/sports/hockey/remparts
Navigation

Remparts: la LNH, le rêve ultime pour Yu Sato

Remparts: la LNH, le rêve ultime pour Yu Sato
Photo Jean-François Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

En décidant de faire le saut en sol nord-américain avec les Remparts de Québec, le Japonais Yu Sato s’est donné la mission d’atteindre les plus hautes sphères de son sport, ce qui n’a été accompli que par un seul de ses compatriotes pendant un court moment dans toute l’histoire de la Ligue nationale.

Il a amorcé sa longue marche vers la réalisation de son rêve, lundi, au Centre Vidéotron.  

Vingt-quatrième choix au total du repêchage européen de juin dernier, l’attaquant de 17 ans a vécu son premier bain médiatique officiel dans le vestiaire des Diables rouges à une semaine de l’ouverture du camp d’entraînement. 

Après avoir enfilé l’uniforme sanctifié sous le regard approbateur de Patrick Roy, Sato a lancé la phrase adaptée pour un hockeyeur ayant traversé la planète au complet pour poursuivre sa carrière.   

«Je veux jouer dans la Ligue nationale dans le futur et devenir le premier joueur à y jouer», a émis le sourire aux lèvres le représentant du pays du Soleil levant devant les nombreux micros. 

Premier joueur parce que le seul Japonais qui a joué dans la LNH du nom de Yutaka Fukufuji est un gardien de but. Choix de huitième ronde en 2004 des Kings de Los Angeles, Fukufuji a disputé quatre rencontres devant la cage des Kings en 2006-2007. À 36 ans, il est toujours actif dans la Ligue de hockey asiatique. Avant lui, en 1992, Hiroyuki Miura avait été un pionnier quand le Canadien l’avait choisi au 260e échelon. 

«Je l’ai déjà rencontré en plus d’avoir discuté avec lui», a avoué Sato au sujet de Fukufuji. 

À cause de papa

Natif de Saitama, située non loin au nord de Tokyo, Sato a appris les bases de son sport grâce à son père, ancien joueur amateur et entraîneur dans cette région qui comptait plus d’un million d’habitants en 2016. 

«Je ne sais pas d’où son amour pour le hockey vient, il faudrait que je lui demande! Cela dit, mon père appréciait le style de l’équipe de l’Union soviétique. Il était d’ailleurs un fan de Igor Larionov», a confié l’ailier gauche à la suite de l’impromptu de presse. 

L’ancienne vedette russe des Red Wings de Detroit est aujourd’hui l’agent de la nouvelle coqueluche des Remparts qui a déménagé à l’âge de 10 ans en Russie pour accentuer son développement avant de se retrouver en Finlande, la saison passée. Larionov représente aussi les intérêts d’Aleksei Sergeev, qui entamera sa deuxième campagne à Québec. 

Voilà que l’autre joueur que papa aimait regarder à la télévision, Patrick Roy, dirigera fiston pour ses débuts dans la LHJMQ. Son père lui a même remis dans le passé une figurine de l’ancien gardien étoile du Canadien et de l’Avalanche du Colorado brandissant la coupe Stanley à bout de bras qui agrémente sa chambre à coucher en plus de cartes de hockey. 

Fabricant

Sato, qui fait 5 pi 11 po, s’est décrit comme un rapide fabricant de jeu. Sa touche offensive ne fait aucun doute à la lumière de ses statistiques compilées la saison passée avec l’équipe des moins de 18 ans de Kiekko-Vantaa, en Finlande, alors qu’il a récolté 28 buts et 62 points en 24 rencontres. Il a ajouté 17 points en 12 rendez-vous éliminatoires. 

«Je ne veux pas mettre la barre haut parce que je ne l’ai pas vu jouer [en personne], sauf sur vidéos. J’ai confiance qu’il devienne un joueur d’impact pour nous. Je pense que les gens vont l’adorer. Le gros avantage, c’est qu’il est capable de communiquer en anglais et je suis convaincu que ça va bien aller», a souligné Roy, le grand patron des opérations hockey des Remparts. 

Des joueurs prometteurs en provenance du pays du Soleil levant

En plus de Yu Sato, d’autres produits issus des Warriors de Saitama ont trouvé en Amérique du Nord le lieu idéal pour parfaire leur art sur lames.

Possédant la double nationalité canado-japonaise, Ikki Kogawa est devenu la propriété des Steelheads de Mississauga au dernier repêchage de la Ligue de l’Ontario (OHL) après avoir joué son hockey midget AAA avec les Nationals de Toronto. Né en Colombie-Britannique et ancien des Samurais du Japon, le défenseur Cale Strasky fait maintenant sa marque avec le Burnaby Winter Club tandis que Noah Cameron, de Nagano, et Yusaku Ando, de Tomakomai, se sont illustrés la saison dernière avec l’académie Poursuit of Excellence à Kelowna. 

Aito Iguchi est toutefois sans doute le plus connu de tous. Si ce nom ne vous dit rien, il vous suffira d’une simple recherche sur YouTube pour découvrir ce phénomène qui s’était révélé à la planète hockey il y a quelques années. 

Âgé de 15 ans, Iguchi est perçu par plusieurs comme le plus bel espoir du Japon ayant le potentiel de s’établir dans la LNH. Il sera admissible à la séance de sélection de 2021. Ses droits appartiennent aux Black Hawks de Waterloo dans la USHL et aux Lakers de London dans la ligue junior A de l’Ontario, qui a servi de tremplin pour plusieurs joueurs russes au cours des dernières années. 

Depuis les Jeux de Nagano, en 1998, l’équipe nationale masculine été incapable de se qualifier au tournoi olympique. 

Feu vert de Roy

Patrick Roy n’a jamais hésité une seconde à faire l’acquisition de Yu Sato en dépit de l’historique bien mince du hockey japonais. Les rapports que son directeur du recrutement Christian Vermette lui a fournis combinés à ses discussions avec Igor Larionov et le jeune homme l’ont rapidement convaincu. 

«Je n’étais pas fermé à l’idée. Il a joué en Russie et en Finlande. C’est un jeune prêt à faire beaucoup d’efforts pour réussir dans le hockey. Les commentaires étaient tous très bons. Qu’il vienne du Japon, de la Russie ou de la Finlande, pour nous, l’important, c’est d’avoir un joueur qui peut avoir un impact avec les Remparts», a noté l’entraîneur-chef et directeur général. 

Par ailleurs, Roy a confirmé que l’attaquant James Malatesta, qui doit s’aligner avec Kimball Union Academy, une école préparatoire dans le New Hampshire, se présentera pour une période de 48 heures au camp à partir du 14 août.

Les Remparts ont échangé l'espoir Xavier Raby à Acadie-Bathurst en retour d'un choix de 10e ronde en 2020.