/entertainment/movies
Navigation

FCVQ: le nouveau Louis Bélanger présenté en première nord-américaine au Diamant

Vivre à 100 milles à l'heure
Photo courtoisie, Véro Boncompagni Le film Vivre à 100 milles à l’heure.

Coup d'oeil sur cet article

Vivre à 100 milles à l’heure, le nouveau long métrage de Louis Bélanger, sera présenté en première nord-américaine, le 19 septembre, au Diamant, à l’occasion de la 9e édition du Festival de cinéma de la ville de Québec.

On profitera aussi de cette exclusivité pour rendre hommage au cinéaste, qui a grandi dans la ville de Québec et qui a réalisé Gaz bar Blues, Route 132 et Les mauvaises herbes.

«Louis Bélanger nous représente bien avec ses films, et il était temps de lui dire qu’on l’aime et qu’on le trouve bon», a lancé Bill Bilodeau, directeur de la programmation du FCVQ, lors d’un entretien téléphonique.

Le cinéaste sera sur place, tout comme la distribution de ce film qui met en vedette les jeunes comédiens Rémi Goulet, Antoine L’Écuyer, Zakary Méthot, Nicolas Guay, Félix-Antoine Cantin et Dylan Walsh. On retrouve aussi Maxime Dumontier, Cassandra Latreille, Benoit McGinnis, Elijah Patrice-Beaudelot, Sandrine Poirier-Allard et Marie-Hélène Thibault.

Le long métrage sera présenté en primeur au Festival du film francophone d’Angoulême avant sa projection au Diamant.

Vivre à 100 milles à l’heure raconte l’histoire de Louis, Éric et Daniel, trois amis inséparables, qui verront leur amitié être mise à l’épreuve lorsque les jeux d’enfants seront rapidement remplacés par du petit crime désorganisé.

Québec partout

Cette comédie dramatique pose un regard tendre et décalé sur la période à la fois trouble et enivrante du passage à l’âge adulte, avec, en toile de fond, la ville de Québec et les années 1970 et 1980.

«La ville est très présente dans le film. On reconnaît Québec partout», a fait remarquer Bill Bilodeau.

Lorsque Louis Bélanger et le distributeur Les Films Opale ont accepté de présenter le film en exclusivité nord-américaine à Québec, l’idée de rendre hommage au cinéaste a rapidement été mise en œuvre.

«Louis a été décoré du titre de chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres de la République française et il n’a pas été honoré chez lui. L’occasion était bonne, et ça allait de soi», a indiqué le directeur de la programmation du FCVQ.

Ses films Post-mortem et Les mauvaises herbes seront projetés au Festival qui sera présenté du 12 au 21 septembre 2019. Louis Bélanger prononcera une conférence sur son parcours professionnel.