/news/currentevents
Navigation

Trois ans de prison pour un vol de pépine

L’individu repentant avait blessé deux policiers

Trois ans de prison pour un vol de pépine
Pascal Girard/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Un voleur de rétrocaveuse qui a semé l’émoi dans les rues de Sainte-Thérèse au début du mois en blessant deux policiers et en causant beaucoup de dommages a écopé de trois ans de prison.  

«Je m’excuse envers les victimes et particulièrement envers les policiers. Moi, je ne me suis pas encore pardonné et je regrette beaucoup», a témoigné Stéphane Kemp au palais de justice de Saint-Jérôme, vendredi.  

Trois ans de prison pour un vol de pépine
Pascal Girard/AGENCE QMI

Expulsé  

L’homme de 51 ans sans domicile fixe a plaidé coupable aux huit chefs d’accusation déposés contre lui, soit pour avoir conduit de façon dangereuse la rétrocaveuse qu’il avait volée, en plus de l’avoir fait avec les capacités affaiblies par la drogue, pour avoir résisté à quatre agents de la paix et pour des voies de fait sur deux d’entre eux.  

L’accusé aux nombreux antécédents judiciaires travaillait pour le propriétaire d’un immeuble de Sainte-Thérèse.

Trois ans de prison pour un vol de pépine
Pascal Girard/AGENCE QMI

Ce dernier a demandé à Kemp de couper un arbre qui se trouvait sur son terrain et de partir ensuite.  

L’individu est resté sur place et a dormi dans son véhicule. Lorsqu’une locataire l’a aperçu, elle a averti le propriétaire de l’immeuble qui lui a demandé de quitter les lieux, le 1er juillet dernier.  

Brûlés  

Fou de rage et intoxiqué, Kemp a volé une rétrocaveuse qui se trouvait à 400 mètres de là et s’est promené dans les rues de la ville.  

Il a heurté deux véhicules, détruit un balcon, accroché une piscine, en plus de sectionner des fils électriques qui ont causé un incendie.  

Trois ans de prison pour un vol de pépine
Pascal Girard/AGENCE QMI

Les policiers ont dû tenir Stéphane Kemp en joue pour qu’il se décide finalement à s’immobiliser.  

Deux policiers ont été brûlés au deuxième degré par l’incendie électrique, l’un derrière la tête et le second à l’avant-bras.

 – Avec la collaboration de Christian Plouffe