/finance/business
Navigation

Réorientation, réorganisation et résultats plus faibles que prévu pour SNC-Lavalin

Coup d'oeil sur cet article

SNC-Lavalin a annoncé lundi que ses prévisions pour l’exercice 2019 seront «nettement» inférieures à ce qui était prévu et qu’elle se réorganisera afin d’être plus performante.

La firme d’ingénierie montréalaise abandonne les contrats clé en main à prix forfaitaire (CMPF) et songe à quitter le secteur des ressources, notamment les activités de pétrole et de gaz. Cette réorientation vise à atténuer les risques sur les activités et les flux de trésorerie, afin d’atteindre des résultats plus constants.

«Les projets clé en main à prix forfaitaire sont la cause première des problèmes de rendement, a affirmé Ian L. Edwards, président et chef de la direction par intérim, par communiqué. En abandonnant ce type de contrats et en le dissociant de ce qui est par ailleurs une entreprise saine et solide, nous nous attaquons à la source du problème et, par conséquent, nous nous attendons à constater une amélioration significative de la prévisibilité et de la clarté de nos résultats.»

SNC affirme qu’elle respectera ses obligations en cours pour les CMPF, dont le projet du Réseau express métropolitain. Tous les CMPF seront regroupés dans une branche d’activités distincte.

L’entreprise veut ainsi se focaliser sur ses activités plus lucratives et à croissance élevée.

«Nous disposons d'une offre de services professionnels intégrés très impressionnante dans les secteurs ICGP (Ingénierie, conception et gestion de projet), Énergie nucléaire, l'unité d'exploitation Opérations et maintenance du secteur Infrastructures et la coentreprise Linxon, ainsi qu'un investissement solide dans Capital. Cependant, les résultats ont été éclipsés par les projets CMPF. À l'avenir, cette réorganisation nous permettra de nous concentrer sur les opportunités de croissance et les capacités de gestion de projets de bout en bout», a ajouté M. Edwards.

La firme estime que cette réorientation permettra d’obtenir «des résultats et des flux de trésorerie constants, avec une structure de capital allégée, pour nos actionnaires».

En raison de tous ces changements, SNC a retiré «toutes les perspectives annuelles publiées antérieurement pour 2019». Une chose est certaine, les résultats pour l’exercice seront moins élevés que prévu, notamment en raison des coûts des CMPF dans les secteurs des ressources et des infrastructures. Une charge d’environ 1,9 milliard $, principalement liée au pétrole et au gaz, sera aussi comptabilisée pour le deuxième trimestre de 2019, dont les résultats seront divulgués le 1er août.