/travel/quebec
Navigation

L’île mystérieuse... pas loin de Québec

Grosse-Île, une ancienne station de quarantaine pour les nombreux immigrants venus d’Europe alors que les épidémies étaient courantes.
Photo courtoisie, Parcs Canada Grosse-Île, une ancienne station de quarantaine pour les nombreux immigrants venus d’Europe alors que les épidémies étaient courantes.

Coup d'oeil sur cet article

Accessible seulement par ­bateau, Grosse-Île, dans ­l’archipel de l’Isle-aux-Grues, demeure méconnue même si elle est située à moins de 50 ­kilomètres au nord-est de Québec. Son isolement ayant contribué au fait qu’elle a servi de lieu de quarantaine la rend mystérieuse.

Littéralement déserts, les sentiers de ce lieu historique de Parcs Canada sont agrémentés de beaux panoramas dans l’archipel. Mais impossible d’aller sur Grosse-Île sans explorer son histoire, ce dont témoignent les bâtiments et les guides sur place.

Un peu d’histoire

L’île a été un passage obligé pour des centaines de milliers d’immigrants ­venus d’Europe à une époque où il était impératif de peupler l’ouest du Canada. Les épidémies étant alors fréquentes, il fallait s’assurer que tous étaient en santé ou pouvaient être soignés avant ­d’accéder au port de Québec.

La station de quarantaine a fonctionné pendant un siècle (de 1832 à 1937).

Il y a eu des drames comme cette ­épidémie de typhus en 1847 ayant ­fauché la vie de 5400 personnes, ­principalement des Irlandais. Mais il y a aussi eu des découvertes, la station étant passée d’une médecine d’improvisation à un modèle d’efficacité et de modernité.

À voir

Il y a trois secteurs à visiter. Au centre de l’île, une halte s’impose au village pour visiter la chapelle catholique ainsi que le local abritant l’ambulance hippomobile.

À l’est, on s’arrête au Lazaret, un ­bâtiment construit en 1847, puis on entre dans l’intrigante salle rouge, peinte ­ainsi et éclairée avec des ampoules rouges pour protéger les malades atteints de la variole contre la lumière intense. On y rencontre l’infirmière en chef Yvonne Beaudry.

La croix celtique honorant la mémoire des Irlandais, morts lors de la fameuse épidémie de typhus en 1847.
Photo courtoisie, Parcs Canada
La croix celtique honorant la mémoire des Irlandais, morts lors de la fameuse épidémie de typhus en 1847.

Dans l’ouest se dresse une croix ­celtique honorant la mémoire des ­Irlandais morts lors de la fameuse ­épidémie. On y découvre le cimetière des Irlandais et le mémorial.

J’oubliais de vous dire que dès votre arrivée sur l’île, en partance de ­Berthier-sur-Mer, vous êtes convié à une ­inspection médicale. L’infirmière Sarah Wade vous demande d’ouvrir la bouche et de dire « aaah! ». Le diagnostic devrait vous soulager...

Lieu historique national de la Grosse-Île-et-le-Mémorial-des-Irlandais

  • Croisière et visite : 69 $ par adulte, 56 $ par ado, 30 $ par enfant (6 à 12 ans)
  • Autre transport : Air Montmagny (pc.gc.ca)

D’autres idées pour le week-end

Les chambres accueillent couples ou familles.
Photo courtoisie, Auberge du couvent
Les chambres accueillent couples ou familles.

MRC de Portneuf: Une auberge vraiment pas chère

Entre Trois-Rivières et Québec, à Saint-Casimir, un couvent bâti en 1830 est devenu une auberge de jeunesse classée 4 étoiles d’où son nom, l’Auberge du couvent.

Cuisines communes. Chambres à partir de 59 $, déjeuner inclus. Capacité : jusqu’à 5 personnes. Aux alentours : rafting pour tous, grotte le Trou du Diable et Véloroute portneuvoise.