/news/currentevents
Navigation

Victime d’une fuite pour la troisième fois

Coup d'oeil sur cet article

Une employée particulièrement malchanceuse de Revenu Québec a été victime d’une troisième fuite de ses données personnelles en moins de deux mois mercredi, puisqu’elle a aussi été touchée par celles de Desjardins et de Capital One.

« Encore ! C’est inquiétant [...] là, je me demande ce qui pourra se passer encore », souffle une employée de Montréal, qui préfère en rire plutôt que d’en pleurer, malgré ses craintes. Mais elle a insisté pour garder l’anonymat, craignant des représailles de son employeur.

« Tout le monde trouve ça effrayant », poursuit l’employée sexagénaire de Revenu Québec à propos de la réaction de ses collègues à l’annonce du vol de données, dont des numéros d’assurance sociale.

Plus d’une dizaine d’employés rencontrés à la sortie des bureaux du Complexe Desjardins à Montréal ont cependant refusé de se confier au Journal.

Pas la seule

Selon l’employée, elle ne serait pas la seule malchanceuse visée par les trois incidents des dernières semaines.

« Bien des gens sont clients chez Costco [Capital One] ou font affaire avec Desjardins », souligne-t-elle.

Néanmoins, le vol de renseignements personnels chez son employeur l’a surprise.

« Nous signons une clause de confidentialité toutes les années. Nous savons à quel point c’est important et que c’est surveillé », précise celle qui compte près de 20 ans dans l’agence gouvernementale.

Les employés ont reçu une note de la direction au sujet du vol, mercredi, a-t-elle indiqué, mais elle a appris l’interpellation de deux suspects par les médias.

« C’est dans les mains de la Sûreté du Québec », se résigne-t-elle simplement.

Déjà protégée

Elle bénéficie déjà de la protection de l’entreprise Equifax offerte par Desjardins à ses clients visés par le vol de renseignements au sein de l’institution financière.

« Je l’ai fait la journée même que j’ai reçu ma lettre », dit-elle.

Elle se demande quand ces vols de données personnelles des Québécois cesseront. « Nous entrons dans quelque chose d’inconnu », conclut-elle.