/news/provincial
Navigation

La Ville doit répondre aux craintes des citoyens, estime Rousseau

Jean Rousseau
Photo Simon Clark Jean Rousseau

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Québec doit répondre aux inquiétudes des citoyens de Loretteville sur la future bande cyclable de la rue de l’Hôpital, croit le conseiller d’opposition Jean Rousseau.

«On ne peut pas imposer une piste cyclable», lance le conseiller de Démocratie Québec. L’implantation d’une piste ou d’une bande cyclable crée souvent des inquiétudes et la Ville a l’obligation de bien communiquer l’information aux résidents touchés, croit-il.

«Il faut le prendre au sérieux et convoquer des rencontres pour clarifier les craintes et les problèmes potentiels.» Sur la rue de l’Hôpital, les citoyens invoquent les enjeux de sécurité causés par la future bande cyclable qui circulera devant leur entrée, où une rangée de cases de stationnement s’alignera également.

Ils craignent que des collisions surviennent en raison de la visibilité réduite. La Ville de Québec a indiqué hier que «pour assurer une meilleure visibilité, le stationnement sera donc modifié de part et d’autre des accès problématiques».

Réduire la vitesse

La porte-parole Julie Dubois a aussi mentionné que «l’aménagement de la bande cyclable permettra de réduire les voies de circulation pour les véhicules, ce qui aura pour effet de diminuer la vitesse». La circulation rapide des voitures dans le secteur était également décriée par le voisinage.

La Ville rappelle que le conseil de quartier était favorable au projet. Les citoyens dénonçaient quant à eux le manque d’informations véhiculées, plusieurs n’ayant jamais reçu la convocation à une rencontre d’information organisée en avril.

L’ancien président et fondateur du conseil de quartier de Loretteville, Robert Martel, y a assisté et pour lui, la Ville n’a pas fait suffisamment pour communiquer son projet aux citoyens touchés. «Il faut promouvoir le vélo, mais de là à l’imposer... C’est ridicule, on provoque le danger avec ce projet», lance-t-il.

Il n’a pas été possible de joindre le conseiller du secteur, l’indépendant Raymond Dion.