/entertainment/shows
Navigation

[PHOTOS] Un sans faute pour Weezer à Festivent

Le quatuor livre une énorme prestation

Weezer
Agence QMI, Guy Martel

Coup d'oeil sur cet article

Une seule chanson et c’était parti. Avec ses hits et son rock ensoleillé, Weezer a rapidement installé une atmosphère de fête au Festivent Ville de Lévis. Et ça s’est maintenu durant toute la soirée.  

On s’était visiblement ennuyés de Weezer. Il faut dire que leur dernière visite dans les environs remontait à leur passage au Festival d’été en 2013.   

Weezer
Guy Martel/Agence QMI

Rivers Cuomo, polo, pantalons vintage, grosses lunettes et casquette sur la tête, Patrick Wilson, Brian Bell et Scott Shriner ont débuté en force.   

Ils ont aligné, coup sur coup, les Buddy Holly, My Name is Jonas, leur reprise d’Africa, Island in the Sun, chanté parfaitement par le public, Happy Together des Turtles, entrecoupé par un passage de Longview de Green Day et Surf Wax America. Boom!   

La réaction du public, qui était très nombreux, s’est fait sentir, rapidement et sans équivoque. Impossible de ne pas chanter et taper du pied au son de ses chansons accrocheuses. Il y avait de l’ambiance au max. 

Durant Perfect Situation, ou le public a bien répondu, vocalement, Rivers Cuomo a lancé un «fantastique» bien senti.   

Avec un album de reprises derrière la cravate, Weezer n’allait pas se priver avec leurs versions d’Everybody Wants to Rule the World de Tears for Fears et Take on Me de A-Ha.   

Weezer
Photo Agence QMI, Guy Martel

Le quatuor est débarqué sur la Rive-Sud avec un alignement de chansons presque parfait et sans temps mort, ajoutant les In the Garage, Beverly Hills, avec un solo de guitare de notre nerd favori, Pork and Beans, Undone – The Sweater Song, Hash Pipe et Say it Ain’t So.   

La clé du succès d’un bon spectacle repose sur de bonnes chansons et ça, Weezer en a plusieurs. 

Avec une prestation d’une heure et quinze, on en aurait pris un peu plus encore, mais on peut dire, somme toute, que nous avons été beaucoup et pas mal gâtés. 

Mort Rose  

En début de soirée, Mort Rose a livré sa pop joyeuse, avec des éléments de rockabilly, de surf et de yéyé jumelés à de belles harmonies vocales. 

On sent chez la formation québécoise une forte influence des groupes rétro québécois qui ont été extrêmement populaires dans les années 60.   

Weezer
Photo Agence QMI, Guy Martel

Et ils le démontreront vers la fin de leur prestation avec une reprise de Ton amour a changé ma vie des Classels, incluant quelques tiraillements vocaux, plus ou moins dans le ton.   

«Nous sommes honorés de jouer ici avant un band qui nous a tous marqués», a lancé le chanteur-guitariste Alexandre Archambault. 

Mort Rose en a profité pour jouer plusieurs nouvelles chansons qui se retrouveront sur leur premier album qui sera lancé au début de l’année 2020.   

Weezer
Photo Agence QMI, Guy Martel

Laurence et Rachel, avec un très bon riff de guitare, ont démontré un potentiel très intéressant.   

Mort Rose a un peu perdu l’attention du public à mi-parcours, lorsque le batteur Mark Cool a quitté la batterie pour faire deux chansons avec ses potes. Une guitare désaccordée provoquant une trop longue interruption.   

La formation participera à l’événement Bordeaux fête le vin le 22 août au Vieux-Port de Québec.   

Le Festivent Ville de Lévis se termine dimanche avec le spectacle des Cowboys Fringants.