/news/currentevents
Navigation

Saguenay : un homme aurait berné plusieurs restaurateurs

Coup d'oeil sur cet article

Un homme qui serait parvenu à berner plusieurs restaurants rapides en exigeant le remboursement de repas pour de supposées erreurs sur ses commandes a été appréhendé par les policiers à Saguenay, mercredi.

Selon le lieutenant Stéphane Pellerin, de la police de Saguenay, le suspect de 39 ans, un résident de Victoriaville, avait développé un stratagème pour frauder les restaurateurs.

Il se présentait au comptoir de succursales de grandes bannières et affirmait que les employés ont fait plusieurs erreurs dans une prétendue commande passée la veille et qu’il était insatisfait du service reçu.

«La majorité des restaurateurs, suivant une politique de la satisfaction des consommateurs, remboursaient l’individu. Donc, il répétait ça un peu partout. Ç’a sûrement été quand même assez fructueux pour lui», dit M. Pellerin.

Les policiers étaient à la recherche du trentenaire depuis près de trois semaines.

Le 12 juillet dernier, un restaurateur qui avait compris la ruse avait fait une plainte au service de police, fournissant en même temps une photo du suspect.

C’est ce qui a permis, en avant-midi, mercredi, de le retrouver, toujours sur le territoire de Saguenay.

«Grâce à l’excellente vigilance de patrouilleurs de l’arrondissement de Jonquière, l’homme a été repéré au volant de son véhicule. Ils ont procédé à son arrestation», indique le lieutenant de police.

Le suspect a comparu en après-midi, mercredi, pour y être accusé de fraude. Il demeure détenu pendant la suite des procédures, selon la police.

Les autorités n’ont pas spécifié le nombre de restaurants qui auraient été victimes de ce stratagème, mais les enquêteurs au dossier soupçonnent que des commerces en dehors de la région de Saguenay ont pu être la cible du même subterfuge.

De même, la police de Saguenay ne pouvait préciser, en soirée, mercredi, si le suspect inventait de toutes pièces ses commandes, comme le laisse présager l’astuce décrite, ou s’il avait au moins une preuve d’achat pour réclamer le remboursement de ses repas.