il a été en contrôle tout le match. À peu près personne n’a atteint le deuxième but. C’est rassurant pour un gérant de voir un vétéran contrôler les choses de cette façon», a dit Scalabrini. 

Les deux anciens lanceurs des ligues majeures quittent leur formation pour quelques jours et s’envoleront lundi pour Lima, afin de participer aux Jeux panaméricains avec l’équipe canadienne.