/investigations
Navigation

Au moins 200 lacs malades du Québec agonisent à petit feu

Le quart des cours d’eau douce du Québec dont les données sont relevées sont dans un état préoccupant

Des dizaines de lacs agonisent au Québec, alors que les riverains luttent pour assurer leur survie.
Photo courtoisie, Barry Husk Des dizaines de lacs agonisent au Québec, alors que les riverains luttent pour assurer leur survie.

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Au moins 200 lacs sont en train de mourir au Québec et des associations locales de protection des cours d’eau se sentent bien seules dans leur lutte pour les sauver.

«On sait que le lac va mourir d’ici quelques années», déplore Claude Poulin, président de l’Association du lac Tomcod, aussi appelé le petit lac Saint-François, en Estrie.

«Ça s’est amplifié. Plus on avance dans le temps, plus le lac est vert», regrette pour sa part Jean-Paul Huard à propos du lac à Vaillancourt, dans le Bas-Saint-Laurent.

Comme plusieurs riverains, MM. Huard et Poulin s’inquiètent pour la santé de leur plan d’eau. Avec raison.

«Le plus gros problème pour nos lacs, surtout dans le sud du Québec, est l’eutrophisation accélérée», explique Barry Husk, président de BlueLeaf, qui se spécialise dans la recherche et l’analyse de contaminants en milieu aquatique.

«C’est absolument inquiétant», insiste-t-il.

L’eutrophisation est un processus, normalement naturel, par lequel un lac vieillit.

Cancer et autres problèmes

John Husk
Photo Jean-François Desgagnés
John Husk

«Le problème est que les activités de l’homme accélèrent ce vieillissement de façon prématurée», prévient John Husk, président du Regroupement des organismes de bassins versants du Québec et fils de Barry Husk.

Un lac qui atteint un stade très avancé d’eutrophisation n’est pas mort à proprement parler, bien qu’il en a tout l’air.

«Ce n’est pas tant qu’il n’y a plus de vie. Mais celle qui est là, microbienne ou bactérienne, ce n’est pas celle qu’on souhaite avoir, explique Barry Husk. Le lac se remplit d’algues, de bactéries, et ça entraîne des problèmes.»

Les espèces aquatiques peinent à y vivre. L’eau n’est plus potable et la baignade peut être dangereuse.

Un lac vieillissant devient, par exemple, plus propice au développement des fameuses algues bleu-vert, appelées cyanobactéries, qui peuvent être dangereuses pour la santé.

Sébastien Sauvé
Photo courtoisie, Amélie Philibert
Sébastien Sauvé

«Les problèmes de santé les plus fréquents sont des éruptions cutanées, des rougeurs, des problèmes gastro-intestinaux comme la diarrhée, souligne Sébastien Sauvé, professeur en chimie environnementale à l’Université de Montréal. Certaines cyanobactéries pourraient contribuer à des cancers et des perturbations endocriniennes.»

Signal d’alarme

Et à mesure que les plantes et des matières organiques s’accumulent, en plus des sédiments amenés par l’érosion des sols qui favorisent l’eutrophisation, le lac devient de moins en moins profond.

«Et à un moment, il devient un marais tout simplement», explique M. Sauvé.

Notre Bureau d’enquête a analysé les données du Réseau de surveillance volontaire des lacs du Québec du ministère de l’Environnement au sujet de 814 bassins d’eau. Nous avons ainsi compté 15 lacs dits eutrophes ou hypereutrophes [donc en très mauvaise santé], et environ 185 autres à un stade intermédiaire ou avancé nécessitant des gestes rapides pour limiter les dégâts.

«Les lacs dans une condition intermédiaire sont critiques, car ils nous envoient un signal d’alarme. C’est-à-dire qu’il est plus que temps d’agir, a commenté Barry Husk. Il est beaucoup plus facile [et moins coûteux] de prévenir un stade eutrophe que d’en reculer.»

Notre analyse démontre clairement que les lacs de villégiature et ceux situés en milieux agricoles sont particulièrement touchés.

«Généralement, la condition eutrophe des lacs empire à mesure qu’on s’approche des régions peuplées, et surtout des régions en agriculture intensive», confirme M. Husk.

La pointe de l’iceberg

S’il existe des solutions pour essayer de prévenir, voire renverser le processus, le Québec manque cruellement de données pour suivre l’évolution de l’état de ses cours d’eau.

