/news/currentevents
Navigation

D’autres accusations contre une experte de la fraude

Coup d'oeil sur cet article

Déjà accusée de fraude pour avoir travaillé deux ans chez Desjardins avec une fausse identité, une femme fait maintenant face à de nouveaux chefs pour avoir usurpé le ministère de la Culture.

Depuis les années 2000, Solange Crevier semble vraiment surfer de fraude en fraude. Arrêtée en novembre 2017, la dame de 56 ans aurait travaillé deux ans et demi chez Desjardins, à Lévis, sous une fausse identité.

La femme avait été embauchée comme consultante par la Caisse sous le nom de Johanne Richer. C’est sous ce nom que les employés l’ont donc côtoyée jusqu’à ce qu’une information anonyme mette la puce à l’oreille de Desjardins et qu’une plainte soit déposée.

Accusée de fraude à l’identité et de fabrication de faux, la résidente de Blainville subira son procès à la fin de l’hiver 2020 pour le dossier de Desjardins.

Au gouvernement

Or, depuis son arrestation il y a près de deux ans, Solange Crevier a été accusée de trois nouveaux chefs de fraude. Cette fois, les crimes reprochés auraient été commis contre l’État québécois, soit le ministère de la Culture.

Selon la preuve, Crevier aurait fabriqué de faux documents et un faux addenda dans le cadre d’un contrat de services professionnels avec le ministère de la Culture. Elle aurait ainsi frustré le ministère de la Culture d’une somme dépassant 5000 $, bien que le montant exact n’a pas encore été dévoilé.

Les gestes reprochés contre le ministère auraient eu lieu entre août 2015 et mars 2016, soit pendant qu’elle était embauchée chez Desjardins sous le nom de Johanne Richer. Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a également pris soin de déposer une accusation supplémentaire permise dans le Code criminel lorsqu’une fraude atteint un haut niveau de complexité.

Cette accusation a aussi été déposée dans le dossier Desjardins puisque Crevier aurait utilisé des tactiques poussées de vol d’identité afin d’obtenir le rôle de consultante chargée de l’implantation d’un système technologique.

Antécédents

Reste que le passé de fraudeuse de Solange Crevier ne s’arrête pas là. En 2010, elle avait été condamnée à un vol de 20 ordinateurs alors qu’elle travaillait à la division informatique chez Bombardier.

Puis, en 2013, elle aurait donné des informations personnelles erronées afin d’être embauchée chez VIA Rail. Aucune accusation n’a cependant découlé de cette histoire.