/news/currentevents
Navigation

La prison pour All Boivin

All Boivin
Photo d'archives, Agence QMI All Boivin

Coup d'oeil sur cet article

SAGUENAY – All Boivin prend le chemin du pénitencier. Le Saguenéen de 29 ans a écopé d'une peine de quatre ans et demi d'emprisonnement mercredi matin au palais de justice de Chicoutimi, à Saguenay.

Boivin a été reconnu coupable en avril dernier de voies de fait causant des lésions, d'agression sexuelle armée et de trafic de cocaïne.

Sa victime, âgée de 21 ans, a raconté au cours du procès avoir été battue sauvagement il y a un an par celui qui était son conjoint à l'époque.

Alors qu'ils étaient tous les deux fortement intoxiqués, Boivin l'a accusée de lui avoir volé de l'argent.

Il l'a étranglée, frappée et aspergée de poivre de Cayenne.

Il lui a aussi plongé la tête dans l'eau, asséné des coups de pied, brisé une dent et brûlé une lèvre avec une cigarette.

Le corps de la jeune femme était recouvert d’ecchymoses et elle a également subi des lacérations au foie.

Boivin a aussi introduit un bâtonnet de fromage dans le vagin de sa victime, de là l'accusation d'agression sexuelle armée.

Outre les blessures physiques, la jeune femme conserve des séquelles morales.

Le juge Pierre Lortie en a tenu compte dans sa décision et parlé d'un risque de récidive élevé.

La représentante du directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) réclamait 60 mois d'emprisonnement, la défense souhaitait la moitié moins, soit 30 mois.

Le juge a tranché et l'a condamné à 54 mois de pénitencier.

Compte tenu de la détention préventive qu'il a purgée, il lui reste près de 36 mois derrière les barreaux.

La victime n'était pas présente à l'audience.

«Chaque fois qu'on demande à une victime de revenir devant le tribunal, on lui fait revivre les événements, donc ce n'est pas facile, a expliqué la représentante du DPCP, Me Karen Inkel. Soyez assurés que je vais la contacter et je pense qu'elle sera satisfaite.»

L'accusé, lui, n'a pas bronché lors de la lecture de la décision et est demeuré très calme.

«C'est toujours une déception de recevoir une peine de cette importance, a précisé l'avocat d'All Boivin, Me Pierre Gagnon. Mais, dans les circonstances, il accepte la situation. La surprise est assez limitée.»

Les verdicts de culpabilité prononcés en avril dernier ont été portés en appel.

La sentence pourrait l'être aussi, mais l'accusé doit étudier la décision avant de se prononcer.