/news/currentevents
Navigation

Stéphane Roy et son fils retrouvés sans vie

Les recherches menées pendant 15 jours dans les airs et sur terre ont connu un triste dénouement jeudi

Coup d'oeil sur cet article

Les proches du président de Savoura et de son fils sont soulagés de la découverte jeudi de la carcasse de l’hélicoptère qui les transportait, même si ce n’était pas le dénouement qu’ils souhaitaient.

Stéphane Roy, 56 ans, et son fils Justin, 14 ans, ont été retrouvés sans vie jeudi dans l’appareil Robinson R44 qui s’est écrasé près du lac Valtrie, au nord du parc national du Mont-Tremblant, dans les Laurentides.

« Malheureusement, le dénouement final, c’est triste. [...] Mais on est content d’avoir tout donné, et on a la conscience tranquille », a indiqué à TVA Nouvelles Daniel Roy, le frère du défunt.    

M. Roy et l’adolescent devaient rentrer d’un voyage de pêche le 10 juillet dernier. Pour une raison toujours inconnue, l’hélicoptère qui les transportait n’a jamais été en mesure de parcourir les quelque 220 km qui séparent Lac-De La Bidière et Sainte-Sophie, dans les Laurentides.     

Centaines d’heures de recherche  

« J’ai reçu la nouvelle comme une tonne de briques, a confié au Journal le porte-parole des serres Savoura et proche du défunt, André Michaud. C’est une libération, mais c’est la tristesse avant toute chose. »    

Après des centaines d’heures de recherche à partir des airs, sur l’eau et sur le terrain, l’hélicoptère a finalement été retracé jeudi après-midi par la Sûreté du Québec (SQ) dans un secteur boisé à la limite de la zone de recherches.    

Malheureusement, le décès des deux occupants a été confirmé quelques heures plus tard par le corps policier, qui avait dépêché des secouristes sur le terrain.    

La disparition de M. Roy et de son fils avait non seulement mobilisé la SQ et les Forces armées canadiennes, mais également des dizaines de bénévoles qui, à l’aide d’hélicoptères, avaient prêté main-forte aux autorités pendant ces 15 jours de recherche.     

« Le contexte du papa et de son fils partis à la pêche, tu ne peux pas avoir une histoire plus belle, mais banale en même temps. C’est ce qui a rejoint tous les Québécois », a dit M. Michaud, pour expliquer l’implication des bénévoles.    

M. Roy était un homme d’affaires très impliqué dans son milieu et son décès a déclenché une vague de sympathie.    

Jusqu’à la confirmation de leur décès, la famille et les proches de M. Roy et de son fils avaient toujours espoir de les retrouver vivants.    

Photomontage TVA Nouvelles, Martin Chevalier et Facebook

Ratissé des dizaines de fois  

Le secteur où on a retrouvé l’hélicoptère de M. Roy a été ratissé une quinzaine de fois par des bénévoles et sans doute encore plus souvent par les autorités, sans qu’il soit retrouvé.     

« On évalue que la probabilité de détection [d’un appareil] par un hélicoptère est d’environ 5 %. C’était vraiment une aiguille dans une botte de foin », a indiqué au Journal Guy Lapointe, président de l’Association québécoise des bénévoles en recherche et sauvetage.    

Selon lui, l’emplacement de la carcasse de l’appareil correspond à l’endroit où aurait dû se trouver M. Roy au moment où il a envoyé un message texte à 13 h 18, quelque 20 minutes après son départ.    

L’hélicoptère a été retrouvé directement dans la trajectoire qu’il devait emprunter.   

 RECHERCHÉS PENDANT 15 JOURS  

Le 10 juillet, Stéphane Roy et son fils ont quitté leur chalet situé au Lac-De La Bidière en direction de leur domicile à Sainte-Sophie. Ils ont été retrouvés à proximité du lac Valtrie le 25 juillet. Entre-temps, la Sûreté du Québec a sondé 14 km2 du réservoir Mitchinamecus et les recherches aériennes ont couvert une zone de 20 000 km2 avant de se restreindre à une zone de recherche intensive de 12 000 km2 (carte), puis de diminuer encore à 4000 km2.    

  

 Des questions subsistent encore    

Le frère du président de Savoura, Daniel Roy, met en doute la fiabilité des balises ELT, qui doivent normalement informer les autorités de l’emplacement des appareils qui s’écrasent.     

« Il y a des lois, des règlements qui devront changer si les équipements de repérage ne sont pas adéquats pour les hélicoptères », a-t-il indiqué aux médias, jeudi.    

« C’est impensable qu’en 2019 on ne soit pas capables de retrouver des gens qui soient en danger à bord d’un hélicoptère », a-t-il ajouté.    

Le président d’Air Saguenay, Jean Tremblay, remet également en doute la fiabilité des balises. La compagnie a connu trois écrasements mortels d’hydravion depuis neuf ans. Tous étaient équipés d’un émetteur et pourtant, jamais un signal de détresse ne s’est déclenché.    

« Ça soulève des questions. Des fois, les balises se déclenchaient sans aucune raison, et quand c’est le temps qu’elles se déclenchent lors d’un impact, on ne comprend pas que ça ne fonctionne pas, jamais », a-t-il dit, tout en reconnaissant que les trois écrasements ont malheureusement été très violents chaque fois.    

 « Très fiable »  

Toutefois, pour le pilote en chef de Passport Hélico Patrick Lafleur, la balise de localisation est une « technologie très fiable », mais « pas infaillible »    

« Ce que j’ai hâte de savoir, c’est si la balise était bien installée à bord, parce que ce n’est pas impossible qu’elle ait été retirée pour de l’entretien », a-t-il indiqué au Journal.    

Même son de cloche du côté de l’expert en aviation Jean Lapointe, qui ne remet pas en question la fiabilité de la technologie.    

« C’est de l’équipement qui fonctionne très bien. Mais la balise doit être inspectée toutes les années », a-t-il commenté.    

Manœuvre  

Par ailleurs, M. Lafleur soupçonne que M. Roy a tenté de se poser à très basse vitesse, parce qu’il ne semblait pas y avoir de « trajectoire imprégnée dans la forêt ».    

« C’est un élément qui nous permet de croire que le pilote a réussi à ralentir l’hélicoptère avant l’impact », probablement grâce à une « manœuvre d’autorotation ».    

Ce freinage de l’appareil en vol peut même se faire sans moteur, a précisé M. Lafleur.     

D’ailleurs, l'expert croit qu’un bris mécanique, tel qu’une panne de moteur, sera une des hypothèses étudiées par les enquêteurs du Bureau de la Sécurité dans les Transports pour expliquer l’écrasement.    

 –Avec la collaboration de Dominique Lelièvre