/news/currentevents
Navigation

Laval: un policier meurt sur sa moto après son quart de travail

Le sergent-détective de Laval aurait perdu le contrôle de son engin dans une courbe

Coup d'oeil sur cet article

Les policiers de Laval sont ébranlés par le décès d’un sergent-détective qui a perdu la maîtrise de sa moto mercredi soir après son quart de travail.

« L’ambiance est lourde et triste, a dit avec émotion la sergente aux affaires publiques de la police de Laval, Geneviève Major, au lendemain du décès de Daniel Robitaille. Il y a des personnes qui l’avaient vu un peu plus tôt dans la journée [d’hier].

« C’était quelqu’un d’apprécié de tous et personne ne va parler contre lui », a ajouté Mme Major à propos de celui qui comptait 36 ans de service à la police de Laval et qui était « un bon vivant ».

Une autre collègue, qui a préféré garder l’anonymat, a parlé du défunt comme d’une « personne qui était toujours de bonne humeur, et ce, peu importe ce qui se passait dans la vie ».

« C’était un bon Jack qui aimait la vie et rider sa moto », a raconté un employé de la fonction publique qui a travaillé avec le policier de 58 ans.

Perte de contrôle

Des policiers de Laval ont fait une triste découverte mercredi soir en tombant sur le corps sans vie de leur collègue Daniel Robitaille, victime d’un accident de moto.
Photo Agence QMI, Erik Peters
Des policiers de Laval ont fait une triste découverte mercredi soir en tombant sur le corps sans vie de leur collègue Daniel Robitaille, victime d’un accident de moto.

L’agent de la paix a enfourché sa moto après avoir terminé son quart de travail, mercredi.

Le quinquagénaire circulait vers 23 h sur le boulevard Armand-Frappier à Laval, entre le boulevard Notre-Dame et celui du Souvenir, lorsqu’il a perdu le contrôle de son engin et percuté un lampadaire, selon la Sûreté du Québec (SQ). La police provinciale est responsable du dossier afin que les agents de Laval n’aient pas à enquêter sur la mort d’un collègue et ami.

« Il n’y a pas d’élément criminel en lien avec cet accident », a confirmé la SQ, mentionnant qu’une enquête est en cours.

Les traces de l’engin étaient encore visibles hier dans le gazon.
Photo Alex Drouin
Les traces de l’engin étaient encore visibles hier dans le gazon.

En se rendant sur les lieux de la collision hier, Le Journal a constaté que la moto avait roulé une quinzaine de mètres sur la pelouse à côté de la route. Il y avait encore des traces visibles 12 heures après le drame.

La chaussée était en parfait état et l’impact s’est produit dans une légère courbe située dans une zone où la limite de vitesse permise est de 50 km/h. 

Policiers en deuil

Le décès du sergent Robitaille a été constaté sur les lieux de l’impact.

« Il était seul sur sa moto et aucun autre véhicule n’a été impliqué », a indiqué la SQ.

C’est la deuxième fois en seulement quelques jours que les policiers québécois sont secoués par la mort de l’un des leurs.

Vendredi dernier, l’agent de la Sûreté du Québec Patrick Bigras s’est suicidé à Mirabel. C’est lui qui avait découvert les corps des enfants de l’ex-cardiologue Guy Turcotte, en 2009.