/world/usa
Navigation

«Meth-gators»: ce n'était qu'une blague, corrige la police

Coup d'oeil sur cet article

Rassurez-vous: les «meth-gators», ces alligators supposément drogués à la méthamphétamine, n’existent pas. Ils sont sortis tout droit de l’imagination d’un service de police du Tennessee, qui a jugé qu’il s’agissait là d’une bonne blague à faire.

Le service de police de Loretto avait causé toute une commotion, la semaine dernière, en publiant sur les réseaux sociaux un avertissement implorant les citoyens d’arrêter de jeter leur drogue dans les toilettes et dans les éviers, brandissant la menace que cela fait planer une fois consommée par les animaux du coin.

«Quand vous envoyez des choses dans les égouts, elles finissent dans nos bassins de rétention, avant de repartir dans les rivières», avait indiqué la police. «Des canards, des oies et d'autres volatiles fréquentent ces bassins et on frémit en imaginant ce que l'un d'eux, chargé en meth, pourrait faire».

Cela pourrait favoriser la création de «meth-gators», avaient alors dit craindre les forces de l’ordre.

La police s’est ravisée depuis, indiquant dans une nouvelle publication sur Facebook qu’elle ne croyait pas qu’elle serait prise au sérieux, rapporte CNN. Lundi matin, la page Facebook de l’organisation n’était toutefois pas accessible.

«Soyons parfaitement clairs: le ''meth-gator'' était une métaphore humoristique pour mettre en lumière les dangers de se débarrasser des drogues et d’autres substances du genre dans la toilette», écrivait vendredi la police de Loretto.

«Hélas, le meth-gator n’existe pas. Répétons-le, juste pour être sûrs: LE METH-GATOR N’EXISTE (du moins à l’heure actuelle) PAS.»

À la suite de cette blague, le directeur du service de police concerné a dû s’expliquer auprès de nombreux médias dans le monde, et il semble même que ses agents aient reçu des appels «de professionnels qui craignaient détenir des alligators sous l’influence de la méthamphétamine», selon CNN.

Maintenant que la blague a fonctionné au-delà de leurs attentes, les policiers du Tennessee comptent concevoir un t-shirt pour surfer sur la vague du «meth-gator», et espèrent ainsi récolter des fonds pour des œuvres de charité.