/lifestyle/techno
Navigation

Médias sociaux: indignations réelles ou fausses, elles rapportent gros!

Group of people men and women looking shocked at mobile phone
pathdoc - stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

Les cris au scandale, les indignations à répétition: toute cette rogne qui déferle sur les médias sociaux est en grande partie préfabriquée, sauf que personne ne souhaite s’en défaire à cause des généreux profits qu’elle génère, selon un vieux routier d’Internet, nul autre que Craig Newmark, celui-là même à l’origine des sites Craigslist.

En entrevue au journal The Guardian, Craig Newman en avait long à dire sur les médias sociaux, les fausses nouvelles et les indignations «automatisées». 

D’abord, ce vétéran d’Internet, qui a fondé les sites Craigslist partout sur le globe, préfère ne pas utiliser le terme «fake news» pour la simple raison qu’une personne qualifiera de fausses nouvelles ce qu’elle n’aime pas. 

À la place, Newman privilégie les termes «désinformation» et «mésinformation». Dans les médias sociaux et autres médias de masse, désinformation signifie que la personne qui diffuse sait que la nouvelle est fausse, mais le fait pour faire courir une rumeur. 

«Et si vous signalez à cet émetteur un problème, ce dernier peut décider de faire de vous une cible à harceler», ajoute-t-il. 

Quant à la mésinformation, c’est une information transmise au moyen des médias de masse ou sociaux qui est considérée comme véridique par l’émetteur, mais qui, en réalité, déforme les faits ou est erronée. 

Des médias sociaux «militarisés»

Le fondateur des sites Craigslist se dit très préoccupé par les «petites guerres sur Twitter qui n’ont pour but que de polariser la population, lesquelles, selon lui, proviennent souvent des mêmes sources». 

«L’indignation est profitable. Pour la majorité des indignations que l’on voit sur le monde en ligne – que j’estime à 80% –, quelqu’un les simule pour le profit.» 

Il se dit aussi inquiet de la façon dont les médias sociaux peuvent être «weaponised (militarisés)», parce qu’ils oublient parfois de fournir un consentement informé sur les utilisations des informations personnelles. Au Guardian, «tous les sites devraient vous dire ce qu’il veut recueillir et ce qu’il voudrait partager avec d’autres et ensuite demander votre permission». 

Le système immunitaire de la démocratie

«Les désinformations qui apparaissent sur les médias sociaux sont utilisées par des adversaires étrangers et leurs alliés domestiques. Amplifiées plusieurs fois par des sites conspirationnistes et des sites qui ne font aucune vérification des faits, celles-ci finissent par devenir des nouvelles qui, parfois, émergent sur des médias grand public ou conventionnels.» 

Dans le passé, Newman l’a maintes fois répété, «une presse digne de confiance constitue le système immunitaire de la démocratie», qui a été mise à mal par les fausses nouvelles de l’actuel président Donald Trump. 

Pour rappel, Craig Newman avait lancé en 1995 par courriel une liste d’événements à une douzaine d’amis. Au fur et à mesure que la nouvelle se répandait, le groupe s’est élargi. Un peu plus tard, la liste comprenait des offres d’emploi et des places à louer. Depuis ce temps, les Craigslist, dont le format est demeuré inchangé, règnent sur le monde avec près de 50 milliards de pages vues par mois.