/weekend
Navigation

Creedence Clearwater Revival: la folle année 1969

NETHERLANDS-US-MUSIC
Photo d'archives, AFP John Fogerty, chanteur du groupe CCR, à un concert à Amsterdam en 2017

Coup d'oeil sur cet article

L’année 1969 a été énorme pour Creedence Clearwater Revival. En plus de participer au mythique festival Woodstock, la formation californienne, qui était visiblement très inspirée, a réalisé trois albums coup sur coup entre les mois de janvier et novembre de cette même année.

Le guitariste et chanteur John Fogerty, son frère Tom à la guitare, le bassiste Stu Cook et le batteur Doug Clifford ont lancé les opus Bayou Country (5 janvier), Green River (3 août) et Willy and the Poor Boys (2 novembre).

Un total de 26 nouvelles chansons qui ont été enregistrées en l’espace de 10 mois.

Trois albums qui ont été lancés après le premier disque de la formation originaire de El Cerrito, en Californie. Sur ce disque, paru le 28 mai 1968, on retrouvait I Put a Spell on You et Suzie Q.

Photo de la pochette de l’album Green River du groupe Creedence Clearwater Revival
Photo d'archives
Photo de la pochette de l’album Green River du groupe Creedence Clearwater Revival

Cette folle année 1969 et celle qui a suivi ont été les moments marquants de cette formation qui a vendu 28 millions d’albums aux États-Unis et qui a mis un terme à ses activités à l’automne 1972.

Creedence Clearwater Revival a donné son dernier concert le 22 mai au Denver Coliseum, au Colorado.

Bayou Country, le premier de ces trois opus de 1969, a été enregistré aux Studios RCA à Hollywood, en Californie.

La pièce Proud Mary, qui a atteint la deuxième position du palmarès Billboard, a été écrite en deux jours quand John Fogerty a été libéré après avoir servi dans l’armée en 1966 et en 1967.

Inspiré par un cyclone

Dans une entrevue publiée dans le magazine Uncut, Fogerty a raconté qu’il écrivait ses chansons en regardant intensément le mur de son petit appartement.

«Il n’y avait rien sur les murs, parce que je n’avais pas d’argent. C’était un mur beige et c’était comme une toile vide. Je le regardais toute la nuit», a-t-il mentionné.

Proud Mary a été la pièce de CCR qui a été la plus reprise avec une centaine de versions. Elvis la reprenait dans ses spectacles au début des années 70.

Sept mois plus tard, 13 jours avant son passage sur les terres de la ferme laitière de Max Yasgur, à Bethel, dans l’État de New York, CCR était de retour avec neuf nouvelles chansons et l’album Green River.

Bad Moon Rising, qui est la pièce maîtresse de cet album, se retrouve sur plusieurs bandes sonores de films, dont celle du Loup-garou de Londres, de John Landis. Elle a aussi été reprise par plusieurs artistes, dont Jerry Lee Lewis.

Il s’agit de la seule pièce de CCR à avoir été numéro 1 au Royaume-Uni.

Bad Moon Rising a été inspirée par une séquence de cyclone tropical que l’on retrouve dans le long métrage The Devil and Daniel Webster, réalisé en 1941.

Woodstock

Green River a été le plus populaire des trois albums de CCR réalisés en 1969, avec une première position aux États-Unis et une deuxième au Canada.

Huit des onze chansons que le quatuor a interprétées lors de sa prestation à Woodstock, dans la nuit du samedi au dimanche, le 16 août, étaient tirées des albums Bayou Country et Green River.

L’intégralité de cette prestation vient tout juste d’être lancée en formats CD, vinyle et numérique. Une performance que John Fogerty avait qualifiée d’en dessous de ce que le quatuor était capable de faire.

«Les Grateful Dead, qui jouaient avant nous, avaient endormi le public. Tout ce que l’on voyait, c’était une scène d’enfer avec des corps entrelacés, endormis et couverts de boue», a raconté le chanteur-guitariste dans le livre Bad Moon Rising : The Unauthorized History of Creedence Clearwater Revival.

CCR concluait cette année inspirée avec l’opus Willy and the Poor Boys qui s’est retrouvé, le 2 novembre 1969, sur les tablettes des disquaires.

Un album sur lequel on trouve Down on the Corner, Fortunate Son et The Midnight Special.

Le quatuor a ensuite fait une pause de huit mois avant de lancer, le 16 juillet 1970, leur quatrième disque intitulé Cosmo’s Factory.

Avec trois albums dans le top 10, cinq chansons qui ont été numéro 2 et numéro 3, leur présence à Woodstock et une apparition au Ed Sullivan Show, l’année 1969 a été marquante pour Creedence Clearwater Revival.