/news/currentevents
Navigation

Le Québec moins criminalisé que le reste du pays en 2018

La province a connu une baisse de 3 % de son taux de délinquance en un an

Coup d'oeil sur cet article

Le Québec a présenté le plus bas taux de criminalité de toutes les provinces du Canada l’an dernier, a dévoilé lundi Statistique Canada.

« Ça ne me surprend pas. Le Québec est toujours bien situé dans ces statistiques. Quand on se compare, on se console », résume la criminologue Maria Mourani.

La province a affiché de loin le taux de criminalité le plus faible au pays, engendrant par le fait même une baisse de 3 %, avec une moyenne de 3304 crimes par 100 000 habitants déclarés par la police, loin sous la moyenne canadienne de 5488 crimes, en 2018. L’Ontario vient au deuxième rang avec un taux de 4113 dossiers.

Le phénomène a également été analysé par régions métropolitaines. Saguenay, Québec et Trois-Rivières ont connu les plus bas taux de criminalité de la province. Pour sa part, Montréal a vu son taux diminuer de 4 % par rapport à 2017.

  • ÉCOUTEZ Maria Mourani à l'émission Avocats à la barre à QUB radio

« On peut dire que le Québec s’est démarqué, car il fait partie des quelques provinces qui se sont améliorées, contrairement à l’ensemble du Canada », précise au Journal Warren Silver, porte-parole de Statistique Canada.

Hausse canadienne

Au Canada, le taux de criminalité a légèrement grimpé, soit de 2 %, en raison notamment de la hausse du nombre de cas d’agressions sexuelles et de fraudes.

Ce nombre demeure toutefois 17 % sous celui de 2008, signe que la criminalité a tout de même diminué en une décennie. Au Québec, on parle d’une amélioration de 32 % depuis.

Parmi les domaines dans lesquels la criminalité a connu une baisse dans la province, M. Silver note l’homicide (-12 %), les tentatives de meurtre (-17 %), le vol qualifié (-12 %), l’introduction par effraction (-15 %) et le harcèlement (-6 %).

Le Québec ne présente toutefois pas un dossier sans taches.

Les agressions sexuelles ont connu une hausse (11 %), tout comme le vol de plus de 5000 $ (14 %), le vol d’identité (40 %) et la fraude (9 %). Les infractions de conduite avec les facultés affaiblies ont aussi augmenté de 17 % dans la province.

Extorsion en vogue

Par ailleurs, Montréal a noirci le dossier du Québec à sa façon, avec une augmentation de 52 % des infractions reliées à la méthamphétamine, une drogue de synthèse.

« Elle arrive aussi deuxième pour le plus grand nombre d’incidents d’extorsion, avec une augmentation de 158 % », souligne M. Silver, n’oubliant pas de spécifier que l’île avait été la scène de 32 homicides en 2018, neuf de plus que l’année précédente.

« Bien qu’il y ait eu un déclin global d’homicides liés aux gangs au Canada, au Québec, les meurtres du crime organisé ont doublé, passant de 15 à 32 victimes », conclut-il.

Taux de criminalité*

  • Saskatchewan 11 461
  • Manitoba 9392
  • Alberta 8607
  • Colombie-Britannique 7400
  • Terre-Neuve et Labrador 5546
  • Nouveau-Brunswick 5301
  • Nouvelle-Écosse 5075
  • Île-du-Prince-Édouard 4678
  • Ontario 4113
  • Québec 3304
  • Canada 5488

*Nombre de crimes en 2018 par tranche de 100 000 habitants.

– Avec l’Agence QMI

Plus de conducteurs arrêtés « gelés » au volant

Le taux d’infractions criminelles reliées au cannabis a continué de diminuer au pays l’an dernier, même si plus de conducteurs se font prendre, a dévoilé lundi Statistique Canada.

Toutes les infractions en lien avec le cannabis étaient déjà en baisse avant sa légalisation le 17 octobre dernier, si l’on compare les chiffres à pareille date en 2017 (-33 % en possession de pot, -44 % pour le trafic et -35 % de production).

Le nombre d’automobilistes épinglés pour conduite avec les facultés affaiblies par la drogue a toutefois connu une hausse importante de 25 %. On a calculé 4423 infractions en 2018.

Il s’agit de 929 de plus qu’en 2017. Statistique Canada s’est gardée d’établir un lien direct avec la légalisation, mais a soutenu que des « modifications législatives » et l’accès à des technologies de dépistage des drogues pourraient expliquer le phénomène.

Plus d’agressions sexuelles dénoncées

Le nombre d’agressions sexuelles déclarées a augmenté de façon marquée en 2017 et 2018 dans toutes les provinces, en raison de l’intensification du débat public concernant la violence sexuelle. Le nombre de cas jugés « non fondés » par les autorités a baissé, passant de 14 % en 2017 à 11 % en 2018. « Ça ne veut pas dire qu’il y a plus d’agressions, c’est simplement que plus de gens dénoncent et sont pris au sérieux », explique Maria Mourani. Le taux d’agressions déclarées a augmenté en 2018 pour une quatrième année consécutive. Plus de 28 700 cas ont été répertoriés à travers le pays. Au Québec, l’augmentation a été de 10 %, et à Montréal de 9 %. À noter qu’il arrive souvent qu’une agression ne soit pas signalée, peut-on lire dans l’article.

Moins de crimes haineux, mais un problème toujours important

Le nombre de crimes motivés par la haine, entre autres à l’égard des gens de croyance musulmane, avait atteint un sommet au Canada en 2017, avec une augmentation de 47 %. Il a toutefois baissé de 13 %, passant de 2073 affaires à 1798 en 2018. « Malgré ce recul, le nombre de crimes haineux demeure plus élevé que celui enregistré chaque année depuis 2009 (sauf en 2017) et reflète la tendance à la hausse depuis 2014 », peut-on lire dans le document. La police a aussi noté une diminution de 12 % des crimes haineux à l’endroit des personnes à la peau noire et de 15 % en ce qui a trait à la haine d’une orientation sexuelle, est-il indiqué.