/lifestyle/techno
Navigation

Voici ce que les pirates peuvent obtenir avec vos données personnelles

Hacker in data security concept. Hacker using laptop. Hacking the Internet. Cyber attack.
Oleksii - stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

Des escrocs pourraient utiliser vos données personnelles pour obtenir des médicaments sous prescription ou des remboursements d'impôt, créer de faux emplois ou pirater votre téléphone mobile, entre autres.

Les pirates qui ont dernièrement volé les données personnelles des clients de la banque Capital One aux États-Unis comme au Canada peuvent s’enrichir indûment et, par la même occasion, vous mettre sérieusement dans le pétrin.   

Dans un communiqué, Capital One a déclaré «qu’aucun numéro de compte de carte de crédit ou identifiant de connexion n’a été compromis et que plus de 99% des numéros de sécurité sociale ne l’ont pas été».   

Par contre, la firme a admis que quelque «140 000 numéros de sécurité sociale et 80 000 numéros de compte bancaire liés avaient en effet été compromis», selon ce qui a été rapporté sur le site Market Watch aujourd’hui même.   

Parmi les autres informations subtilisées figurent:      

  • les noms;   
  • les dates de naissance;   
  • les revenus déclarés;  
  • les adresses;  
  • les codes postaux;   
  • les adresses électroniques;   
  • les numéros de téléphone.      

Comme l’a fait Desjardins avec le service Equifax, Capital One préviendra ses clients – environ 100 millions aux États-Unis et six millions au Canada – et leur offrira sans frais un service de protection de l’identité et de surveillance du crédit.   

La porte ouverte des numéros d’assurance sociale   

Bien plus que d’obtenir des cartes de crédit en votre nom, les pirates peuvent, selon les experts consultés par Market Watch, obtenir des services publics avec nos numéros d’assurance sociale (NAS).   

En effet, parce que les NAS sont la clé d’accès aux programmes et services gouvernementaux, ceux-ci se retrouvent dans bon nombre de banques de données (banques, détaillants, établissement de crédit, etc.).

Et même si les NAS n’ont pu être obtenus chez Capital One, par exemple, les pirates pourraient les trouver ailleurs dans d’autres vols de données.   

C’est en combinant les données de plusieurs autres vols majeurs que les pirates obtiendront des avantages en votre nom.   

Obtenir un emploi ou des avantages sociaux  

Avec un NAS valide, un voleur d’identité pourrait théoriquement obtenir un emploi et le salaire en contrepartie. Mais c’est vous qui devrez payer les impôts.   

Pour se prémunir contre ce type de vol, les Américains peuvent faire appel au système Self Lock d’E-Verify pour verrouiller l’accès au SSN (social security number) – l’équivalent de notre NAS.   

De plus, avec de fausses déclarations fiscales et votre identité, les pirates auraient la possibilité de réclamer des avantages sociaux, comme des chèques de remboursement.   

Des services médicaux  

Les services médicaux aux États-Unis coûtent très cher, et l'on pourrait se servir de vos données pour s’offrir des soins et, pire, faire inscrire des données médicales qui ne sont pas les vôtres!   

Fiche criminelle  

Avec votre identité, le pirate accusé d’un crime pourrait vous valoir un casier judiciaire sans que vous en ayez connaissance.   

Plus simple encore, il pourrait vous mettre sur le dos des infractions au Code de la route.   

Imaginez les conséquences sur vos recherches d’emploi ou sur vos assurances!   

Nettoyer votre dossier ne sera pas chose facile.   

Téléphone piraté  

En piratant votre téléphone mobile, le voyou sera en mesure de recevoir vos appels et messages texte.   

Comme cet appareil sert de plus en plus souvent de moyen de vérification pour l’authentification à deux facteurs, celui-ci peut accéder au compte de votre institution financière pour réinitialiser votre mot de passe.   

Comme vous pouvez vous en rendre compte, les intrusions informatiques dans les sociétés bancaires et de services vont se poursuivre.   

À moins que des mesures plus efficaces ne soient implantées.