/finance/business
Navigation

Couche-Tard mise gros sur la «mari»

La multinationale investit 26 millions $ dans un réseau de boutiques de cannabis

Fire & Flower exploite sous licence 23 magasins de vente au détail de cannabis dans trois provinces, dont l’Ontario. Couche-Tard vient d’acquérir une participation de 9,9 % dans cette firme albertaine et prendra, éventuellement, le contrôle de la société.
Photo courtoisie Fire & Flower exploite sous licence 23 magasins de vente au détail de cannabis dans trois provinces, dont l’Ontario. Couche-Tard vient d’acquérir une participation de 9,9 % dans cette firme albertaine et prendra, éventuellement, le contrôle de la société.

Coup d'oeil sur cet article

Incapable de vendre du cannabis au Québec, le géant du dépanneur québécois Couche-Tard a décidé d’investir massivement dans un réseau de boutiques en Alberta, en Saskatchewan et en Ontario, ainsi que dans une plateforme numérique de vente.

La transaction annoncée mercredi, qui s’élève à tout près de 26 millions $, permet à Couche-Tard d’acquérir une participation de 9,9 % dans le détaillant Fire & Flower.

L’investissement de Couche-Tard dans Fire & Flower devrait toutefois être porté à 50,1 % et atteindre les 390 millions $.

Fire & Flower, dont le siège social est situé à Edmonton, exploite sous licence 23 magasins de vente au détail de cannabis en Alberta, en Saskatchewan et en Ontario.

L’entreprise détient également une division de distribution en gros en Saskatchewan et la plateforme numérique de vente Hifyre, conçue pour connecter les consommateurs au monde du cannabis.

« Cet investissement, qui conduit à une participation de contrôle, nous permettra de tirer parti du leadership, du réseau et de la plateforme numérique avancée de l’entreprise pour percer plus rapidement ce nouveau secteur florissant », a indiqué mercredi le président et chef de direction de Couche-Tard, Brian Hannasch.

Écoutez Le bon plant une série balado sur le cannabis qui sort des sentiers battus, au-delà des idées préconçues.

Ce n’est pas le premier investissement de Couche-Tard dans le secteur du cannabis. En février dernier, l’entreprise avait annoncé un partenariat avec le producteur Canopy Growth pour l’ouverture d’une boutique sous la bannière Canopy’s Tweed à London, en Ontario.

Pas au Québec

Le cofondateur de Couche-Tard, Alain Bouchard, aurait pourtant aimé développer au Québec une vitrine mondiale de vente du cannabis pour son réseau de dépanneurs présent dans plus de 25 pays.

Couche-Tard avait d’ailleurs embauché une firme de lobbyistes pour faire des représentations auprès du gouvernement du Québec.

L’offre de Couche-Tard n’a cependant jamais été considérée par l’ancien gouvernement libéral. C’est la Société québécoise du cannabis (SQDC), filiale de la SAQ, qui détient le monopole de la vente du cannabis au Québec.

Un bon placement

Pour les analystes qui suivent le titre de Couche-Tard, cet investissement dans le secteur du cannabis se veut stratégique.

« Nous croyons que Couche-Tard aspire à devenir un détaillant important de cannabis à des fins récréatives au Canada, où la vente privée est permise », a fait savoir l’analyste de la BMO, Peter Sklar.

Chez Desjardins, l’analyste Keith Howlett croit que cet investissement tient la route, alors que les ventes de cannabis pourraient éventuellement cannibaliser celles de la bière, du vin et du tabac dans les dépanneurs.

« Couche-Tard continue d’être opportuniste dans la recherche d’avenues de croissance, notamment dans l’ajout de revenus issus de nouveaux produits », a indiqué l’analyste de Desjardins.

COUCHE-TARD DANS LE MONDE

Nombre de points de vente : plus de 15 000
Nombre d’employés : plus de 130 000
Nombre de clients par jour : 9 millions
Chiffre d’affaires annuel : 66 milliards $