/opinion/blogs/columnists
Navigation

Pascal Bérubé: profession député!

Le député de Matane a accepté de répondre à toutes mes questions, sans complaisance...

Pascal Bérubé: profession député!
PHILIPPE-OLIVIER CONTANT/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le député de Matane et chef intérimaire du Parti québécois a accepté de répondre à mes questions. Sans complaisance. Et certaines de ses réponses sont franchement surprenantes...   

J’ai rencontré Pascal Bérubé jeudi dernier alors qu’il se préparait, ce soir-là, à se rendre à un souper en compagnie de la ministre Marguerite Blais. Le souper ayant lieu à Sainte-Luce-sur-Mer, il est de bon usage que le député de la place y soit.    

Et dans Matane-Matapédia, Pascal Bérubé est partout.     

Il m’accueille d’ailleurs à son bureau, grand sourire, en clamant fièrement: «T’es dans le comté le plus souverainiste du Québec!»    

À cette boutade, j’ai souri.     

Mais ne soyons pas dupes... Pascal Bérubé n’a pas été élu en octobre dernier parce qu'il était péquiste ou souverainiste, me suis-je dit. Il a été élu parce qu'il est un excellent député. Dans le sens, ou l’essence même de ce que devrait être le rôle d’un député.  

Pascal Bérubé: profession député!
Le Journal de Québec

Qui écoute encore le Parti québécois?  

J’ai commencé notre discussion sur les chapeaux de roues; dans le vif du sujet... Pas fort, fort le PQ en ce moment non? Ça ne doit pas être facile d’assurer les rênes de ce parti qui, il y a longtemps déjà, fut un grand parti...    

Bérubé n’est pas du tout ébranlé par mon propos, pas plus qu’il ne tente de dorer la pilule quant à l’état dans lequel se trouve le PQ. Toutefois, le chef intérimaire insiste; sa petite équipe parlementaire fait un travail apprécié, pertinent.    

Pour évaluer comment se porte le parti selon Pascal Bérubé, il faut s’attarder à son propos actuel, à ce que sa formation politique défend, quotidiennement:     

«Moi j’invite non seulement les partisans du Parti québécois, les indépendantistes et la population en général à tenir compte de notre propos actuel. À ne pas nous juger sur le passé, sur les intentions de vote ou la conjoncture politique, mais plutôt à partir du message qu’on tient, présentement en 2019.  

«Et le message que le PQ porte est actuel, pertinent, constant et responsable. La voie que nous avons choisie est celle de l’indépendance, de l’être toujours et de se battre pour cette cause. Ce n’est pas la voie la plus facile, électoralement, mais c’est la voie la plus responsable. Je suis convaincu de cela.  

«C’est sûr que si l’étalon de comparaison c’est le Parti libéral, évidemment que la CAQ c’est mieux que le PLQ. Je suis convaincu que le meilleur argument de la victoire de la CAQ c’était les libéraux. Pour le moment, je reconnais que les gens sont satisfaits du gouvernement de la CAQ, dans l’ensemble, mais pas sur tout. Il y a des angles morts, et ils sont nombreux...»    

À ce stade-ci de la discussion, j’interviens afin de savoir si, en réalité, ce «nouveau souffle» du PQ tient, finalement, au déraillement de la gouvernance caquiste. Je ne suis pas le seul à le penser, c’est l’évidence. La voie la plus ensoleillée pour le PQ, ce serait que le gouvernement de la CAQ se plante non?  

Pascal Bérubé: profession député!
Le Journal de Québec

Les angles morts de la CAQ  

Évidemment, mon interlocuteur ne l’admettra pas, du moins pas dans ces mots-là. N’en demeure que Pascal Bérubé n’a pas de difficulté à s’attarder aux angles morts de la gouvernance caquiste. La lune de miel de François Legault persiste, mais elle ne sera sans doute pas éternelle.     

D’abord, sur le «nationalisme» de la CAQ et les supposées intentions que prêtent certains (allo Véronyque Tremblay!!!) à François Legault d’être, toujours un «crypto-indépendantiste»...    

Le chef du PQ peut, de mémoire, me citer de nombreuses occurrences survenues au cours des dernières années dans le cadre desquelles François Legault a répété sa profession de foi fédéraliste.     

«Leur choix [à la CAQ] est fait, les déclarations sont abondantes, la position de ce parti est claire et sans appel. Mais même sur le nationalisme, j’ai de sérieux doutes sur la manière dont il se manifeste! Nous avons recensé toute une liste de gestes qui auraient pu être posés, mais qui ne l’ont pas été, et en ce sens d’ailleurs, ce nationalisme m’apparaît relever plus de l’instrument politique que de la conviction profonde.»     

Bérubé rappellera d’ailleurs aux indépendantistes qui sont partis à la CAQ en entretenant le flou sur une possible ouverture aux vertus indépendantistes au sein de ce parti que la CAQ a choisi un certain Mario Lavoie pour piloter les relations entre Québec et Ottawa, celui qui faisait ce même boulot pour... Jean Charest!     

