/entertainment/stage
Navigation

ZoOpéra, un spectacle pour les enfants et pour les grands

Le baryton Pierre Rancourt et la soprano Frédérique Drolet personnifient les apprentis Spoutnik et Farandole dans le spectacle jeunesse ZoOpéra qui a pour objectif d’initier les enfants à l’art lyrique et qui a été très apprécié par les «grands». 
Photo Jean-François Desgagnés Le baryton Pierre Rancourt et la soprano Frédérique Drolet personnifient les apprentis Spoutnik et Farandole dans le spectacle jeunesse ZoOpéra qui a pour objectif d’initier les enfants à l’art lyrique et qui a été très apprécié par les «grands». 

Coup d'oeil sur cet article

Spectacle lyrique destiné aux 6 à 12 ans, ZoOpéra s’est offert une sortie publique, jeudi, à l’angle de la rue Cartier et du boulevard René-Lévesque.

Ils visitent, depuis mercredi, des patros de la région de Québec, à l’occasion du Festival d’opéra de Québec, pour initier les enfants à cette forme d’art.

Jeudi, à la place Richard-Garneau, par une belle matinée pleine de soleil, c’était une sortie «pour tous» devant un public constitué d’enfants et où on retrouvait bon nombre d’adultes.

Apprentis à la fabrique de confiture de Mme Tatin, Farandole et Spoutnik ont une mission à réaliser. Ils doivent aller dans une forêt «noire» et cuisiner un gâteau. Une épreuve qu’ils doivent absolument réussir s’ils ne veulent pas être recalés.

À la recherche des différents ingrédients, ils tombent sur un livre de fables de La Fontaine.

Les deux apprentis découvriront ses histoires et les interpréteront en musique avec leurs voix de soprano et de baryton.

Clins d’œil amusants

Le Corbeau et le Renard, Le Loup et l’Agneau, Les Deux Mulets, Le Lièvre et la Tortue, Le Lion et le Rat sont revisités de façon fort amusante à travers des musiques des compositeurs Jacques Offenbach, André Messager et Pierre Quintelier.

Ça ne s’appelle pas ZoOpéra pour rien. Il y a beaucoup d’animaux et quelques mouches.

On a même droit à de petits clins d’œil au célèbre Pokemon Pikachu, au thème de l’émission Mission impossible de Lalo Schifrin, à celui de la Guerre des étoiles de John Williams, à un duo lyrique avec des miaulements de chats et à la prise d’un «selfie».

Le pianiste Michel-Alexandre Broekaert ponctue le tout avec des moments d’humour et quelques cris de corbeaux. Il y a aussi l’arrivée d’un orang-outan qui amènera les jeunes et les grands enfants à participer.

Voix justes et précises

Installés à l’intersection de deux rues qui sont particulièrement passantes, les spectateurs ont aussi eu droit à des bruits d’accompagnement de motos, d’autobus, de camions et même d’un hélicoptère. L’endroit était bruyant.

ZoOpéra met en vedette les voix justes et précises de la soprano Frédérique Drolet, conceptrice du spectacle, et du baryton Pierre Rancourt.

D’abord destinée à des enfants de 6 à 12 ans, la prestation de 45 minutes a tout de même été chaleureusement applaudie par les adultes.

Il reste deux représentations de ZoOpéra et elles seront présentées, samedi, dans des patros de la région de Québec.


► La programmation du Festival d’opéra, qui se déroule jusqu’au 4 août, est en ligne à festivaloperaquebec.com.