/news/currentevents
Navigation

La GRC réduit ses opérations de recherche au Manitoba

La GRC réduit ses opérations de recherche au Manitoba
Courtoisie / GRC

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir fouillé un territoire de 11 000 km2 dans le nord du Manitoba, la GRC a annoncé mercredi qu'elle réduira prochainement ses effectifs déployés pour retrouver les suspects de trois meurtres commis en Colombie-Britannique.

Malgré l’intensité des recherches, Kam McLeod, 18 ans, et Bryer Schmegelsky, 19 ans, demeurent introuvables.

Pourtant, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a lancé un véritable branle-bas de combat le 23 juillet dernier dans la région de Gillam, situé dans un secteur isolé, sauvage et inhospitalier du Manitoba.

Pas moins de 500 édifices, habités ou non, ont été visités par les policiers dans les environs de Gillam et de la nation crie de Fox Lake. Des chiens, des drones, des hélicoptères, des avions et les technologies les plus avancées ont été utilisés afin de retrouver les fugitifs.

«Malgré ces efforts extraordinaires, nous n’avons pas de trace des suspects depuis la découverte du véhicule calciné dans la région», a expliqué la commissaire adjointe de la GRC du Manitoba, Jane MacLatchy, lors d’un point de presse.

«C'est toujours une possibilité lorsqu'on recherche des personnes dans des endroits vastes, isolés et accidentés qu'ils ne soient pas trouvés immédiatement», a-t-elle poursuivi.

Elle a aussi rappelé que le terrain à fouiller est immense que et que les conditions météorologiques du nord du Manitoba sont impitoyables.

Devant ce constat, la GRC rapatriera donc la majorité de ses effectifs dès la semaine prochaine. L'Aviation royale canadienne, appelée en renfort avec le déploiement de deux appareils, fera de même.

Pas la fin

La GRC a tenu à assurer qu'elle ne baisse pas les bras, malgré ce constat d'échec.

«Je tiens à souligner que nous ne mettons pas fin aux recherches. Une partie des ressources tactiques et spécialisées demeurera à Gillam et poursuivra l'opération pour trouver les suspects de meurtre», a affirmé Mme MacLatchy.

Depuis le début des recherches, la GRC a reçu plus de 250 renseignements du public, dont aucun ne laisse croire que les deux jeunes présumés meurtriers ont quitté la région.

La commissaire adjointe a cependant reconnu mercredi que cette piste demeure ouverte et qu'il demeure possible que les deux suspects aient reçu un coup de pouce pour fuir la région.

Une saga pancanadienne

D'abord considérés comme disparus, McLoad et Schmegelsky sont considérés comme les principaux suspects des meurtres de Lucas Fowler, un Australien de 23 ans, et de sa petite amie Chynna Deese, une Américaine de 24 ans. Ceux-ci avaient été abattus en bordure de la route 97, le 15 juillet, dans le nord de la Colombie-Britannique.

Le véhicule des deux jeunes avait été retrouvé incendié quatre jours plus tard, le 19 juillet, en bordure de la route 37, à environ deux kilomètres d'où a été retrouvé le corps de Leonard Dyck, un chargé de cours retraité de l'Université de la Colombie-Britannique. McLoad et Schmegelsky font face à une accusation de meurtre non prémédité en lien avec cet homicide.

Les deux suspects ont vraisemblablement traversé le nord des provinces des Prairies dans les jours suivants. Ils ont même été interceptés lors d'un barrage routier visant à lutter contre la possession d'alcool en traversant la nation crie de Tataskeyak, près de Gillam. Ils ont pu poursuivre leur route sans être inquiétés, les policiers locaux n'ayant appris qu'ils étaient recherchés que le lendemain.

Leur véhicule, un Toyota RAV4, avait été retrouvé incendié à Gillam le 22 juillet, déclenchant ainsi la vaste chasse à l'homme à laquelle la GRC compte mettre fin.