Je demande à Bérubé de me citer un exemple de geste fort qui aurait pu affirmer ce «nationalisme» qui serait si cher à la CAQ.     

Celui-ci me rappelle que la CAQ a rejeté du revers de la main une motion du Parti québécois en lien avec la création d’équipes sportives québécoises sur la scène internationale. D’autres nations qui n’ont pas le statut de pays se représentent sur la scène sportive à l’international. Mais la réponse fut rapide, et sans appel, «de la part de la ministre Isabelle Charest qui a paradé toute sa carrière sous l’étendard canadien, ce que je respecte, mais nous avons vite compris qu’il n’y avait aucun appétit de ce gouvernement pour ça».    

Aussi, Bérubé rappelle un autre dossier qui risque bien d’être épineux pour la CAQ, celui de la langue...    

«À plus d’une reprise, en chambre, lors de l’étude des crédits notamment, le premier ministre me l’a confirmé, son parti ne touchera pas à la loi 101. C’est très clair.» Pour le chef intérimaire du PQ, le «vrai test du nationalisme de la CAQ», il se fera sur le dossier de la langue justement. Et là-dessus, le gouvernement de la CAQ sera surveillé de près.     

Pascal Bérubé: profession député!
AgenceQMI

Et le mode de scrutin?  

Parmi les angles morts, Bérubé rappelle l’engagement de la CAQ que l’élection de 2022 soit celle d’un nouveau mode de scrutin.    

«Tu y crois à ça toi!» m’exclamai-je...     

«Je tiens pour acquis que la CAQ va respecter son engagement de tenir une élection proportionnelle en 2022.»    

Je l’ai trouvé bien naïf le chef intérimaire du PQ. Mais il s’est expliqué:     

«La CAQ a signé cette entente-là avec les autres partis, et c’est un engagement de ce parti. Un parti qui se targue de ne pas renier ses engagements. Donc, je tiens pour acquis que François Legault va tenir ses engagements.»    

Au-delà des analyses de conjoncture politique liées à ce changement de mode de scrutin, Bérubé précisera quand même sa pensée à ce sujet plus tard au cours de notre entretien. Réaliste, le chef intérimaire du PQ explique:     

«Maintenant que François Legault est au pouvoir, il va vouloir s’y maintenir et passer à l’histoire. Et je ne le dis pas négativement. C’est le propre de chacun des premiers ministres de vouloir laisser sa marque. Et c’est ce qui explique que François Legault pourrait renier sa promesse quant au changement de mode de scrutin. Je ne le souhaite pas, mais le lecteur saura que si ça ne fonctionne pas, c’est lié à la nature même de certaines formations politiques, une fois qu’elles ont le pouvoir, elles ne veulent pas l’abandonner...»    

Je vous avouerai que dès lors, je me suis dit que ni le PQ ni le PLQ n’avaient eu le courage de le changer ce mode de scrutin. Voilà pourquoi, instinctivement, j’ai trouvé naïve la première réponse de Bérubé. En fin de compte, le député de Matane est lucide; une fois au pouvoir, l’appétit pour cette promesse diminue avec l’usage.     

  

Le PQ, un parti à redéfinir   

Impossible de discuter avec le chef intérimaire du PQ sans le questionner sur le processus de «reconstruction» en cours au sein de sa formation politique. Réglons une chose tout de suite, et bien que j’aie posé la question de toutes sortes de façons, la porte à la chefferie pour Pascal Bérubé est définitivement fermée. Oubliez ça!     

Je lui ai fait remarquer que son nom revenait souvent quand j’analysais les différents forums de discussions ou les discussions à propos de la course à la chefferie péquiste. Sa réponse, candide:     

«Ça n’a jamais été une ambition pour moi de devenir le chef du PQ. Je ne me vois tout simplement pas au débat des chefs, diriger la campagne du Parti québécois. L’intérêt n’est pas là, je n’ai pas besoin de ça pour être utile. Ce n’est pas un renoncement pour moi, c’est tout simplement que je n’ai jamais rêvé de ça.   

«Par contre, j’ai beaucoup rêvé d’être député de Matane dans ma vie. C’était mon grand rêve, être député dans ma région, député de Matane! Aussi longtemps que je me souvienne, depuis le cégep mettons, c’était mon rêve. Ça, c’était impossible à atteindre pour moi, je ne venais pas d’une famille très connue, mes parents n’étaient pas en politique, et parce que je n’étais pas en droit ou en sciences politiques, humble fils d’enseignant et formé en enseignement moi-même... Ça, c’était important pour moi! Mon poste le plus important, réellement, c’est mon poste de député.»    

Parfait, difficile de le contredire.     

Sachant cela, et en tenant compte du désistement de sa collègue Véronique Hivon, le quidam a tendance à se dire qu’on ne se bouscule pas aux portillons pour devenir le prochain chef du PQ.     

Ici, Pascal Bérubé intervient. D’abord, il insiste, il connaît les raisons pour lesquelles sa collègue Hivon tient à se désister et les respecte. Aussi, il ajoute que peu de gens ont précisé que Mme Hivon, si elle renonce à la chefferie, a tout de même promis de se représenter à la prochaine élection.    

