/entertainment/music
Navigation

Un super hommage à Plume Latraverse

Les Denis Drolet se paient une soirée magique avec «JC» Marsan

Coup d'oeil sur cet article

Oui, oui, les Denis Drolet sont capables, parfois, d’être sérieux. Et c’est ce qu’ils ont fait, jeudi soir, avec un hommage particulièrement réussi à Plume Latraverse.

Sérieux, surtout, dans leur façon de reprendre et d’attaquer le matériel de l’iconique auteur, compositeur et interprète, tout en conservant, bien sûr, le côté fou et absurde qui caractérise le duo.

Après quelques mesures déstabilisantes de Il est où le bonheur, pour lancer la soirée, ils ont intégré rapidement l’incontournable Rideau. C’était lancé.

Vincent Léonard et Sébastien Dubé ont même eu la chance d’être accompagnés, en plus de leurs quatre musiciens, par le guitariste Jean-Claude Marsan, fidèle compagnon de Plume depuis 40 ans. Un « JC » souriant. Comme toujours.

« C’est une soirée de rêve. J’en sue ma vie », a lancé Vincent Léonard, après les Lit Vert, Léon le caméléon et Bonne soirée.

Sébastien Dubé à la voix et à la guitare acoustique et son collègue, chanteur et harmoniciste, avaient visiblement énormément de plaisir lors de cette soirée sans pluie, parsemé par quelques éclairs lointains fendant le ciel. Bien sûr, les Denis Drolet ont amené leur folie et leur humour absurde entre les chansons de « Mononcle » Plume.

Une petite foule

Lors de la présentation des musiciens, Sébastien Dubé a demandé au batteur « Grand Maman exclusif » de se calmer le pompon.

« Un drummeur, ce n’est pas si important que ça. Tout le monde s’en cal..... Va t’assir », a-t-il lancé.

À travers La ballade des caisses de 24, Chambre à louer, Le Loup fuck? Fuck le loup!, où le grand barbu a demandé aux gens de se licher, Le Rock ‘n Roll du grand flanc mou et le ragoût de La bienséance, le duo a offert un court « medley » de leurs chansons avec l’exubérant danseur Justo-Buy My-Love.

La météo incertaine du début de soirée a peut-être fait peur aux gens, mais le duo s’est produit devant une foule un peu décevante de quelques centaines de spectateurs à la Scène Loto-Québec du Village d’Youville. Dommage, car cet alliage entre Plume et les Denis Drolet était solide. Et ça sonnait, comme on a pu le constater lors de l’interprétation Bobépine, suivi par Faux dur et trouble-fête et Retour à la terre en rappels.

L’humour de Franky

En ouverture de soirée, Franky a attiré l’attention, après Mike Beaudoin, avec un humour un peu étrange, absurde et décalé. Il s’est posé des questions sur l’utilité des vers solitaires et des poissons volants et sur le sac magique, qui n’est même pas magique et qui n’est pas un sac.

« Le comble de la malchance est arrivé à un homme qui est mort d’un infarctus dans le métro. Il est tombé dans le trou, a été ramené à la vie par l’électricité présente dans les rails... pour ensuite se faire frapper par le métro », a-t-il raconté.

En voilà un qui a réussi à attirer l’attention avec quelque chose de différent. Intéressant.


♦ Les Denis Drolet animeront leur premier Gala, jeudi le 15 août, au Palais Montcalm, avec une soirée sous la thématique du country.