/finance/business
Navigation

Hydro-Québec intensifie ses discussions avec New York

Des représentants américains étaient récemment de passage à Montréal

Bloc Hydro Québec
Photo d'archives, Agence QMI Des représentants de la Ville de New York ont récemment effectué une visite au siège social d’Hydro-Québec (photo), à Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Hydro-Québec dit avoir intensifié ses discussions avec New York dans le but de signer un contrat potentiel d’électricité de 10 milliards $ sur 20 ans, et ce, même si l’État de New York vient d’octroyer un contrat d’achat d’énergie éolienne de 5 milliards $.

«Les échanges sont très actifs», a résumé au Journal une source bien au fait du dossier.

Chez Hydro-Québec, le porte-parole Serge Abergel a soutenu que les pourparlers se déroulaient sur une «base régulière» avec la Ville de New York.

Récemment, des représentants de New York ont effectué une visite à Montréal au siège social de la société d’État, boulevard René-Lévesque Ouest.

Des négociateurs d’Hydro-Québec ont également participé à des séances de discussion avec leurs vis-à-vis américains à New York.

En avril dernier, le maire de New York, Bill de Blasio, a dévoilé un ambitieux plan vert en plusieurs volets, qui comprend la construction d’une ligne électrique permettant de relier sa ville au réseau d’Hydro-Québec.

L’objectif de New York est de signer un accord d’ici la fin de 2020 pour alimenter entièrement les installations de la Ville avec des sources renouvelables d’ici cinq ans.

Le contrat final d’approvisionnement (près de neuf térawattheures) avec Hydro-Québec pourrait ainsi rapporter jusqu’à 10 milliards de dollars dans ses coffres sur 20 ans.

C’est sensiblement le même montant que touchera Hydro-Québec pour son contrat signé avec le Massachusetts l’an dernier (9,45 térawattheures).

L’État de la Nouvelle-Angleterre paiera en moyenne 6,6 cents américains (8,8 cents CA) du kilowattheure pour l’électricité québécoise.

Éoliennes en mer

Par ailleurs, l’État de New York a annoncé, il y a quelques jours, la signature d’un contrat d’achat d’énergie éolienne de 1700 mégawatts (MW), d’une valeur de près de cinq milliards de dollars américains.

Le parc éolien devrait livrer ses premiers électrons sur le réseau électrique new-yorkais en 2024. Il sera construit au large de Long Island par le géant norvégien Equinor, l’entreprise américaine Eversource Energy et la firme danoise Orsted A/S.

Hydro-Québec ne croit pas que ce contrat d’achat d’énergie éolienne nuira à ses négociations avec la Ville de New York.

«Au contraire, cette démarche confirme l’engagement de New York dans sa transition vers des énergies propres et elle représente une opportunité d’équilibrage pour Hydro-Québec», a résumé le porte-parole de la société d’État.