/entertainment
Navigation

Mois de l’archéologie: en contact avec ses racines

Fouilles publiques,
Réseau Archéo-Québec
Photo courtoisie, Réseau Archéo-Québec Fouilles publiques, Réseau Archéo-Québec

Coup d'oeil sur cet article

Et si vous profitiez des vacances pour « Découvrir vos racines », comme le suggère le thème de la 15e édition du Mois de l’archéologie, qui proposera plus de 80 activités à travers tout le Québec, du 1er au 31 août.

Il suffit de transporter un brin de curiosité dans ses valises pour apprécier le patrimoine archéologique québécois à travers la programmation de cet événement s’adressant autant aux petits qu’aux plus grands, aux passionnés et aux néophytes.

Le Musée Marguerite-Bourgeoys
à Montréal renferme un site
archéologique
Photo courtoisie, Musée Marguerite-Bourgeoys
Le Musée Marguerite-Bourgeoys à Montréal renferme un site archéologique

En prenant part à des fouilles archéologiques, en s’initiant à la taille de pierre, en visitant une exposition ou une réserve d’artéfacts, en rencontrant et en discutant avec des archéologues passionnés, en découvrant l’archéologie subaquatique, en dégustant un repas inspiré de notre terroir, le réseau Archéo-Québec invite la population à entrer en contact avec ses racines. Créez votre propre parcours de découvertes le long de la route de vos vacances !

Partager la connaissance

« D’abord et avant tout un réseau de diffusion de la connaissance archéologique », explique Caroline Nantel, présidente du réseau Archéo-Québec, ce dernier a contribué à « décloisonner l’archéologie pour la rendre plus accessible », ces dernières années. Notamment en sensibilisant la population à l’importance de la protection et de la documentation du patrimoine archéologique, « qui est très fragile, car dès qu’on le découvre, on le détruit. D’un coup de truelle, on le sort [l’artéfact] de son contexte et il ne raconte plus avec précision son utilité », explique Mme Nantel.

Parc archéologique
de la Baronnie à Longueuil
Photo courtoisie, Réseau Archéo-Québec
Parc archéologique de la Baronnie à Longueuil

Que ce soit des découvertes réalisées lors de grands chantiers ou à l’occasion de travaux effectués à la maison ou dans sa cour, elles ont toutes une grande valeur. Celle-ci ne se mesure pas en argent, mais bien par « le trou qu’elles viennent combler dans l’histoire archéologique du pays », explique Mme Nantel.

Chaque objet qui fut inventé et utilisé jadis pour combler un besoin du quotidien, puis que l’on retrouve des centaines d’années plus tard, se doit donc d’être documenté. Voilà pourquoi, lors d’une découverte fortuite, il est important de laisser ce morceau d’histoire à sa place, puis de contacter le ministère de la Culture et des Communications pour être aiguillé vers les ressources professionnelles compétentes. Que ce soit une bouteille, un clou, de la vaisselle, un outil, etc., ils ont tous des informations à transmettre pour enrichir notre connaissance du patrimoine archéologique, et c’est la responsabilité de tous d’en être les messagers en faisant équipe avec les archéologues.

Pointe-du-Buisson,
le musée québécois d’archéologie
à Beauharnois
Photo courtoisie, Pointe-du-Buisson
Pointe-du-Buisson, le musée québécois d’archéologie à Beauharnois

Samian, porte-parole

Le réseau Archéo-Québec a choisi comme porte-parole de la 15e édition du Mois de l’archéologie l’artiste multidisciplinaire Samian, originaire de la communauté de Pikogan et fier représentant de la Première Nation Abitibiwinni. Celui-ci s’est glissé dans la peau d’un archéologue dans le film Hochelaga, terre des âmes, au même moment où il faisait la connaissance de son beau-père, qui est lui-même archéologue.

Musée d’archéologie
de Roussillon à La Prairie
Photo courtoisie, Réseau Archéo-Québec
Musée d’archéologie de Roussillon à La Prairie

« Un métier excessivement noble », affirme Samian, rappelant que « l’histoire de notre pays s’est écrite de cette façon » et que c’est « un sujet inépuisable ».

Le tournage, en compagnie de figurants archéologues, lui a fait découvrir un métier qui « collait à diverses facettes de ma personne. Autant comme acteur, comme photographe ou lorsque j’écris des chansons, j’ai besoin de m’arrêter, de prendre le temps qu’il faut », comme le font les archéologues lorsqu’ils lèvent le voile sur un objet issu du passé.

Centre d’interprétation du site archéologique Droulers-Tsiionhiakwatha à Saint-Anicet.

