/world
Navigation

Un journaliste de 19 ans derrière la fuite qui a semé la bisbille entre Londres et Washington

Coup d'oeil sur cet article

Un journaliste de 19 ans serait à l’origine de la publication des câbles diplomatiques secrets envoyés par l’ambassadeur britannique à Washington au gouvernement du Royaume-Uni critiquant le président américain Donald Trump.

Dans une lettre publiée dimanche par le Mail on Sunday, Steven Edginton affirme que c’est une de ses sources qui lui a montré en premier les rapports confidentiels datant de 2017 dans lesquels on qualifiait le patron de la Maison-Blanche «d'instable» et d'«incompétent».

Même si son nom ne se trouve pas dans l’article qui a finalement mené à la démission de l’ambassadeur britannique Kim Darroch, il dit qu’il a contacté et travaillé avec la journaliste Kim Oakeshott qui a signé le papier controversé publié par le Mail on Sunday.

Selon lui, ces câbles ne «contenaient aucun secret d’État». Par conséquent, il s’est dit «abasourdi» de constater que les services de contre-terrorisme britannique aient déclenché une enquête concernant cette fuite qui a provoqué un froid entre Londres et Washington.

Steven Edginton dit être sous surveillance.

«J’ai aperçu un homme d’âge mûr habillé en touriste en train de prendre des photos de moi. Il s’est ensuite réfugié derrière un arbre avant, je crois, d’entrer dans une fourgonnette blanche», a-t-il mentionné concernant un événement survenu la semaine dernière alors qu’il dinait dans un parc près du Parlement à Londres.

«Je ne regrette pas mon rôle dans cette affaire, même si les événements ont eu des répercussions négatives. J’ai perdu du poids et j’ai eu de la difficulté à dormir», a dit l’homme de 19 ans. Il a déclaré qu’il ne révélerait jamais le nom de sa source.

Steven Edginton a précisé que ces fuites n’étaient pas une conspiration de la part du Parti du Brexit pour lequel il travaille depuis avril comme spécialiste des réseaux sociaux.

Il a souligné que les commentaires de l’ambassadeur Kim Darroch montraient son manque d’impartialité. M. Edginton avait auparavant travaillé sur le rôle et la position des fonctionnaires britanniques par rapport à la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.