/sports/others
Navigation

Le géant qui redonne aux petits

Chris Boucher a rencontré des jeunes dans un camp de basketball à Ville Mont-Royal, samedi

Chris Boucher a permis à des jeunes de vivre une clinique de baseball au parc Danyluk de Ville Mont-Royal, samedi.
Photo Agence QMI, Joël Lemay Chris Boucher a permis à des jeunes de vivre une clinique de baseball au parc Danyluk de Ville Mont-Royal, samedi.

Coup d'oeil sur cet article

Depuis plus d’un mois, Chris Boucher ne voit pas le temps passer. Champion de la NBA avec les Raptors de Toronto, le grand Montréalais a trouvé un moment pour redonner à sa communauté.

Ils étaient une soixantaine d’enfants, sous un soleil de plomb, samedi matin, sur un court du parc Danyluk de Mont-Royal, à recevoir des conseils de basketball lors de la première édition du camp portant le nom du numéro 25 des Raptors.

Avec l’imposant trophée doré Larry O’Brien en prime, c’était ainsi une façon pour Boucher d’attirer de jeunes sportifs vers le basketball.

Ce dernier a multiplié les conseils auprès des jeunes au parc Danyluk.
Photo Agence QMI, Joël Lemay
Ce dernier a multiplié les conseils auprès des jeunes au parc Danyluk.

« Les enfants peuvent avoir quelqu’un vers qui regarder s’ils veulent jouer au basket », a exprimé celui qui n’avait jamais touché au ballon orangé avant l’âge de 19 ans lorsqu’il a commencé à jouer au parc Le Carignan de Montréal-Nord, à l’époque. Il n’a jamais participé à pareil camp dans sa « jeunesse ».

« Quand j’étais plus jeune, je cherchais à trouver cette personne afin d’avoir aussi du succès, a ajouté l’athlète maintenant âgé de 26 ans. J’ai maintenant la chance de jouer dans la NBA plutôt que de me retrouver en mauvaise posture ou en prison. Les enfants peuvent regarder mon parcours. Je suis fier de ce que j’ai réussi. »

Noah Di Stefano est retourné chez lui avec un souvenir autographié par Chris Boucher.
Photo Agence QMI, Joël Lemay
Noah Di Stefano est retourné chez lui avec un souvenir autographié par Chris Boucher.

« J’espère qu’ils vont rentrer à la maison en disant à leurs parents qu’ils ont eu du plaisir et qu’ils désirent jouer au basket. »

Moment unique

Kosta Giannakopoulos, 16 ans, et Alex, six ans, n’avaient d’yeux que pour la vedette de la journée.

L’art de contrôler le ballon selon Chris Boucher.
Photo Agence QMI, Joël Lemay
L’art de contrôler le ballon selon Chris Boucher.

« C’est tellement excitant d’avoir un joueur de la NBA chez nous », a indiqué Kosta, qui devait être vigilant avec le ballon en raison de sa fracture à une vertèbre. Grand amateur de basket depuis plusieurs années, il a voulu faire comme ses idoles en tentant un « dunk » au panier qui a mal tourné, il y a quatre semaines. Il était donc sur les lignes de côté à dribler tranquillement son ballon.

Quant au petit Alex, un Hondurois venu avec frérot, maman et papa, il a rencontré un véritable géant. Haut comme trois pommes, il a écouté les conseils du joueur de 6 pi 10 po et 200 livres qui se dressait comme un mur entre le panier et lui.

Ces souliers de basketball vont trouver une place de choix dans la collection de ce jeune homme qui a aussi zyeuté le trophée Larry O’Brien remis à l’équipe championne de la NBA.
Photo Agence QMI, Joël Lemay
Ces souliers de basketball vont trouver une place de choix dans la collection de ce jeune homme qui a aussi zyeuté le trophée Larry O’Brien remis à l’équipe championne de la NBA.

« Il est vraiment impressionnant. Il est si grand et rapide, a observé le petit bonhomme. J’ai reçu les trucs de tir d’un champion. »

Chargé jusqu’en septembre

Cette autre période estivale très occupée enchante l’ailier fort des Raptors. L’an dernier, il avait aussi savouré le titre de championnat alors qu’il portait les couleurs des Warriors de Golden State. Mais cette fois, les festivités ont pris une saveur différente.

« Le fait de gagner contre mon ancienne équipe et d’y arriver avec la seule équipe au Canada, pour moi qui suis Montréalais, c’est unique », a soutenu celui qui a joué 28 matchs de saison régulière et deux minutes en séries éliminatoires.

Les jeunes ont écouté attentivement les conseils du membre de l’édition championne des Raptors.
Photo Agence QMI, Joël Lemay
Les jeunes ont écouté attentivement les conseils du membre de l’édition championne des Raptors.

« L’été est très chargé. Je peux célébrer et montrer le trophée aux jeunes et aux amateurs. Tout ça vaut vraiment le coup. »

Le mois d’août ne s’annonce pas de tout repos, alors qu’il multipliera les camps de perfectionnement. Il participera également au camp de la formation nationale, en plus de faire un petit saut dans son pays d’origine, Sainte-Lucie, une île des Petites Antilles.

Boucher mettra ensuite le cap sur la Ville reine au début de septembre en prévision de la nouvelle saison des Raptors.

Il ne vise rien de moins qu’une place dans la rotation de Nick Nurse, après avoir maintenu une moyenne de 23 points par match dans la ligue estivale de la NBA, ce qui l’a placé au cinquième rang des meilleurs pointeurs.