/news/provincial
Navigation

Début des vacances de la construction: l’industrie touristique jubile

Des affaires d’or pour les commerçants avec la météo clémente

La météo favorable lors de la première semaine des vacances de la construction est bénéfique pour le Village Vacances Valcartier, qui enregistre une hausse de près de 25 % de son achalandage comparativement à l’an dernier. Jeudi, la clientèle, fort nombreuse, s’amusait ferme dans les installations aquatiques.
Photo Jean-François Desgagnés La météo favorable lors de la première semaine des vacances de la construction est bénéfique pour le Village Vacances Valcartier, qui enregistre une hausse de près de 25 % de son achalandage comparativement à l’an dernier. Jeudi, la clientèle, fort nombreuse, s’amusait ferme dans les installations aquatiques.

Coup d'oeil sur cet article

L’industrie touristique de Québec pourrait difficilement demander mieux, alors que la première semaine des vacances de la construction se termine comme elle a commencé, sous le soleil.

Le beau temps amène un achalandage monstre au Village Vacances Valcartier depuis le début des vacances. On enregistre même une hausse de 25 % comparativement à la même période l’an dernier. «On a de très belles journées lorsqu’on compare à l’an passé, où l’on n’avait pas eu une belle semaine côté météo lors de la première semaine des vacances de la construction», affirme la directrice des communications, Sandra Nadeau.

Si la tendance se maintient, l’augmentation devrait se poursuivre la semaine prochaine, estime Mme Nadeau. «C’est bien parti, mais nous sommes toujours menacés par la température», indique-t-elle.

Même le Bora Parc connaît une augmentation de 25 %, en soirée, précise Mme Nadeau. «Nos plages horaires de soir sont très en demande», explique-t-elle.

La météo favorable lors de la première semaine des vacances de la construction est bénéfique pour le Village Vacances Valcartier, qui enregistre une hausse de près de 25 % de son achalandage comparativement à l’an dernier. Jeudi, la clientèle, fort nombreuse, s’amusait ferme dans les installations aquatiques.
Photo Jean-François Desgagnés

Taux de change élevé

Mme Nadeau précise par ailleurs que le taux de change élevé est actuellement favorable à l’industrie touristique québécoise.

«C’est bon pour nous des deux côtés. C’est intéressant pour les Américains de venir, mais beaucoup de Québécois ont décidé de rester au Québec en raison du taux de change», affirme-t-elle. Hier, le taux de change américain se situait à 1,32 $ CA.

Les restaurateurs aussi récoltent leur part du gâteau, affirmant qu’ils «ne peuvent pas se plaindre».

La météo favorable lors de la première semaine des vacances de la construction est bénéfique pour le Village Vacances Valcartier, qui enregistre une hausse de près de 25 % de son achalandage comparativement à l’an dernier. Jeudi, la clientèle, fort nombreuse, s’amusait ferme dans les installations aquatiques.
Photo Jean-François Desgagnés

Surfer sur un FEQ «record»

À l’Atelier sur la Grande-Allée notamment, le propriétaire affirme que l’achalandage ne s’est pas essoufflé depuis la fin du Festival d’été de Québec, qui a été une «édition record». «La température aide beaucoup. Nous sommes en avance de 5 à 10 % sur l’année dernière à pareille date», affirme Fabio Monti, qui remarque beaucoup de «clientèle locale».

Le son de cloche est le même dans les 12 restaurants du groupe Restos Plaisirs. «Nous sommes en ligne avec l’an dernier, qui avait été une année exceptionnelle», affirme le PDG, Pierre Moreau, qui attribue ce fort achalandage à la température clémente. «Si on n’a pas de canicule, on va être correct, puisque les canicules sont comme les vagues de froid. Les gens cherchent l’air conditionné et ça a un impact sur les terrasses», affirme celui qui est à la tête de 12 restaurants dans la région.

Même la Cour arrière du Festibière, située dans le Port de Québec, jubile. «Nous sommes à pleine capacité tous les jours. Que ce soit lundi ou samedi, nous n’avons pas de pause», se réjouit le responsable, Alex Caron. «Nous sommes devenus une destination touristique de Québec», poursuit-il.

De leur côté, les hôteliers de Québec affichent un léger retard comparativement à l’an dernier, alors que le taux d’occupation se situe à près de 82 %. À pareille date en 2018, les hôteliers étaient pleins à 85 %.

«L’année dernière, ce fut une année record à vie, donc ce sera difficile à battre. Malgré tout, on se compare avec de très bonnes années», a indiqué la directrice générale de l’Association hôtelière de la région de Québec, Marjolaine de Sa.

Des gens d’affaires comblés

«Ça augure bien pour les prochaines semaines si on continue à avoir du beau temps. On sent depuis quelques années que le touriste arrive plus tard et reste plus longtemps.»

— Pierre Moreau, PDG du groupe Restos Plaisirs


«Ça va super bien! On ne pourrait pas avoir plus de monde que l’espace qu’on a!»

— Alex Caron, responsable de la Cour arrière du Festibière


«On s’en sort très bien, mais ça ne se fait pas sans rigueur en raison de la pénurie de personnel. On peut se retrouver à faire trois postes dans une même journée.»

— François Petit, propriétaire du Portofino dans le Vieux-Québec