/weekend
Navigation

Un polar de cinéma!

<b><i>Manucure</i></b><br />
Denis Thériault<br />
Leméac, 248 pages.
Photo courtoisie Manucure
Denis Thériault
Leméac, 248 pages.

Coup d'oeil sur cet article

Laetitia est manucure à domicile, ou plutôt elle joue à l’être. De cliente en client, elle est à la recherche du meurtrier de sa sœur. Sa drôle de quête sera-t-elle efficace ?

En dépit de la couverture, toute noire et de laquelle s’échappe juste une goutte de vernis d’un rouge éclatant, ce n’est pas à un roman noir que nous convoque Manucure. Il s’agit certes d’un roman policier, mais de la catégorie « léger », de celle qui se lit bien en vacances.

Le titre, lui, colle parfaitement à l’univers exploité dans le récit, celui d’une manucure qui a repris la clientèle de sa jeune sœur, Amélie, morte tragiquement et de manière inattendue. Un suicide, a-t-on aussitôt conclu.

Mais Emma en doute tant rien ne laissait présager une telle fin. Le coup de feu qui a tué sa sœur ne serait-il pas plutôt l’œuvre d’un meurtrier ?

Fille de policier, habile au maniement d’armes, Emma décide de mener sa propre enquête en ciblant les gens chez qui Amélie se rendait. Évidemment, elle ne leur fait part ni de ses intentions ni de son lien de parenté. Elle a même changé son prénom pour le plus exotique Laetitia.

C’est ainsi que nous franchirons la porte d’univers bien particuliers et surtout très typés. On croisera notamment une grande comédienne, une psychiatre, un spécialiste du renseignement, des dames de banlieue, un riche « sugar daddy » et son harem, un duo mère-fille tricoté serré, une Saoudienne cachée sous son niqab... Chaque personnage correspond aux clichés : l’auteur s’amuse !

Face à un tel scénario, les adeptes d’intrigues complexes, qu’elles soient policières ou psychologiques, passeront leur tour. Mais pour qui associe envie de relaxer à divertissement insouciant, Manucure est tout à fait convenable.

D’abord, le roman est bien écrit, ce qui fait qu’on passe à travers sans s’ennuyer.

Quant au déroulement de l’histoire, c’est au fond l’équivalent d’un bon film d’action où les invraisemblances sont acceptées parce qu’ainsi va le genre quand on ne veut pas se prendre la tête.

Est-ce que vraiment les manucures à domicile sont très populaires à Montréal ? Est-il plausible que Emma puisse à ce point fouiller chez les gens chez qui elle s’introduit ? Est-ce qu’on peut être un homme puissant tout en vivant tapi dans une luxueuse demeure loin dans la forêt ? Pas sûr, mais ça permet bien des rebondissements !

Une surprise

D’ailleurs, Emma elle-même fait tout à fait héroïne de cinéma. Jolie jeune femme sûre d’elle et qui n’a peur de rien, elle se lance au-devant des événements sans jamais assurer ses arrières. Forcément, elle se retrouve dans des situations telles qu’on se demande comment elle va en sortir. Évidemment, elle s’en sort chaque fois !

Dans ce livre que l’on croit prévisible, il y a pourtant une surprise : le lecteur ne voit pas venir la fin. Ce qui est quand même un atout majeur pour un roman policier, encore plus quand la conclusion se tient !

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.