/finance/business
Navigation

Taux de chômage à 2,3% dans la région de Québec

Le recul de la population active n’y serait pas étranger

Émile Émond
Photo courtoisie Émile Émond. Économiste

Coup d'oeil sur cet article

Le taux de chômage dans la région de Québec affichait 2,3 % en juillet dernier, une baisse ininterrompue pour un cinquième mois consécutif.

Le taux de chômage dans la région métropolitaine de recensement de Québec demeure donc encore une fois le plus faible au Canada. En juin dernier, il se situait à 2,4 %.

Selon Émile Émond, économiste à Québec International, c’est le recul de la population active, supérieur à celui de l’emploi, qui explique la baisse du taux de chômage.

« La diminution de l’emploi en juillet n’est pas étrangère au recul de la population active qui a absorbé une perte de 2500 personnes. »

Le taux d’activité s’est établi à 70 % par rapport à 70,4 % en juin dernier. De son côté, le taux d’emploi a atteint 68,3 % par rapport à 68,7 %, le mois précédent. Ces baisses s’expliquent par la diminution de l’activité chez les 55 ans et plus, souligne M. Émond.

Pour l’économiste, il s’agit d’un revirement de situation, car même s’ils sont moins actifs dans la région de Québec par rapport au reste du Canada, la tendance était de voir les travailleurs expérimentés s’impliquer davantage dans le monde du travail.

Nouveau record

Sur une perspective plus longue, on dénombrait 469 700 emplois en juillet 2019 dans la région de Québec contre 455 100 pour la même période en 2018.

« C’est une augmentation qui est palpable. De plus, nous avons eu un début d’année qui est record dans la région de Québec. La première moitié de l’année a été excellente au chapitre de l’emploi dans la région de Québec », a-t-il ajouté.

À 2,3 % de taux de chômage, la région inscrit un nouveau record.

« C’est un taux historique et, dans les huit plus grandes villes canadiennes, c’est le taux le plus faible qui a été enregistré », a poursuivi M. Émond.