/sports/hockey
Navigation

Pro-Am Gagné-Bergeron: une stabilité bienvenue pour Alex Chiasson

L’attaquant des Oilers se réjouit du contrat de deux ans octroyé le mois dernier

Pro Am freres Stastny
Photo Simon Clark Plusieurs joueurs de la LNH étaient à Québec pour participer au Pro-Am Gagné-Bergeron, dont les Québécois Samuel Blais, Patrice Bergeron, Simon Gagné, Yanni Gourde et Mathieu Perreault.

Coup d'oeil sur cet article

Pour la première fois depuis la saison 2015-2016, Alex Chiasson n’a pas eu à remplir ses boîtes de déménagement après le 1er juillet. Les Oilers d’Edmonton ont fait confiance à l’attaquant québécois deux ans de plus à l’issue de sa meilleure production en carrière. Comme quoi les efforts et le dur labeur sont toujours récompensés.

Le joueur de Saint-Augustin-de-Desmaures est le premier à l’admettre. Les dernières années ont parfois été éprouvantes en dépit d’une conquête de la Coupe Stanley avec les Capitals de Washington en 2018.

Or, après avoir participé au camp des Oilers à titre d’invité en septembre 2018, Chiasson a fait taire ses détracteurs en réussissant des sommets au chapitre des buts (22) et des points (38). À l’aube de la nouvelle campagne, l’athlète de 28 ans devrait être jumelé sur l’un des deux premiers trios, probablement aux côtés de Ryan Nugent-Hopkins et du nouveau venu James Neal.

«Ça n’a pas toujours été facile pour moi dans les dernières années, a observé Chiasson, qui encaissera un salaire moyen de 2,15 millions $. S’il y a bien quelqu’un qui a cru en ses moyens, c’est bien moi. Je suis le meilleur exemple dans la Ligue nationale. Je ne suis pas toujours tombé à la bonne place au bon moment. Cette année, j’ai su créer ma niche et j’ai vraiment fait preuve de caractère avec la saison que j’ai eue.»

Après des arrêts éphémères à Calgary et à Washington depuis la fin de son association avec les Sénateurs d’Ottawa et des points Aeroplan cumulés à la tonne, le géant de 6 pi 4 po tenait absolument à demeurer dans la capitale albertaine.

«J’ai toujours eu comme objectif d’avoir une saison de 20 buts, a dit celui qui est un habitué du Pro-Am Gagné-Bergeron. Pour moi, c’était primordial de retourner à Edmonton et je suis content de la façon dont les choses se sont passées.»

Content pour Tippett

Chiasson s’est d’ailleurs réjoui de l’embauche du vétéran entraîneur Dave Tippett derrière le banc des Oilers en remplacement du pilote intérimaire. Les deux hommes se sont parlé quelques fois cet été.

Malgré la présence de jeunes joueurs prometteurs et l’arrivée de Connor McDavid en 2015, les Oilers n’ont participé aux séries qu’une seule fois lors des 13 dernières saisons. Le club avait congédié son entraîneur-chef Todd McLellan en novembre dernier et l’avait remplacé par Ken Hitchcock pour le reste du calendrier.

«Je pense que l’organisation est entre bonnes mains, a-t-il assuré. Ce dont on a besoin, c’est un entraîneur avec lequel ça va être blanc ou noir. On a une jeune équipe. C’est un gars avec beaucoup d’expérience. Beaucoup d’individus que je connais dans le milieu l’ont eu comme entraîneur et ils n’ont eu que de bons mots à propos de lui.»

En séries ?

Chiasson et sa bande mettront-ils fin à leur guigne cette saison pour revivre le bal éliminatoire?

«Je crois qu’on a du travail à faire en tant qu’équipe. On n’est peut-être pas au même niveau que certaines équipes de la Ligue, mais c’est sûr qu’on se doit d’être meilleur que ce que l’équipe a fait dans les dernières années. Avec la qualité des joueurs qu’on a [...] On doit bien commencer le camp et partir la saison du bon pied. Le reste, ça va bien se passer.»