Photo Archeologie – Droulers 1 ou 2 / Courtoisie Élisabeth Lumier
Photo courtoisie, Élisabeth Lumier
Centre d’interprétation du site archéologique Droulers-Tsiionhiakwatha à Saint-Anicet. Photo Archeologie – Droulers 1 ou 2 / Courtoisie Élisabeth Lumier

En tant que porte-parole du Mois de l’archéologie, Samian devait choisir des activités coups de cœur, mais en fait, « elles le sont toutes », dit-il. « Chaque endroit est différent et possède son lot de trésors, mais ils font tous partie d’un même grand puzzle ».

Selon lui, cet événement est l’un des « mille et un chemins pour apprendre et s’éduquer sur notre histoire. Quand de telles portes s’ouvrent, il faut saisir l’opportunité d’être accompagné par des gens passionnés, qui s’y connaissent », conclut celui qui rappelle l’importance de « revenir à nos racines ».

Découvertes assurées !

Voici cinq des nombreuses activités riches de découvertes proposées à Québec et en Chaudière-Appalaches à l’occasion du Mois de l’archéologie. Pour connaître la programmation dans chacune des régions du Québec et les coups de cœur de Samian, visitez le moisdelarcheo.com.


P’tite fouine en action : fouille, façonnage et reconstitution

P’tite fouine en action : fouille, façonnage et reconstitution
Photo courtoisie, Réseau Archéo-Québec
P’tite fouine en action : fouille, façonnage et reconstitution

Les dimanches 4, 11, 18 et 25 août, à 13 h 30

Le chantier d’archéologie du Moulin des Jésuites de Charlesbourg est ouvert ! En famille, glissez-vous dans la peau d’archéologues, le temps d’une fouille. Cherchez, reconstituez et identifiez les objets que vous trouvez, puis façonnez même votre propre artéfact en argile à rapporter à la maison.

 Informations et réservations : moulindesjesuites.org ou 418 624-7720


Théâtre de Guignol : Entre poux et artéfacts, l’hygiène en Nouvelle-France

Théâtre de Guignol : Entre poux et artéfacts, l’hygiène en Nouvelle-France
Photo courtoisie, Ilot des Palais
Théâtre de Guignol : Entre poux et artéfacts, l’hygiène en Nouvelle-France

Samedi 10 et 24 août à 13 h

Dans cette nouvelle aventure de Guignol, qui souhaite que les gens cessent de jeter des déchets à la rue pendant la nuit, artéfacts, peignes à poux et latrines illustrent l’hygiène au 18e siècle. Les jeunes souriront en apprenant qu’à cette époque, on ne se lave jamais ni les cheveux ni le corps, on se parfume pour masquer les odeurs... Et plus encore ! La pièce est présentée à l’îlot des Palais.

 Informations et réservations : ilotdespalais.ca


Moi, archéologue subaquatique ?

Moi, archéologue
subaquatique ?
Photo courtoisie, Réseau Archéo-Québec
Moi, archéologue subaquatique ?

Du 1er au 25 août, tous les jours, de 13 h 30 à 14 h 30

Le Musée maritime du Québec vous invite à jouer aux archéologues subaquatiques en simulant des techniques de fouille qui vous permettront de répertorier des objets d’une épave. Sur le terrain du musée et à bord du bateau-musée NGCC Ernest-Lapointe à L’Islet, des équipes se mettront à l’œuvre pour tenter de révéler des artéfacts.

 Informations : mmq.qc.ca


Visite archéologique à l’Auberge Saint-Antoine

Visite archéologique à
l’Auberge Saint-Antoine
Photo courtoisie, Auberge Saint-Antoine
Visite archéologique à l’Auberge Saint-Antoine

Les dimanches 4, 11, 18 et 25 août, à 13 h

L’héritage historique de l’Auberge Saint-Antoine, située dans le Vieux-Port de Québec, et ses vestiges du passé retrouvés sur l’îlot Hunt vous seront présentés à l’occasion d’une visite guidée, tous les dimanches du mois d’août. Voilà un fabuleux voyage à travers l’histoire de Québec.

 Informations : saint-antoine.com


Parcours historique et archéologique du Vieux-Limoilou

Parcours historique et archéologique du
Vieux-Limoilou
Photo tirée de la page facebook, Parcours Vieux-Limoilou
Parcours historique et archéologique du Vieux-Limoilou

Samedi et dimanche 10 et 11 août à 9 h 30

Le chantier-école en archéologie de l’Université Laval et la Société historique de Limoilou vous invitent à découvrir comment les périodes industrielle et moderne ont façonné le paysage du Vieux-Limoilou, à l’occasion d’une visite guidée à saveur archéologique et historique. Le départ se fera de la Villa Ringfield, le plus ancien bâtiment du Vieux-Limoilou.

 Réservations : rachel.arch@hotmail.com