Même si le Réseau de surveillance volontaire des lacs du ministère de l’Environnement demeure la base de données la plus exhaustive au Québec, le portrait est loin d’être complet puisque l’inscription au réseau est libre.

Alors que la province compte environ 3,6 millions de plans d’eau douce, le quart des 814 lacs sur lesquels Québec tient des données est dans un état inquiétant.

«Est-ce que nos législateurs [...] sont satisfaits avec si peu d’informations?» demande Barry Husk.

«Est-ce qu’on est en mesure de suivre l’évolution de ces lacs? Que fait-on comme intervention pour stopper ou ralentir le processus d’eutrophisation accéléré?», poursuit-il.

«Le fait qu’un lac soit identifié comme étant eutrophe ne mène pas à des exigences ou recommandations de suivi particulières», répond Catherine Giguère, porte-parole du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Manque de suivi

Et lorsque des recommandations sont émises, elles sont appliquées sur une base volontaire.

«Québec n’est pas la pire province, mais en termes de suivi environnemental, il n’y en a presque pas», déplore Yannick Huot, directeur du Réseau du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada sur l’état des lacs au pays, et membre du groupe de recherche interuniversitaire en limnologie.

«Il y a des gens au ministère et des associations locales qui sont extrêmement motivés, mais ils n’ont pas de ressources», ajoute-t-il. De plus, le ministère a aussi pratiquement abandonné son programme de surveillance des algues bleu-vert, selon plusieurs experts.

«Ils [les employés du ministère] interviennent le moins possible. Ils n’ont plus les budgets, regrette M. Sauvé. Et les gens arrêtent de signaler [les lacs] parce que ça ne change rien.»

– Avec la collaboration de Philippe Langlois, Charles Lecavalier, Alex Drouin et Stéphanie Gendron

15 sont dans un état alarmant

Ces 15 lacs sont classés eutrophes ou hypereutrophes, selon les données du Réseau de surveillance volontaire des lacs du Québec du ministère de l’Environnement. Il s’agit des stades les plus avancés de vieillissement. Ces lacs sont donc en très mauvaise santé.

L’agriculture est l’un des facteurs qui sont montrés du doigt

Agriculture, changements climatiques, déforestation, fosses septiques, engrais à pelouse... les facteurs qui contribuent à l’accélération du vieillissement des lacs sont multiples.

Selon notre analyse, plusieurs des cours d’eau les plus mal en point sont situés en Chaudière-Appalaches, en Estrie et en Montérégie. Et dans de nombreux cas, l’agriculture est le grand responsable, croient des experts.

Le lisier, l’engrais chimique ou encore les pesticides utilisés par les agriculteurs s’écoulent avec les eaux de pluie et font leur chemin jusqu’aux lacs. Ces engrais contiennent du phosphore, la nourriture des algues bleu-vert.

Les riverains aussi

Les riverains ont également leur part de responsabilité.

«On retrouve aussi du phosphore dans les fertilisants pour pelouse ou jardin et ça s’écoule dans les lacs, surtout s’il n’y a pas de bande riveraine», dit Gabriel Cliche, de Fondation Rivières.

Une bande riveraine est une zone de 10 à 15 mètres autour du lac constituée de plantes ou d’arbustes qui agissent comme un filtre des eaux de ruissellement.

Les rejets des eaux usées domestiques ou municipales, les savons et les détergents, ainsi que les fosses septiques non conformes apportent aussi du phosphore dans les bassins. Ainsi, de nombreux lacs eutrophes sont situés dans des secteurs où l’on compte plusieurs chalets.

Les coupes forestières à proximité des plans d’eau peuvent aussi contribuer à l’érosion des sols, ce qui, à son tour, favorise l’eutrophisation, poursuit M. Cliche.

Changements climatiques

Enfin, plusieurs chercheurs soupçonnent les changements climatiques d’augmenter le vieillissement prématuré des lacs. Une augmentation de la température de l’eau aide au développement de bactéries, indique le ministère de l’Environnement.

Davantage de précipitations entraînent aussi plus de ruissellement, notamment en milieu agricole, et donc davantage de phosphore dans les lacs.


► Votre lac fait-il partie des 200 lacs affectés par un vieillissement accéléré? Pour le savoir, consultez notre carte interactive.