/sports/opinion/columnists
Navigation

Une chance de gagner à la loterie

US-ALLEN-&-CO.-HOLDS-ITS-ANNUAL-SUN-VALLEY-CONFERENCE-IN-IDAHO
Photo AFP Le commissaire Gary Bettman a toujours permis à la LNH d’atteindre ses objectifs.

Coup d'oeil sur cet article

Gary Bettman n’aura pas à acheter un billet pour participer à la prochaine loterie.

Les réseaux spécialisés américains se chargeront de le faire.

Mais encore faudra-t-il que les joueurs et les propriétaires s’entendent sur la prochaine convention collective. Celle présentement en vigueur doit prendre fin après la saison 2021-2022... sauf qu’une clause stipule que les propriétaires et les joueurs se réservent le droit d’annuler l’entente un an plus tôt.

Donc, cela signifie qu’un autre lock-out pourrait suspendre les activités de la ligue en 2020-21.

Je vous rappelle que depuis 1992, sous l’administration Bettman, les propriétaires et les joueurs ont vécu quatre lock-out, dont un arrêt de travail pour une saison complète en 2004-05.

Chaque fois, j’ai cru que Bettman dirigeait la ligue vers un cul-de-sac et que le hockey professionnel ne se remettrait jamais d’une telle décision du commissaire.

Or, en 2018, la Ligue nationale a atteint un sommet de près de 5 milliards de dollars. Par conséquent, Bettman a gagné son pari et, plus impressionnant, il a toujours trouvé un moyen pour permettre à la ligue d’atteindre et même dépasser les objectifs.

Il a aussi réussi à gagner la confiance du réseau américain NBC/NBC Sports qui a signé, en 2011, une entente de 10 ans évaluée à deux milliards de dollars.

Et, dans un tel contexte, Bettman pourrait-il menacer les joueurs d’un autre lock-out ?

Ou encore les joueurs songeraient-ils à faire la grève ?

Les discussions

Les décideurs des deux organisations ont amorcé brièvement les discussions et les pourparlers vont s’intensifier dans les prochains jours et semaines.

On connaît les enjeux.

  • Le partage des revenus.
  • La clause en « fidéicommis ».
  • La participation aux Jeux olympiques.

Mais les joueurs et les propriétaires savent très bien que même si le hockey ne parvient pas à devancer la NFL, le baseball majeur, la NBA et la NCAA, il a fait des gains importants au fil des ans. On apprécie les jeunes joueurs, le spectacle qu’ils présentent dans chacun des amphithéâtres. Déjà, Comcast, propriétaire de NBC/NBC Sports a informé Gary Bettman que l’entreprise veut continuer son association avec la ligue.

À quel prix ?

Voilà le point important.

On revient donc au point de discussion. Bettman peut-il laisser passer une telle opportunité en décrétant un autre lock-out ? Oui, il peut le faire. Sauf qu’il sait très bien que le prochain contrat de télévision aux États-Unis pourrait atteindre les 4 milliards de dollars.

Il sait aussi que ESPN veut revenir dans le giron de la ligue. Il existe présentement une compétition féroce entre les chaînes sportives aux États-Unis. Bettman, reconnu comme un brillant négociateur, voudra profiter de cette situation.

Les joueurs aussi

Par conséquent, on peut s’imaginer qu’on cherchera à éviter un arrêt de travail à tout prix. Également, les joueurs y gagneraient avec de nouvelles ententes avec les réseaux américains. Des revenus plus élevés, un plafond salarial plus élevé. Possibilité alors de rayer la fameuse clause en « fidéicommis ».

Pourquoi ne profiterait-on pas de cette compétition entre les grandes entreprises de communications aux États-Unis ? Forbes, le magazine, informait récemment que NBC/NBC Sports avait payé 1 milliard pour les droits du soccer. Qu’en 2016, les réseaux Turner et ABC/ESPN avaient conclu une entente jusqu’en 2024-2025 : le prix de la facture serait de 9 milliards de dollars.

Et l’an dernier, Fox acceptait de verser la somme de 5,1 milliards $ pour les droits du baseball majeur. Entente prenant fin en 2028. ESPN et Turner, deux réseaux qui ont également des droits sur la télédiffusion des matchs.

Et d’autres joueurs comme Amazon risquent de pointer le nez ainsi que DAZN, qui a déjà une entente avec la NFL. Ce sont deux réseaux qui s’inscrivent dans la catégorie du « screaming », nouvelle tendance dans la présentation des événements sportifs. Bettman a une chance unique de gagner à la loterie. Saura-t-il tirer profit d’un tel contexte ?

On peut être assuré qu’il trouvera un moyen pour convaincre les joueurs.

Et les patineurs ont tout à gagner.

Enfin, presque tout.

Gillis : de bons arguments

Mike Gillis a raté son expérience comme directeur général d’une formation de la Ligue nationale. Les Canucks de Vancouver ont réalisé très rapidement qu’il n’avait pas toutes les ressources pour garder la concession sur les rails.

Depuis, il donne des conférences, il voyage à travers le monde afin de prendre des informations pertinentes sur le sport du hockey, et récemment, à l’occasion d’un colloque réunissant plusieurs entraîneurs, il a fait quelques observations intéressantes.

  • Les équipes de la Ligue nationale devraient miser sur quatre adjoints au directeur général. La tâche est trop lourde, trop exigeante pour un seul homme qui, éventuellement, prendra de mauvaises décisions en raison de la fatigue.
  • Le repêchage, n’étant pas une science précise, a besoin d’être repensé.
  • Le fameux « combine » où l’on réunit les meilleurs jeunes joueurs éligibles au recrutement est une perte de temps.
  • Et, finalement, il croit que dans un avenir rapproché, les entraîneurs utiliseront cinq attaquants, et pas uniquement en supériorité numérique.

Bon. Quatre directeurs généraux adjoints ? À Montréal, il y a plusieurs membres de la garde rapprochée qui ont des rôles bien spécifiques, donc ce n’est pas un problème au niveau de l’organigramme.

Le repêchage ? L’utilisation des statistiques avancées a modifié un peu la donne. Si des recruteurs ont de la difficulté à passer un message à leur organisation, c’est qu’ils manquent de conviction dans leurs analyses, ou encore leur organisation se fiche de leurs commentaires. Un gros problème.

Le combine ? Il a sans doute raison sur plusieurs points.

Cinq attaquants ? Ça viendra.

Mais au fait, qu’a-t-il apporté comme éléments pouvant améliorer le sport du hockey ?

Euh...