/news/provincial
Navigation

Grands Feux Loto-Québec: le début d’un 25e été de feux d’artifice

Les Grands Feux Loto-Québec vont souligner l’événement mercredi soir

Coup d'oeil sur cet article

Le 25e été des Grands Feux Loto-Québec prend son envol mercredi soir, avec une programmation inspirée des années 90.

La première des six soirées de feux d’artifice sur le fleuve Saint-Laurent aura pour thématique les années 1990, qui ont vu naître l’événement.

«On retourne en 1995!», affirme la directrice générale des Grands Feux Loto-Québec (GFLQ), Isabelle Roy, en référence à l’année inaugurale du rendez-vous estival.

Une nuit au Roxbury

L’ambiance sera inspirée du film Une nuit au Roxbury, qui a pris l’affiche en 1998. Les spectateurs seront ainsi plongés, dès 21 h, dans la scène du long métrage.

«On va faire des clins d’œil au film, mais aussi aux années 90, dans le bonheur, la joie et la danse», lance Mme Roy.

Si dame Nature est au rendez-vous, l’organisation espère attirer des foules aussi importantes que l’an dernier, sinon plus. De l’animation sera offerte tant sur le quai Paquet, à Lévis, que sur la place des Canotiers, à Québec.

«Pourquoi pas 100 000 personnes sur les quais? espère la directrice générale des GFLQ. C’est ce qu’on a fait l’an dernier avec les deux rives confondues».

Scène permanente

Pour divertir ces dizaines de milliers de spectateurs, l’organisation a mis en place une scène permanente et à plusieurs niveaux sur la place des Canotiers.

«C’est la plus grande scène que les Grands Feux ont connue», pointe Mme Roy, qui avance que l’auditoire saura se retrouver plus facilement grâce à ce point central.

Des feux d’artifice, de la danse, de l’animation... mais en fin de compte, ce qui fait le succès d’une soirée, «ce sont les spectateurs», juge-t-elle.

«Les gens qui n’ont pas peur du jugement et qui viennent habillés en s’inspirant des thèmes, c’est ça qu’on veut! C’est ça l’aspect immersif. On veut que les gens fassent partie du spectacle. On veut créer une expérience où les gens se lâchent lousses», explique Isabelle Roy.