/travel/europe
Navigation

Le Français Franky Zapata réussit son pari de traverser la Manche sur sa machine volante

Le Français Franky Zapata réussit son pari de traverser la Manche sur sa machine volante
AFP

Coup d'oeil sur cet article

ST MARGARET'S BAY, Royaume-Uni | À sa seconde tentative, le Français Franky Zapata, surnommé «l'homme volant», a réussi dimanche l'exploit de traverser la Manche debout sur son «Flyboard» en une vingtaine de minutes, après une courte halte à mi-chemin sur un bateau pour ravitailler sa machine volante en kérosène.   

L'homme de 40 ans originaire de Marseille (sud-est) avait décollé vers 7 h 15, heure de Paris (1 h 15 à Montréal), de la plage française de Sangatte (nord) dans un vrombissement assourdissant et sous les yeux de plusieurs centaines de curieux, dix jours après son échec.  

Casqué et harnaché, tout de noir vêtu, il s'était envolé vers St Margaret's Bay côté anglais, qu'il a réussi à atteindre en une vingtaine de minutes en survolant la mer à 15/20 mètres. Cette fois, il s'est «posé facilement sur le bateau, il a changé son sac à dos et est reparti» quelques secondes plus tard, a indiqué son épouse Krystel.  

L'ancien champion du monde et d'Europe de jet-ski a ensuite atterri côté britannique après avoir parcouru les 35 km de détroit debout sur sa machine volante dotée de cinq miniturboréacteurs qui lui permettent de décoller et d'évoluer jusqu'à 190 km/h, avec une autonomie d'une dizaine de minutes. Il a étreint un membre de son équipe qui le félicitait.  

«Tout s'est bien passé! Même si c'était encore compliqué [pour le ravitaillement sur le bateau]... Ensuite, je voyais l'Angleterre qui se rapprochait et j'ai essayé de prendre du plaisir pour ne pas penser à la douleur. Ça brûlait dans les jambes !» a confié à la presse juste après son arrivée Franky Zapata, en rendant hommage à «un travail d'équipe».  

Il a volé «à 160/170 km/h quasiment tout le long» de la traversée, a-t-il précisé, informé grâce à l'indicateur de vitesse sonore installé dans son casque.  

Franky Zapata, qui s'est dit «fatigué» et a maintenant «besoin de vacances», a déjà d'autres défis en tête: terminer sa «voiture volante» mais aussi être «le premier à glisser la poudreuse dans les nuages» en volant donc beaucoup plus haut.  

Il a ensuite fondu en larmes quand son jeune fils lui a dit au téléphone: «Tu es le meilleur, papa !»  

Franky Zapata doit regagner en fin de matinée la France, où il doit tenir une conférence de presse vers 14h, heure de Paris (8h à Montréal).  

 

Intérêt des forces spéciales françaises  

Lors de sa première tentative le 25 juillet, 110 ans jour pour jour après l'exploit du Français Louis Blériot, premier aviateur à avoir franchi la Manche, il s'était élancé du même endroit sur sa planche volante, mais avait chuté quelques minutes plus tard dans les eaux anglaises, après avoir heurté la plateforme du bateau de ravitaillement où il tentait de se poser.   

En raison de la distance, Franky Zapata devait obligatoirement, pour ce challenge auquel il s'est préparé ces six derniers mois, se réapprovisionner en kérosène, qu'il stocke dans son sac à dos.  

Pour cette seconde tentative, l'homme et son équipe ont choisi pour le ravitaillement un bateau «plus grand» positionné dans les eaux françaises.   

L'ancien champion avait dû réparer cette semaine dans son atelier près de Marseille l'électronique et les moteurs de son engin, endommagés lors de sa chute.  

Lors de sa première tentative, Franky Zapata et sa société de portefeuille du même nom ont trouvé un écho médiatique, quelques jours seulement après une première vitrine d'envergure lors du défilé militaire de la Fête nationale française du 14 juillet sur les Champs-Élysées à Paris.  

Ce jour-là, devant le président français Emmanuel Macron, il avait offert un spectacle futuriste: fusil en main, il avait volé à plusieurs dizaines de mètres du sol sur son invention, «100% développée en France».  

Son invention avait déjà été montrée fin 2018 au Forum Innovation Défense de Paris. Cette plateforme volante intéresse les forces spéciales françaises, qui y voient du «potentiel pour un emploi dans les opérations spéciales en zone urbaine».  

Depuis décembre 2018, son entreprise Z-AIR bénéficie d'une subvention de 1,3 million d'euros (1, 9 millions $) du ministère français des Armées pour développer une nouvelle turbine en impression 3D.  

Avant de créer son «Flyboard Air», M. Zapata «volait» déjà sur l'eau avec son premier Flyboard aquatique. La planche était alors «propulsée au-dessus d'un plan d'eau par le jet de la turbine d'une moto marine».