/news/currentevents
Navigation

Pas d’accusations criminelles après la fuite de monoxyde de carbone

Pas d’accusations criminelles après la fuite de monoxyde de carbone

Coup d'oeil sur cet article

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a terminé son enquête sur l’incident au monoxyde de carbone à l’école des Découvreurs, située dans l’arrondissement de LaSalle, a appris TVA Nouvelles.

Le corps policier a établi qu’il n’y avait pas matière à porter des accusations criminelles contre qui que ce soit en lien avec cette affaire survenue le 14 janvier dernier. Le SPVM avait ouvert une enquête deux semaines après l’incident.

C’est l’inspecteur André Durocher, chef de la division des communications du SPVM, qui a confirmé l’information vendredi en réponse à une demande de suivi au dossier logée par TVA Nouvelles.

Dans son bilan, la Santé publique de Montréal mentionnait que 53 des 193 enfants qui fréquentent l’école des Découvreurs avaient consulté un médecin après une fuite de monoxyde de carbone causée par la rupture d’un joint sur un appareil de chaufferie.

En juin, soit plusieurs mois après l’incident, on apprenait que ce sont finalement 124 jeunes de cette école qui avaient présenté des symptômes d’intoxication à la suite de la fuite. Vingt-quatre avaient ressenti des symptômes près de huit semaines après l’incident, avait rapporté le 24 Heures en juin, ajoutant que la majorité d’entre eux étaient rétablis.