/misc
Navigation

Boris Johnson, sosie politique de Donald Trump

Street art à Bristol
Photo AFP Street art à Bristol

Coup d'oeil sur cet article

Boris Johnson vient de prendre la barre d’un pays profondément divisé par le Brexit qui vit sa pire crise politique depuis la Seconde Guerre mondiale. Son exercice du pouvoir ne va qu’aggraver la situation.  

Pendant une bonne partie de sa carrière politique, Johnson a projeté l’image d'un membre excentrique de la haute société britannique porté sur les discours tonitruants, les réparties acerbes et les comportements bouffons. Personnalité publique controversée jadis amusante et un peu bizarre, il est devenu moins drôle à mesure qu’il a gravi les échelons du pouvoir. Un Donald Trump cultivé avec un vocabulaire étendu.    

Johnson s’est d’abord fait connaître pour ses exagérations ridicules en tant que correspondant du Daily Telegraph à Bruxelles, au tournant des années 90. Même si c’était sans fondement, il adorait présenter l'Union européenne comme un monstre bureaucratique accaparant l'argent des Anglais, au grand plaisir de ses lecteurs des classes populaires, plus âgés et moins éduqués. La même catégorie sociale qui a fait de lui le nouveau chef du Parti conservateur a, aux États-Unis, porté Trump à la présidence.    

C’est un homme arrogant, un menteur compulsif et pathologique. Comme pour Trump, la seule chose qui compte pour lui, c'est de gagner par tous les moyens disponibles, éthiques ou pas. La rhétorique de Trump est plus belliqueuse et effrayante que celle de Johnson, mais c’est un individu aussi dangereux. Selon le doyen de la Chambre des communes, le député conservateur Ken Clarke, «Boris n'est qu'une version plus sympathique de Donald Trump».    

L’homme n’a pas de convictions politiques fixes. Il y a trois ans, il ne savait pas s’il allait ou non appuyer la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne. Après avoir conclu que son intérêt politique personnel était de ce côté, il s’est prononcé en faveur du Brexit. Ça lui a permis de devenir premier ministre.    

Il est aussi imprévisible que Trump. Deux sociopathes égocentriques. Des manipulateurs qui accumulent femmes, maîtresses et enfants sans vraiment s’engager avec qui que ce soit.    

Une des maîtresses de Johnson, Helen Macintyre, a enfanté de lui une fille alors qu’il était marié à Marina Wheeler. En 2013, il a tenté d’interdire la divulgation de son existence par une action en justice. Le juge a statué que le public avait le droit de connaître le comportement «reckless» (téméraire, dégoûtant?) de Johnson.    

Johnson va-t-il présider au démembrement du Royaume-Uni? L'Irlande du Nord et l'Écosse ont voté contre le Brexit. Ça présente pour lui des problèmes presque insolubles. En Irlande du Nord, il est redevable de sa majorité au Parlement au Parti unioniste démocratique, un parti protestant extrémiste. Les protestants d'Irlande du Nord sont fanatiquement contre la séparation du reste du Royaume-Uni. Comme les Anglos du West Island le sont au Québec. Comment peut-il les satisfaire et garder une frontière ouverte entre les deux Irlandes? Les appels en faveur d’une Irlande unie recueillent un soutien croissant en Irlande du Nord, favorisé par le déclin démographique des protestants. Les catholiques pourraient y être majoritaires dès 2021.    

Il ne veut pas de nouveau référendum qu’il va perdre. Johnson n'a été choisi que par les 160 000 membres du Parti conservateur – un groupe très peu représentatif de la population britannique. La moitié des gens qui l’ont élu ont plus de 55 ans et 38% ont plus de 66 ans. Pas exactement les voix de l’avenir.    

Le pays est beaucoup plus faible que ne le pensent les membres du Parti conservateur et les Britanniques en général. La Grande-Bretagne est une puissance déclinante. Sa faiblesse militaire est manifeste, alors que le pays est actuellement impliqué dans une confrontation maritime avec l’Iran, qui a arraisonné un pétrolier battant pavillon britannique dans le détroit d’Ormuz. Johnson va être dans la situation humiliante de devoir quémander le soutien naval de l’Europe, avec laquelle il veut rompre. La Royal Navy, qui jadis dominait les mers, n’est plus que l’ombre de ce qu’elle était. Depuis la guerre des Malouines de 1982, le nombre de ses navires de guerre a diminué de 75%. Seulement 19 frégates et destroyers sont actuellement opérationnels. Et aucun porte-avions. Les loustics soulignent qu’elle a maintenant plus d’amiraux, 34, que de navires de guerre.