/entertainment/movies
Navigation

Le Festival des films du monde fait relâche en 2019

Le Festival des films du monde fait relâche en 2019
Photo d'archives, AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

 MONTRÉAL | Il n’y aura pas de Festival des films du monde cette année. Le président fondateur de l’événement, Serge Losique, a annoncé lundi que le FFM fera relâche en 2019 «pour préparer une grande édition en 2020».

Aucun film n’avait été jusqu’à présent sélectionné pour le rendez-vous qui devait avoir lieu cet été, a assuré l’organisation du festival.

«D’autres informations sur l’organisation de cette manifestation en 2020 vous seront communiquées sous peu», a poursuivi Serge Losique dans le communiqué envoyé aux médias lundi matin.

Il a également été précisé que Serge Losique, qui est âgé de 87 ans, «à cause de la fatigue extrême et sur l’ordre de ses médecins», n’accordera pas d’entrevue au sujet de cette annonce.

L’Impérial s’y attendait

Au Cinéma Impérial, qui abrite habituellement le FFM, on avait peu d’informations à fournir concernant l’annulation du 43e FFM, sinon que l’annonce de lundi n’a pas été une grande surprise.

«C’était un point d’interrogation depuis plusieurs mois. On s’y attendait un peu», a spécifié François Beaudry-Losique, directeur général de l’établissement, qui est aussi le fils de Serge Losique.

Il a mentionné que l’absence de dévoilements concernant le FFM et sa programmation, dans les derniers mois, avait mis la puce à l’oreille à la direction du cinéma.

Aucun conflit entre l’organisation du FFM et l’Impérial ne serait à l’origine de la pause du FFM. Au contraire, l’Impérial mentionne que le festival, avec ses 60 à 70 projections annuelles étalées sur 12 jours, est «très intéressant» pour l’endroit.

François Beaudry-Losique a d’ailleurs relevé que les dates traditionnellement réservées au FFM, qui se tient généralement la semaine précédant la fête du Travail, étaient libres pour accueillir les acteurs du septième art de partout encore cette année, et que l’Impérial avait du personnel disponible pour répondre à la demande.

Lent déclin

Mis sur pied en 1977, le FFM est sur un lent déclin depuis le milieu des années 2000. La 42e mouture, en août 2018, s’était ouverte devant un parterre à moitié vide au Cinéma Impérial. Même devant le peu d’intérêt accordé au rassemblement, tant par les médias que par le public, Serge Losique avait défendu la raison d’être du FFM.

«Un journaliste a récemment écrit dans un journal que le FFM avait été enterré mille fois. Ça prouve qu’on peut encore être là pour un autre 42 ans!» avait-il martelé.

Quelques mois plus tôt, une demande d’injonction de Revenu Québec visant à empêcher la tenue du FFM avait grandement menacé la survie de celui-ci, mais Serge Losique avait évité le naufrage en payant un montant de sûreté de 32 800 $. Le FFM est privé de financement public depuis 2014, année où la SODEC, Téléfilm Canada, la Ville de Montréal et Tourisme Montréal avaient annoncé qu’ils ne subventionneraient pas l’événement.

Invité à se prononcer sur le dossier, lundi, le cabinet de la mairesse de Montréal s’est refusé à tout commentaire. À la SODEC, on a également refusé de commenter, puisque la cause de l’organisme gouvernemental contre le FFM est présentement devant les tribunaux.

Les déboires du FFM:

1977 – Fondation du Festival des films du monde.

2004 – Le FFM perd une première fois son financement de la SODEC et de Téléfilm Canada, au profit du nouveau Festival international de films de Montréal, instigué par Spectra, qui n’aura finalement une durée de vie que d’un an. Le FFM ne se relèvera jamais réellement de cette première défection.

2014 – Danièle Cauchard, directrice générale du FFM des 38 années précédentes, depuis la naissance de l’événement, quitte le navire. Les organismes publics comme la SODEC, Téléfilm Canada, la Ville de Montréal et Tourisme Montréal, cessent de financer la traditionnelle réunion, et plusieurs commanditaires s’en retirent également, mais Losique persiste et signe. Deux ans plus tard, il passe par les tribunaux pour contraindre la SODEC à lui octroyer 2,5 millions.

2016 – La veille de l’inauguration du 40e FFM, la majorité des employés de l’événement, au bout du rouleau, démissionne en bloc, invoquant notamment l’incertitude financière du festival pour expliquer son geste. Le Cinéplex Forum choisit de se retirer du rendez-vous en ne présentant pas les œuvres prévues. S’ensuit un début de festival chaotique, avec des annulations de projections et des changements d’horaires, qui déplaisent aux festivaliers et aux invités.

2017 – Québecor rachète la dette hypothécaire de l’Impérial pour un peu moins de 5 millions et devient ainsi le locataire prioritaire de l’établissement. Serge Losique avait auparavant hypothéqué le bâtiment à deux reprises, et Hydro Québec avait coupé l’électricité de la salle de projection en raison de factures impayées. Le 41e FFM est lancé le 23 août de la même année dans l’incertitude, autour d’une programmation incomplète.

2018 – Revenu Québec émet une demande d’injonction visant à faire cesser «pour de bon» les activités du FFM, qui traine une dette d’un demi-million de dollars envers le fisc. Losique sauve son «bébé» du naufrage une énième fois en payant un montant de sûreté.

2019 – Serge Losique annonce que le FFM prend une pause en 2019, afin de mieux préparer l’édition 2020.