Le chef intérimaire plaide donc pour la patience. Congrès spécial de refondation du PQ à l’automne et course à la chefferie début 2020 pour un dénouement avant la Fête nationale de la même année.     

Pascal Bérubé: profession député!
Photo Agence QMI, MARIO BEAUREGARD

Tout sera sur la table...   

En ce qui concerne le processus de reconstruction du Parti québécois, Bérubé insiste: «Tout sera sur la table, sauf la nécessité de faire l’indépendance!».    

Quand on questionne Bérubé sur l’intérêt que suscite le congrès extraordinaire et la chefferie, il lance cette boutade: «La beauté de la chose, quand on est dans la position où l’on est dans les sondages, tu sais que le monde qui est là, c’est des vrais! Que c’est pas des opportunistes. Tiens, c’est dit! C’est toujours plus facile de se réclamer d’une idéologie à laquelle on n’a pas vraiment adhéré quand les augures sont bons. Tout le monde se trouve une raison pour être caquiste en ce moment. Ben moi j’ai toujours pensé que l’option du PQ, c’était la bonne option.»    

Aussi, Bérubé note avec une pointe d’ironie que plusieurs ex-péquistes qui ont quitté pour la CAQ «ne sont pas des bénévoles n’est-ce pas! Quatre ans, une bonne job, du pouvoir, les gens peuvent se bricoler une explication... Je ne les juge pas, mais je le rappelle constamment, ce ne sont pas des bénévoles qui prennent leur samedi matin pour faire du téléphone, etc.»    

Petit aparté, le député de Matane me rappelle que lorsque la CAQ était au plus haut dans les sondages avant l’élection de 2012, quand certains lui prédisaient une centaine de sièges, François Legault avait demandé à François Rebello et Pascal Bérubé de rejoindre sa formation. Le député de Matane avait refusé net.    

En ce qui a trait au congrès, ce que le chef intérimaire peut dire, c’est que la proposition du Parti québécois va surprendre et que «les gens ne s’attendent pas à ça...»    

Je veux bien, mais ce mystère en lui seul ne saura susciter grand engouement. Bérubé insiste, attendez de voir nos propositions!     

Pascal Bérubé: profession député!
AGENCE QMI

Hmmm. Je ne suis toujours pas convaincu. J’insiste. Si tout est sur la table, pourrait-on pousser la réflexion, au PQ d’accepter de changer le nom du parti, voire même de se saborder au nom de la cause?     

Mon interlocuteur réfléchit.     

«Je vais essayer de bien citer la phrase de M. Parizeau... pour la cause, ou pour l’indépendance, la maison est prête à tous les sacrifices, ou tous les aménagements. C’est l’une des phrases qui résument le mieux notre situation actuelle. Les gens seront surpris de notre niveau de lucidité et d’audace...» [La citation exacte: Pour la souveraineté, la maison est prête à tous les sacrifices.]    

En sortant du bureau de Pascal Bérubé, ces dernières phrases m’ont beaucoup interpellé. Lucidité, audace, indépendance...    

Lui qui me disait pendant la même entrevue que «le nationalisme à l’intérieur du Canada, je ne crois pas à ça! Ça n’a jamais marché!»     

Sur le banc!  

Lucide et capable de critique, Pascal Bérubé. Lui qui me fera cette confidence, à micro ouvert, à propos de la dernière déroute électorale de son parti... Lui qui s’était proposé pour aider à la campagne du PQ au national, mais que l’on a décidé de laisser sécher sur le banc.    

«Là où j’avais un contrôle, car je n’étais pas dans la structure nationale de la campagne, j’étais ici, à Matane, j’avais donné mon nom en passant, mais j’ai fait campagne dans mon comté, je me suis dit qu’il fallait que je livre mon comté, et quant à ça, je vais faire un bon résultat.   

«On aurait été content à 50% + 1, on a fait presque 70%. J’avais offert mon nom pour aller donner un coup de main pour le débat, ça n’a pas été retenu. Je ne dis pas que cela aurait été mieux, mais j’aurais aimé contribuer à ça. Mais ils avaient leurs gens, leurs plans, dont certaines parties n’étaient pas connues, comme l’attaque sur QS...»     

Je me suis dit, voilà quelqu’un qui est sorti des ornières habituelles de la «réflexion à faire sur l’état d’un parti politique» qui vient de subir une lourde défaite électorale.     

J’avais devant moi un député indépendantiste jusqu’au bout des doigts qui a posé un regard lucide sur la politique québécoise, sur l’état du parti qu’il dirige, pour le moment, et sur la suite des choses pour ceux qui, encore nombreux rappelons-le, croient toujours que le Québec devrait se joindre au concert des nations.    

J’ai quitté le bureau de Pascal Bérubé convaincu d’une chose, cet homme lucide, convaincu, ne fait pas partie du problème pour les nationalistes et les indépendantistes, il fait partie de la solution.