/news/currentevents
Navigation

Des rues entières de Sainte-Marie abandonnées

Coup d'oeil sur cet article

SAINTE-MARIE-DE-BEAUCE | Trois mois après les inondations historiques en Beauce, plusieurs rues de Sainte-Marie ont des allures de village fantôme alors que des citoyens sinistrés ont laissé à l’abandon leurs maisons qui seront bientôt démolies.

Lors du passage de TVA Nouvelles, plusieurs résidences, notamment sur les avenues des Érables et Saint-Patrice, étaient abandonnées. Des permis de démolition avaient été collés sur les fenêtres, et de nombreuses portes étaient condamnées ou arrachées. 

«Je suis tanné de payer deux comptes d’Hydro, deux assurances. Il y a quand même des frais pour une maison qui n’est pas habitable», a soutenu Sylvie Gagnon, dont la maison sera détruite le 22 août prochain. 

Après avoir logé sur l’avenue Duchesnay pendant 25 ans, Diane Caviola et son conjoint, Steve Levesque, connaîtront eux aussi le même sort d’ici deux semaines. 

«On n’a pas le droit de se reconstruire», a expliqué Mme Caviola à TVA Nouvelles. 

Québec a en effet décidé d’interdire la reconstruction des résidences touchées par les inondations printanières ayant perdu plus de la moitié de leur valeur. Plusieurs propriétaires aux maisons lourdement endommagées ont opté pour le déménagement. 

Selon Stéphane Brown, représentant du député de Beauce-Nord, Luc Provençal, les travaux de démolition vont s’intensifier avec la fin des vacances de la construction. 

Il ajoute que, selon certaines estimations faites par la municipalité de Sainte-Marie, 75 à 100 maisons démolies dans les prochains mois pourraient être converties en espaces verts. 

La destruction de 18 résidences a été autorisée lors du dernier conseil municipal de Sainte-Marie, au début du mois de juillet. D’autres autorisations seront émises lors des futurs conseils. 

Il n’a pas été possible pour TVA Nouvelles de joindre la mairie de Sainte-Marie pour qu’elle commente le dossier.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions