/news/cannabis
Navigation

L’industrie du cannabis mise gros sur les breuvages infusés

L’industrie du cannabis mise gros sur les breuvages infusés
COURTOISIE HILL STREET BEVERAGE CO.

Coup d'oeil sur cet article

Les boissons infusées au pot que nous trouverons sur les tablettes des succursales de la Société québécoise du cannabis (SQDC) en décembre devraient être bien différentes de ce qui est actuellement offert chez nos voisins du sud, tant sur le plan du goût que sur la teneur en THC, selon des experts canadiens de l’industrie du cannabis.  

La trop forte concentration en THC, la composante psychoactive du cannabis, de même que le goût «huileux» sont des problèmes que l’industrie d’ici compte bien résoudre en misant gros sur la recherche et le développement, selon un reportage sur les boissons au cannabis produit par Tabloïd.   

«T’achètes une bouteille de cola, il y a 100 mg de THC là-dedans. Ça vient avec un petit verre à shot. Ce n’est vraiment pas ça qu’on vise. On voudrait justement que les gens puissent boire plus d’une bouteille s’ils le veulent», explique le responsable du développement des affaires de Canopy Growth, Adam Greenblatt, en entrevue avec Tabloïd.   

Cent milligrammes, c’est dix fois la limite fédérale canadienne par emballage de cannabis buvable et 20 fois la limite établie par le gouvernement du Québec. Canopy Growth compte plutôt commercialiser des portions avec environ 2 milligrammes de THC, ce qui est communément considéré comme une microdose.   

L’entreprise souhaite prendre des parts de marché de l’alcool grâce à ses boissons au cannabis, qui contiendront généralement moins de 100 calories par portion. Elle compte produire des boissons originales au pot, tandis que certains de ses futurs compétiteurs commercialiseront plutôt des bières ou des vins non alcoolisés infusés.   

Engouement?  

La firme de conseil Deloitte estime que la valeur du marché canadien des boissons au cannabis pourrait s’élever à 529 M$ par année. Selon un sondage qu’elle a mené auprès de 2000 personnes, 37% des Canadiens ont l’intention d’y goûter.   

Mais plusieurs produits de marijuana buvables vendus actuellement aux États-Unis ont un goût «horrible», affirme Rishi Malkani, associé responsable du secteur du cannabis chez Deloitte. «Ce à quoi j’ai goûté aux États-Unis était absolument dégueulasse. Aucun de ceux que j’ai bus n’était bon», dit-il.   

Les breuvages de cannabis de Tinley sont commercialisés en Californie et simulent la saveur de cocktails populaires telles que la margarita.
COURTOISIE TINLEY BEVERAGE CO
Les breuvages de cannabis de Tinley sont commercialisés en Californie et simulent la saveur de cocktails populaires telles que la margarita.

  

Selon lui, ce sera une tout autre histoire pour les produits qui se trouveront sur les tablettes de la SQDC en décembre puisque des milliards de dollars ont été investis dans leur recherche et leur développement par des fabricants de bière comme Molson-Coors et Constellation Brands (Corona).   

Ces derniers développent des produits en partenariat avec des compagnies de cannabis déjà établies, soit le producteur gatinois HEXO et le géant ontarien Canopy Growth. «C’est un secteur qui a un énorme potentiel de croissance. Des gros joueurs comme Molson ne rateront pas leur coup», soutient M. Markani.

  • Pour lire le dossier complet, cliquez ici.