/news/currentevents
Navigation

Agression dans Saint-Roch: «Je me suis fait agresser parce que je suis arabe»

Coup d'oeil sur cet article

 L’homme agressé à l’arme blanche vendredi soir dans le quartier Saint-Roch affirme avoir été visé parce qu’il est arabe et musulman.

 «Je me suis fait agresser parce que je suis arabe, j’ai l’air d’être un Arabe, parce que je suis musulman, parce que je suis croyant et parce que je n’ai pas la bonne couleur de peau», lance l’homme de 38 ans dans une vidéo qui a été partagée cette semaine par l’organisme communautaire Place pour moi Québec, qui offre notamment des services pour les jeunes de 15 à 25 ans. 

«Il m’a dit "retourne dans ton pays, criss d’immigrant"», mentionne la présumée victime, qui a été blessée au thorax avec décapsuleur à bière trafiqué.

Il a ensuite été transporté dans un centre hospitalier, où on ne craignait pas pour sa vie. Chauffeur de taxi depuis six ans à Québec, l’homme qui ne s’identifie pas sur la vidéo, blâme aussi le gouvernement Legault pour le crime à caractère haineux dont il a été victime.

Suspects accusés

Rappelons que Keven Lavoie-Deschênes, 33 ans et Christina Bédard, 36 ans ont été arrêtés et ont comparu samedi en lien avec cette affaire. L’homme est accusé de voies de fait armées et de voies de fait causant des lésions, alors que la femme fait face à des accusations de voies de fait simple et de bris de probation.

Keven Lavoie-Deschênes a comparu aujourd'hui au palais de justice de Québec pour faire face, notamment, à une accusation de voies de fait armées relativement à l'agression armée survenue vendredi soir dans le quartier Saint-Roch. L'autre personne arrêtée dans cette affaire, Christina Bédard, fait aussi face à la justice pour agression armée simple et non-respect de probation. Elle doit revenir en cour le 18 octobre prochain.
Photo courtoisie
Keven Lavoie-Deschênes a comparu aujourd'hui au palais de justice de Québec pour faire face, notamment, à une accusation de voies de fait armées relativement à l'agression armée survenue vendredi soir dans le quartier Saint-Roch. L'autre personne arrêtée dans cette affaire, Christina Bédard, fait aussi face à la justice pour agression armée simple et non-respect de probation. Elle doit revenir en cour le 18 octobre prochain.

Lavoie-Deschenes est revenu en cour mercredi pour son enquête sur remise en liberté. Selon son témoignage, une querelle aurait éclaté entre le chauffeur et lui, pour une course de taxi qu’il avait trouvée trop chère, une fois payée. «Il est venu me menacer qu'il allait me casser les deux jambes», a-t-il affirmé en cour, assurant que l’altercation n’est pas survenue «à cause de son ethnie». «Je me suis senti en danger», a-t-il indiqué.

Le juge Sébastien Proulx a pris la cause en délibéré jusqu'à mercredi.

Christina Bédard a quant à elle été libérée en attendant la suite des procédures, prévues le 18 octobre.

Orientation sexuelle et ethnie

Selon le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ), les suspects ont tenu des propos à caractère haineux, concernant d’abord l’orientation sexuelle de la victime, puis son ethnie, avant de le blesser avec une arme blanche.

Avec la collaboration de Nicolas Saillant