/entertainment/movies
Navigation

Menteur dépasse les 4 M$ au box-office

Depuis 2009, seulement cinq films québécois ont réussi cet exploit

Sortie le 10 juillet, la comédie québécoise Menteur continue de faire courir les foules dans les salles de cinéma de la province. 
Photo d’archives, courtoisie films séville Sortie le 10 juillet, la comédie québécoise Menteur continue de faire courir les foules dans les salles de cinéma de la province. 

Coup d'oeil sur cet article

Menteur continue de faire sonner la caisse. Moins d’un mois après sa sortie en salle, la nouvelle comédie du réalisateur Émile Gaudreault est devenue en fin de semaine le premier film québécois depuis De père en flic 2 (en 2017) à franchir le cap des 4 millions de dollars de recettes au box-office.

Tenant toujours tête aux grosses productions estivales hollywoodiennes, Menteur figurait encore dans le top 3 des films les plus populaires de la fin de semaine dernière dans les cinémas du Québec, tout juste derrière la nouveauté Rapides et dangereux présentent Hobbs et Shaw et le film familial Le Roi lion.

Selon les données de l’agence Cinéac, le film mettant en vedette Louis-José Houde et Antoine Bertrand cumule 4 028 080 $ au box-office québécois après moins de quatre semaines à l’affiche.

À ce rythme, Menteur devrait bientôt voir ses recettes dépasser celles de plusieurs grosses productions hollywoodiennes sorties plus tôt cet été, dont Histoire de jouets 4 (4,6 M$ en sept semaines), Spider-Man : loin des siens (4,4 M$ en six semaines) et Aladdin (4,5 M$ en 11 semaines). C’est la première fois en deux ans qu’un film québécois franchit la barre du 4 M$ au box-office. À l’été 2017, deux comédies avaient réalisé cet exploit, soit De père en flic 2 et Bon Cop, Bad Cop 2, les suites des films à succès de 2006 et 2009.

Si on remonte à plus loin, on remarque qu’au cours des dix dernières années, seulement cinq productions québécoises ont réussi à amasser plus de 4 M$ aux guichets. Et, fait cocasse, trois de ces cinq films ont été réalisés par Émile Gaudreault (Menteur et les deux De père en flic).

Rapides et... lucratifs !

Sinon, comme partout ailleurs en Amérique du Nord, c’est le nouveau film dérivé de la saga Rapides et dangereux qui a pris la tête du box-office au Québec la fin de semaine dernière. Lancé en grande pompe vendredi passé, Rapides et dangereux présentent Hobbs et Shaw a récolté plus de 840 000 $ dans les salles du Québec lors de ses trois premiers jours à l’affiche. Le film a aussi dominé chez nos voisins du Sud, enregistrant un départ canon (plus de 60 M$ au box-office américain en trois jours).

Toujours très populaire, Le Roi lion figure au deuxième rang du box-office québécois avec un montant de 672 735 $ amassés le week-end dernier, pour des recettes cumulatives de plus de 7 M$ en seulement trois semaines. Une semaine après sa sortie, le nouveau film de Quentin Tarantino, Il était une fois à Hollywood, a quant à lui dépassé le cap du million de dollars de recettes au box-office québécois.

Les cinq derniers films québécois à avoir franchi le cap des 4 M$ :

2019

Menteur 4 028 080 $ (encore à l’affiche)

2017

De père en flic 2 6 624 488 $

Bon Cop Bad Cop 2 5 656 993 $

2013

Louis Cyr 4 067 856 $

2009

De père en flic 10 543 794 $

(Source : Cinéac)