/news/currentevents
Navigation

Le révérend guérisseur coupable

L’homme de North Hatley pratiquait illégalement la médecine en prétendant soigner ses patients à mains nues

L’avocat Robert Brunet avec son client, le révérend Jean-François Labrie, reconnu coupable de pratique illégale de la médecine vendredi au palais de justice de Sherbrooke. 
Photo Alex Drouin, collaboration spéciale L’avocat Robert Brunet avec son client, le révérend Jean-François Labrie, reconnu coupable de pratique illégale de la médecine vendredi au palais de justice de Sherbrooke. 

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE | Un révérend de l’Estrie qui prétendait pouvoir opérer à mains nues et guérir « par la grâce de Dieu » a été reconnu coupable, vendredi, de pratique illégale de la médecine.

Le juge Érick Vanchestein a déclaré Jean-François Labrie coupable de neuf des vingt et un chefs d’accusation déposés contre lui par le Collège des médecins au palais de justice de Sherbrooke, vendredi.

Les événements se sont déroulés de novembre 2011 à septembre 2015 à l’église Inter-Foi de North Hatley.

Vendredi, le juge a remis en doute la crédibilité du révérend qui pouvait faire jusqu’à 4000 consultations par année.

Propos flous

« Le Tribunal considère que le défenseur, dans le cadre de son témoignage, tient des propos flous et ambigus sur plusieurs éléments », a écrit le magistrat dans son jugement d’une cinquantaine de pages. Il se distancie et se déresponsabilise de tout ce qui est lié matériellement à l’Église. Ceci n’apparaît pas crédible compte tenu du fait qu’il est le fondateur. »

Toujours selon le document judiciaire, Labrie « affirme qu’un être humain ne peut guérir [...] et selon lui, c’est une insulte de prétendre guérir quelqu’un. On doit toujours référer à la guérison spirituelle ou guérison de l’âme ».

Le révérend s’est présenté vendredi au palais de justice où l’attendaient une vingtaine de personnes, dont la plupart étaient des femmes.

Il leur a serré la main en plus de faire l’accolade à certaines d’entre elles. L’homme de 42 ans affichait un large sourire tout au long de la matinée. Lors de la lecture du jugement, il continuait de sourire en regardant le juge.

Il n’a pas voulu s’adresser aux médias, mais son avocat, Me Robert Brunet, a dit quelques mots.

Une victoire

« Le juge s’est profondément trompé dans l’évaluation des prémisses, dont il se sert pour en venir à la conclusion que mon client n’était pas crédible », a-t-il soulevé en mentionnant qu’il devait évaluer le jugement avant de porter, peut-être, la cause en appel.

L’enquêteur du Collège des médecins, Jean-Louis-Granger, qui était chargé de cette enquête a mentionné « qu’il s’agissait d’une victoire puisque la crédibilité de Jean-François Labrie en a pris un coup ».

Labrie s’expose à des amendes financières dont le montant ne sera connu que plus tard.