/entertainment/movies
Navigation

«Il pleuvait des oiseaux»: le nouveau film de Louise Archambault lancera le FCVQ

Le long-métrage Il pleuvait des oiseaux, de Louise Archambault, met en vedette ­Andrée Lachapelle et Gilbert Sicotte. 
Photo courtoisie, Outsiders Le long-métrage Il pleuvait des oiseaux, de Louise Archambault, met en vedette ­Andrée Lachapelle et Gilbert Sicotte. 

Coup d'oeil sur cet article

Il pleuvait des oiseaux, le nouveau film de Louise Archambault, lancera, le 12 septembre, la neuvième édition du Festival de cinéma de la ville de Québec (FCVQ).

Cette adaptation du roman de Jocelyne Saucier sera présentée à 20 h à la salle Raoul-Jobin du Palais Montcalm.

La réalisatrice et les comédiens Andrée Lachapelle, Gilbert Sicotte, Rémy Girard, Ève Landry, Éric Robidoux et Louise ­Portal, qui font partie de la distribution, fouleront le tapis rouge avant la représentation qui sera accompagnée par les musiciens de l’Orchestre symphonique de musique de film de Québec (OSMFQ).

«Nous nous réjouissons d’accueillir Louise Archambault et l’époustouflante distribution d’acteurs de ce long-métrage. Il nous fait honneur d’amorcer cette édition avec une œuvre cinématographique qui met de l’avant le paysage incroyable et unique du Québec tout en mettant en valeur le récit d’une auteure si talentueuse, Jocelyne Saucier», a indiqué Bill Bilodeau, directeur de la programmation du FVCQ.

Il pleuvait des oiseaux a été tourné durant 18 jours, à l’été 2018, dans la forêt Montmorency, en plein cœur de la réserve faunique des Laurentides. Le tournage s’est aussi déroulé dans les Laurentides et dans la région de Thetford Mines.

Le long-métrage raconte l’histoire de trois vieux ermites, reclus dans le bois, qui verront leur quotidien chamboulé par la mort de leur doyen, Boychuck, et par l’arrivée de deux femmes, avec en toile de fond des incendies qui menacent la région.

Ces deux femmes sont une octogénaire qui a été injustement internée toute sa vie et une photographe mandatée pour interviewer des survivants des feux les plus meurtriers de la région.

Des virages inattendus

Le film est une histoire de destins croisés où l’amour n’a pas d’âge et où la vie reprend racine dans des virages inattendus.

«Ce fut un plaisir de tourner à Québec dans la forêt Montmorency, et je suis heureuse de pouvoir revenir y présenter mon film à l’occasion du festival», a fait savoir Louise Archambault, dans un ­communiqué de presse.

Le long-métrage, qui a bénéficié d’un budget de 4,4 millions de dollars, est le troisième film de fiction de Louise Archambault, après Familia et Gabrielle.

La présentation de Il pleuvait des oiseaux sera précédée par une projection de courts-métrages en formule ciné-concert extérieur, à la place D’Youville, accompagnée par les musiciens de l’OSMFQ.


► La programmation complète du FCVQ, qui se déroulera du 12 au 21 septembre, sera bientôt dévoilée.