/opinion/blogs/columnists
Navigation

Une «Vague bleue» aux odeurs pestilentielles

Le pays auquel je rêve ne fait pas de ceux qu’il accueille des «ennemis»!

Une «Vague bleue» aux odeurs pestilentielles
Capture d'écran TVA Nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

Ce qui s’est passé à Trois-Rivières en fin de semaine montre un côté sombre du clivage qui existe entre des extrêmes idéologiques nauséabonds. Mais ce que j’ai entendu sur l’estrade de la manifestation appelée «Vague bleue» m’a dégouté.  

Une «Vague bleue» aux odeurs pestilentielles
Capture d'écran TVA Nouvelles

Une «Vague bleue» aux odeurs pestilentielles  

Je ne doute pas qu’il devait y avoir des gens bien intentionnés au sein de cette manifestation pour la laïcité. Chaque mouvement comporte son lot de brebis galeuses, ou d’infréquentables.  

On a un sérieux problème quand celles-ci se retrouvent au podium d’une manifestation, comme ce fut le cas en fin de semaine dernière. Et pour tout vous dire, cela jette de l’ombre sur tout ceux qui défendent la prérogative du Québec de légiférer dans le sens de la laïcité.  

Voyez pour vous même.   

Voici quelques extraits du discours de cette dame (Diane Blain selon ce que l’on entend dans l’enregistrement. Cette dame qui avait confronté Justin Trudeau l’été dernier lors d’un rassemblement libéral au Québec) :  

«Le patriotisme, en plus d’aimer sa patrie, c’est aussi vouloir la défendre. Même au prix de prendre les armes.[...] 

Quand on est patriotes, on a un devoir aussi celui de défendre nos compatriotes. 

On a tellement d’ennemis ici là au Québec, le gouvernement fédéral, les journalistes fédérastes, les musulmans, les Juifs, les Anglais, les sikhs qui mettent notre drapeau à l’envers, le pire affront qu’on puisse faire à la patrie, mais nous les Québécois on a laissé passer ça.»  

Et quelques instants après, la dame de demander aux gens devant elle: «êtes-vous d’accord avec ça?»  

«Ouiiiiii!!!»; en cœur. 

Haut-le-cœur.  

Une «Vague bleue» aux odeurs pestilentielles
Capture d'écran YouTube

Et tout ça à l’ombre des drapeaux du Québec et de celui des patriotes qui flottaient au vent.  

J’ai honte. Y’a pas d’autres mots.  

«Les ennemis» 

Vous dire à quel point j’abhorre cette rhétorique guerrière... Des «ennemis». De tout temps je me suis fait un devoir de ne jamais qualifier mes adversaires politiques ou idéologiques «d’ennemis». C’est capital.  

De mon Outaouais que j’adore, mes amis, ma famille, mes collègues et tant de connaissances sont des journalistes fédérastes [ça ne le sais pas, mes collègues sont professionnels et ne le laissent pas paraître], des musulmans, des Juifs, des Anglais, etc.  

Tout indépendantiste et pro-laïcité que je suis, jamais on ne me traite avec mépris à cause de mes inclinaisons politique ou idéologique. Savez-vous pourquoi, Mme Blain? Car je respecte le droit à la dissidence d’opinion et le commande pour moi-même.  

Et ça commence par ce principe absolument fondamental, capital, nous sommes tous et toutes des Québécois, des Québécoises. Que ça vous plaise ou non. Et faire de certains Québécois qui ne pensent pas comme vous des «ennemis», c’est à la base des dérives qui engendrent le mépris. Ou, pire encore, les conflits.  

Et quand j’entends cette dame en appeler à la défense de la patrie, même par les armes s’il le faut, je me dissocie complètement de ces gens. Ils ont perdu la raison. Il faut les dénoncer.  

Vrai que je débats quotidiennement avec des gens qui ne pensent pas comme moi. De manière assez virulente même parfois. Mais les adversaires de la laïcité ou les fédéralistes avec qui je débats ne sont pas des «ennemis»; ce sont des adversaires. Et la nuance est capitale.  

Quand j’entends pareils discours haineux, c’est à mes proches, dont plusieurs sont anglophones, fédéralistes et quelques-uns musulmans et juifs, c’est à eux que je pense. À la tolérance qu’ils ont face à mes idées, à mes inclinaisons politiques.  

En terminant, de tels discours nuisent à l’édification de la laïcité institutionnelle et à la cause qui me tient à cœur, celle de l’indépendance du Québec.  

Car le pays auquel je rêve ne fait pas de ceux qu’il accueille des «ennemis », des citoyens à haïr, à chasser à coup d’appels aux armes. Vous nous faites honte. Vous faites honte à la formidable capacité d’accueil de la nation québécoise, à sa tolérance, à son ouverture à la différence; mainte fois démontrée.  

Pire encore, vous offrez à ceux d’en face, l’autre extrême, du beau carburant pour continuer leur croisade. 

Heureusement, chacun de votre côté, vous ne représentez pas les gens au nom desquels vous prétendez parlez.